À PRIX D’AMIES au Théâtre la Fenière : Drôle et touchant !

 
 
 
 
alt
 
« Il est temps qu’on donne la parole aux femmes dans la soixantaine. Elles sont trop souvent présentées comme des mamies, des matantes, des belles-mères…Pourtant ces femmes d’expériences ont des choses à dire. »
 
Hélène Dion, auteure et metteur en scène, était soulagée à la fin de la pièce, vendredi soir, quand nous l’avons rencontré : « Durant les répétitions, je peux intervenir, proposer des ajustements, mais quand les comédiens sont sur scène, je n’ai plus de contrôle. Le cœur me débat…Mais la réaction des spectateurs, leur rire, ça veut dire que c’est une réussite, je suis vraiment soulagée. » Détentrice d’une maîtrise en mise en scène, avec plus de 30 mises en scène à son actif, Madame Dion aime proposer des réflexions sur ce qu’elle a à dire en dedans, et, pour y arriver, elle donne la parole aux femmes. Et nous pouvons dire que l’équipe du Théâtre Oh! a pris la parole au théâtre La fenière les 15 et 16 octobre dans le cadre de la nouvelle création À PRIX D’AMIES.
 
alt
 
À PRIX D’AMIES : ce sont les histoires drôles et touchantes de femmes dans la soixantaine. Que pensent-elles des hommes, de la maternité, de la ménopause ? Que sont devenus leurs rêves de jeunesse ? À quoi ressemblera leur retraite ? L’action de À PRIX D’AMIES débute un dimanche matin dans un marché aux puces public. Lucille (Lise Dubreuil), Thérèse (Lise Genest) et Andrée ( Nicole Plante) ont organisé une vente de débarras afin de financer le voyage à Paris de leur chorale. Ce sera l’occasion, pour ces amies d’enfance, de faire le ménage de leur vie et de régler leurs comptes. Le cas de Roger a été évoqué longuement. C’était l’amour de sa vie pour Lucille…mais elle l’a laissé s’échapper. Elle le regrette depuis, elle croit avoir passé à côté du bonheur…mais Andrée lui apprend que c’est elle qui l’a épousé…et quel mariage ! Roger est un joueur compulsif, pas facile à vivre, dont elle est en train de divorcer. Elle se retrouve même sans le sou…ce qui fait réfléchir Lucille.
 
Rencontrée à la fin de la pièce, Lise Genest était très heureuse de l’accueil du public. Celle qui personnifie Thérèse nous a bien fait rire : «  Quand j’ai vu le prix que me chargeait mon spécialiste pour me faire un face-lift, la face m’a tombée… » Celle qui est devenue accroc du théâtre à l’âge de 9 ans nous rappelle que la troupe a travaillé très fort, avec de nombreuses répétitions dans un petit local : « J’étais très anxieuse au début de la pièce…Comment se passerait le jeu des comédiens, aurons-nous des trous de mémoire, comment serait la réaction du public, ouffff… que j’étais nerveuse…mais là, je suis soulagée, ce fut un succès, je crois ! » Oui, je le confirme, tout un succès, et le temps a passé trop vite. À voir !
 
alt
 
 
LA COMPAGNIE : Le Théâtre Oh! est fondé à l’automne 2005 par Christian Bouchard, Lise Dubreuil, Clément Latulippe et Nicole Plante, tous issus de la Maison Jaune de Québec. La première représentation se fait à la Maison des Aînés de Lévis en janvier 2006 : « Escusez-la ». À l’automne, la compagnie présente au Vieux Bureau de Poste de Lévis ainsi qu’à la Maison Jaune, la comédie « La Nuit des Reines », de Michel Heim. Cette pièce sera reprise à l’été 2007, sous le chapiteau de l’Hôtel La Roche Pleureuse de l’Isle-aux-Coudres. Avril 2008, la troupe propose « Fais-moi une scène » suivi d’un Casona : « La fable du secret bien gardé » à la Maison des Aînés de Lévis. Été 2008, le chapiteau de La Roche Pleureuse retrouvera le Théâtre Oh! dans « Mon OEil ». En 2009, « Le Choeur des vieux Noël » est présenté une dizaine de fois dans le cadre des Noël d’Antan à l’Hôtel La Roche Pleureuse.
 
alt
 
Texte et mise en scène Hélène Dion
Distribution Lise Dubreuil, Lise Genest et Nicole Plante
Éclairages et régie : Luc Vallée.
Construction et décor : Jean-Denis Dubreuil
Billets : 20 $ (régulier) / 15 $ (ainés et groupes).
Information et réservations: 418.626.6027.
 
Crédit photos : Lise Breton
 
 
PARTAGER
Article précédentbanlieue Blanche
Article suivantAldo et le ballon d’or