Signé, Glenn Gould

alt
 
 
 
Glenn Gould a toujours souhaité devenir écrivain. Il est l’auteur de plusieurs articles théoriques sur la musique et a signé des documentaires tant pour la radio que pour la télévision. Sa correspondance témoigne de son vif intérêt pour un autre genre d’écriture propre à satisfaire davantage ses exigences d’une communication authentique.
 
Les lettres de Gould laissent découvrir les liens privilégiés qu’il entretient avec sa famille, ses amis, ses collaborateurs, ainsi que la pensée et le vécu de l’homme et le l’artiste. Est-il chef d’orchestre, compositeur, auteur ou pianiste? La correspondance permet d’accéder à la polyvalence du musicien et à la diversité de son œuvre. Elle représente un puissant microscope sous lequel on observe son processus créateur, ses attitudes, ses manières d’être et de réagir. Le lecteur comprendra les préoccupations morales et intellectuelles qui accompagnent ce génie universel, ses interrogations, ses doutes et ses aspirations.
 
L’homme chaleureux et accueillant est aussi capable de distanciation et de flegme. L’artiste étonne tant par son pragmatisme que par son intransigeance dans le commerce relié à son métier. Jusqu’à la fin de sa vie, il voudra que ses affaires soient toujours réglées au mieux, ne laissant rien au hasard!
 
Le ton humoristique et le rythme fougueux de son écriture démontrent l’évident plaisir de Gould à utiliser une voie autre que la musique pour communiquer et s’exprimer. Ce plaisir est contagieux et rejoint le lecteur qui, sans être le réel destinataire, saisit la portée et la fascination de cette correspondance.
 
La correspondance de Gould laisse voir l’héritage immense que ce musicien a légué à ses auditeurs-lecteurs. Sa passion transpire ; son authenticité émeut ; son génie déborde; son humour déride; la clarté de ses propos éblouit; sa rigueur inspire. Rien de moins, rien de plus : cela est!
 
Quel voyage! Un coup d’œil dans l’âme d’un génie! On ferme les yeux et le pianiste apparaît penché sur le clavier de son piano créant une musique à transporter l’esprit. La collection de ses lettres est traduite de l’anglais par Jean-Robert Saucyer. Ghyslaine Guertin est l’auteure de la présentation et elle nous donne les annotations qui nous révèlent davantage les personnes avec qui Glenn Gould correspondait. Ces lettres sont remplies d’humilité, d’humour et sincérité qui nous permettent de connaître ce maestro plus profondément.
 
 
alt
Glenn Gould est né à Toronto, en Ontario, le 25 septembre 1932. À l’âge de trois ans, cet enfant au talent extraordinaire lisait la musique même avant de lire des mots. À l’âge de dix ans, Glenn prenait des leçons de piano avec Alberto Guerro à The Royal Conservatory of Music à Toronto. Il est reconnu surtout pour ses interprétations de Johann Sébastien Bach. Lorsqu’il jouait, on l’entendait chantonner. Après une congestion qui paralyse son côté gauche le 27 septembre 1982, sa santé se détériore et le 4 octobre de la même année, tout soutien est enlevé et il meurt. Il avait 50 ans.
 
Louise Courteau, éditrice
Pages : 282
Prix suggéré : 29,95$
 

www.louisecourteau.com

PARTAGER
Article précédentLa Locandiera
Article suivantLe long retour