Mémoires d’un quartier, tome 7: MARCEL

 

 alt

Roman tant attendu, Marcel, le septième tome de la saga Mémoires d’un quartier, est disponible depuis le 3 novembre 2010. Connaissant un engouement sans précédent, la série se poursuit à travers les problèmes de Marcel, ce père de famille coincé entre ses obligations familiales et ses propres ambitions. Où le père de la famille Lacaille apprendra à découvrir le véritable visage de tous ceux qui l’entourent.

Depuis un an, Marcel n’en finit plus de travailler. Devenu propriétaire de l’épicerie du quartier, les longues heures à préparer les commandes deviennent de plus en plus pénibles. Lorsque sa fille Laura décide de mettre la main à la pâte, Marcel réalise soudainement que le temps passe et que ses enfants ont une vie bien à eux dont il ne fait pas partie. Il se sent bien loin d’Antoine et ses ambitions de peintre, de Laura et ses études universitaires…

Laura était nostalgique, et la perspective de retourner au casse-crôute lui pesait trop pour elle. Elle avait beaucoup aimé travailler aux côtés de  père. Ce faisant, elle avait découvert un homme qui, sans être tout à fait différent de celui qui vivait avait avec eux à la maison, n’était tout-de-même pas semblable. Bernadette va-t-elle cesser le travail comme vendeuse des produits Avon et aider son mari à l’épicerie ?

Bernadette, elle, n’a pas envie de voir partir Adrien. Pourtant, depuis l’automne dernier, ses paroles proclament le contraire. Elle se fait l’avocat du diable en répétant que Maureen a le droit de connaître sa fille Michelle, d’autant plus que la lointaine mère commence à manifester un intérêt pour l’enfant. Aussi, Antoine s’est mis en tête d’aller passer l’été à New-York pour montrer ses toiles. Qu’est-ce qu’Antoine va faire ?

Dans cet ouvrage, l’auteure nous donne un aperçu du caractère de Marcel, qui a beaucoup changé comme son patois calvaire, je le ressens plus humain dans cet ouvrage que les autres tomes. On voit un Marcel différent, j’aurais apprécié en savoir davantage Marcel était différent des autres tomes et savoir d’où vient ce caractère.

Qu’arrive-t-il à Francine depuis quelle a quitté son logement ? À suivre…
alt

Avec vingt-sept ouvrages à sa bibliographie et près d’un million d’exemplaires vendus, Louise Tremblay-D’Essiambre comble ses lecteurs avec des histoires aux dialogues exceptionnels et des personnages fascinants. Infatiguable conteuse, elle inclut dans la série Mémoires d’un quartier les personnages de ses précédentes séries à succès, pour le plaisir de ses nombreux inconditionnels. La France a découvert avec beaucoup d’intérêt la magnifique série Les Sœurs Deblois, les quatre tomes étant publiés cette année aux éditions POCKET.

Mémoires d’un quartier est en nomination pour la 28e édition du prix du Grand Public La Presse – Salon du livre de Montréal.


La famille Lacaille dans sa quête de bonheur. Nous sommes à l’automne 1966. L’époque du Peace and Love bat son plein et Montréal s’apprête à recevoir le monde entier à l’occasion de l’Expo 67…

Le prochain tome de : «  Mémoire d’un quartier, tome 8 : Laura 2 – À paraître au printemps 2011. »

nombre de pages : 320
prix suggéré : 24,95$




PARTAGER
Article précédentLa Fatigue chronique
Article suivantShow Me