Tournoi des Maîtres de la LNI – rondes préliminaires Les bleus subissent un blanchissage… le public

  Le 11 juin 2010

 

Du 10 au 12 juin, c’est au Cabaret du Capitole que se déroule le 5e Tournoi des Maîtres de la Ligue nationale d’improvisation (LNI) dans le cadre du Grand Rire de Québec. Avec la patinoire au centre de la salle, il va sans dire que c’est une formule gagnante pour que le plus de gens possible puissent bien voir, tout le tour de la patinoire.

Lors de cette première soirée du 10 juin, ce sont les rondes préliminaires qui débutent avec la participation de 8 joueurs chevronnés de la LNI qui s’affrontent dans la bonne humeur, dans une formule un contre un. Pour l’occasion, Yvan Ponton nous régale de sa présence encore une fois. Il sait se montrer des plus tranchants envers des joueurs qui ne sauraient respecter les règles du jeu. Il est accompagné de Simon Charron et Dominique Lapointe. Il y a également le maître de cérémonie Jean-Marc Lavergne qui revient également chaque année animer ce tournoi de main de maitre et entonner l’hymne national de la LNI, avec la foule qui s’en donne à cœur joie. Jean-Daniel Nichol un musicien de Québec, crée l’ambiance musicale durant le jeu au besoin. 

Yvon Leduc, cofondateur avec Robert Gravel de la LNI, est présent comme à son habitude et il rit toujours de bon cœur du talent magnifique de ces improvisateurs.

Cette soirée de préliminaires est divisée en deux parties. Il y a 4 joueurs qui s’affrontent dans le premier spectacle qui débute vers 19 h et les quatre autres joueurs se rencontrent dans le deuxième spectacle de 21 h 30. Pour les besoins de la cause, les spectateurs ont besoin de deux séries de billets pour assister aux deux évènements. Toute une soirée en perspectives pour ceux qui seront présents jusqu’à minuit pour voir tous les matchs. Chaque match dure 45 minutes au cours duquel 7 ou 8 improvisations sont jouées selon le temps disponible.

 



Mario Grenier présente le tournoi des Maîtres du 11e grand rire de Québec

 

Le premier match oppose Sophie Caron et Patrick Drolet, deux vétérans de la LNI qui savent avoir de la répartie. Chaque match débute par une improvisation mixte d’au moins 4 minutes, histoire de permettre aux joueurs de se rencontrer et d’élaborer une première histoire. Les deux joueurs sont en feux, c’est un match qui promet. Mais à la deuxième impro, une comparée, Yvan Ponton, sévit pour donner une punition de non-respect du thème à Patrick Drolet, qui ne semble pas apprécier.  Viennent ensuite quelques thèmes mixtes, dont une à la manière de Émile Zola et une autre à la manière de Ricardo Trogi, puis une autre comparée chantée cette fois-ci. Vers la fin du match, Patrick et Sophie obtiennent tous deux une punition pour non-respect du thème ce qui fait qu’avec deux pénalités, Patrick permet à Sophie de prendre un point supplémentaire. Le match se termine par la marque de 4 à 4, nécessitant ainsi une impro supplémentaire pour déterminer un gagnant. Au cours de cette supplémentaire de 5 minutes (qui en dura en fait presque 9, puisque l’arbitre laisse continuer les impros lorsqu’elles sont bien construites), le public a droit à une magnifique histoire de pirate de la mer qui prennent d’assaut un bateau ennemi.  Un match très serré qui s’est terminé 5 à 4,  pour Patrick Drolet qui vient ainsi d’éliminer Sophie Caron. Celle-ci mentionne que « nous avons eu droit à une rencontre douce tout en tendresse et c’est le fun de venir jouer à Québec. » Patrick pour sa part réplique « C’est plaisant de jouer avec Sophie. Le tournoi des maîtres, c’est le stress ultime de jouer un contre un. »

 


Patrick Drolet et Sophie Caron

 

Le deuxième match oppose François-Étienne Paré  et Luc Seney qui en sont chacun à leur troisième présence. Dès la première improvisation mixte Yvan Ponton sévit pour pénaliser Luc Seney pour décrochage (fou rire). Celui-ci se dit outré de ne pouvoir jouer dans le bonheur. S’ensuivent ensuite des mixtes à la manière d’Oscar Wilde et d’Albert Camus. En fin de match c’est avec un égalité 3-3 que le dernier thème est annoncé. Le flop, une impro comparée chantée. Malgré un blues endiablé de la part de Luc, François-Étienne l’emporte avec un délire sur un gâteau renversé à l’ananas. Luc dit « Perdre dans le bonheur, cela ne me dérange pas. » François-Étienne réplique « Luc est un joueur d’une très grande générosité. Je suis fier d’avoir joué avec lui ». Il en profite également pour souligner la présence de ses parents dans la salle qui fêtent aujourd’hui leur 43e anniversaire de mariage. 

 


François-Étienne Paré et Luc Seney

 

À 21 h 15, tous les spectateurs doivent sortir et représenter des billets pour la deuxième partie de la soirée, qui elle, débute en retard de près d’une demi-heure, à cause de tous ces déplacements.

Au début de la deuxième partie, le public est convié à regarder un vidéo d’archives qui nous montre Robert Gravelen 1978 en train d’expliquer son concept de ligue d’improvisation. Puis des photos et vidéos d’archives de la LNI viennent terminer ce petit retour en arrière. Pour le troisième match, c’est au tour d’ Anaïs Favron et de Christian Vanasse de s’affronter. Anaïs en est à son premier tournoi des Maîtres, mais elle est une vétérante chevronnée de la LNI.  Dès la première impro, on est conquis par cette Anaïs. Dans l’impro mixte mon gazon, la nuit, elle et Christian nous donne déjà un très bon duel qui perdurera tout au long du match. C’est pendant la mixte à la manière de Jean-Luc Goddard que Christian prend sa première punition, pour confusion. Il semble qu’il laisse tomber ses objets ou oublie qu’il a une cigarette dans la main. Puis, au cours d’une comparée rimée, on retrouve Christian en grande forme dans la peau d’un chat en quête d’une souris. Encore une fois, l’égalité est créée en fin de match et c’est sur une mixte à la manière de Samuel Becquette que se joue la partie. Une impro très poétique avec des jeux de mots superbes, sur le temps, l’attente, la nuit, la lune. Magnifique. Et c’est avec une marge de 10 votes seulement qu’Anaïs élimine Christian du tournoi. Christian mentionne « J’en suis à ma 4e participation et c’est toujours pour moi une expérience intéressante le un contre un. La joueuse Favron, je la connais depuis longtemps, mais je n’ai pas souvent l’occasion de jouer avec elle. Ces matchs de 45 minutes sont trop courts. Cela vient de commencer que c’est déjà fini » Anaïs pour sa part dit : « Je m’attendais à toutes sortes de choses pour ce premier tournoi, mais en fait, on a juste pas le temps de penser, ni de stresser, car cela va trop vite. J’ai adoré! »

 



Anaïs Favron et Christian Vanasse

 

Pour terminer la soirée, nous avons le bonheur de retrouver deux comparses qui n’y étaient pas l’an passé, mais reviennent avec bonheur, Vincent Bolduc et Frédéric Barbusci. Dès le départ, l’énergie est grande avec la première impro. On a droit à une belle complicité dans les mixtes, où on semble voir Vincent diriger la plupart des impros. Cependant, au cours de comparés, c’est Frédéric qui s’en sort le mieux. Les thèmes les plus difficiles ont sûrement été la comparée sans parole et les mixtes à la manière de Denis Arcand et de Molière. Un excellent moment a eu lieu, lors d’une mixte Pas encore des ninjas où ces deux jeunes hommes se sont retrouvés gamins à jouer aux ninjas et aux pirates. Un match qui a été déterminé avant même la fin, puisqu’à la dernière impro c’était déjà 5-3 pour Vincent, bien que le pointage final a été de 5-4. Un match clean, sans punition qui a ravi le public. Frédéric mentionne : « Vincent est un de mes joueurs préférés avec qui j’aime jouer. Pour mon plan de match, je m’étais donné des objectifs que j’ai atteints. Prendre mon temps, prendre des risques et prendre mon pied. J’aurais peut-être dû ajouter prendre des points à ma liste d’objectifs. » Vincent réplique : « Cela a fait du bien de prendre une pause d’un an. De pouvoir affronter Frédéric et avoir autant de temps ensemble, c’est un beau cadeau. »

 


Vincent Bolduc et Frédéric Barbusci.

 

Étant moi-même une grande assidue de la LNI, chaque fois qu’elle vient jouer à Québec, que ce soit pour le tournoi des maîtres ou lors d’occasions spéciales, je suis toujours au rendez-vous. J’ai trouvé dommage que cette année on ne retrouve pas Réal Bossé et Édith Cochrane qui ont, par les années passées, donné de la couleur, de l’énergie et de magnifiques performances lors de ces tournois.

Les demi-finales qui ont lieu vendredi soir le 11 juin opposeront Patrick Drolet et Vincent Bolduc, de même queFrançois-Étienne Paré et Anaïs Favron. Par la suite, la finale consolation et la grande finale auront lieu le samedi 12 juin.

 

Grand Rire
www.grandrire.com

Cabaret du Capitole
www.lecapitole.com

Ligue Nationale d’Improvisation
 http://www.lni.ca/fr/index.php3

 

Crédit photos: Benoit Roy

 

 

PARTAGER
Article précédentRouge Gueule
Article suivantJe veux participer au chaos!