Pieds Nus de Elin Hilderbrand

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
48
Pieds Nus

Par une chaude journée de juin, trois femmes débarquent à Nantucket, avec leurs enfants et leurs problèmes émotionnels. Vicki tente de composer avec sa maladie. Sa soeur Brenda a dû quitter son poste à l’université à cause d’une liaison avec un étudiant. Leur amie Mélanie, enceinte, a appris que son mari la trompe. Elles rencontrent Josh Flynn, un natif de l’île qui devient leur baby-sitter… Très vite, les trois femmes ne peuvent imaginer leur vie sans lui, et lui aussi a besoin d’elles…

J’ai découvert cette auteure l’été dernier, avec le livre L’été Sauvage. Dans chacun de ses livres, qui se passent toujours dans la région de Nantucket (près de Cape COD), on sent tout l’amour que Elin Hilderbrand a pour cet endroit paisible et paradisiaque. À nouveau, avec Pieds Nus, le lecteur est transporté en vacances sur cette île,  avec ces trois femmes venues prendre du recul face à leurs problèmes, pendant trois mois.   

Le roman contient quatre chapitres (juin, juillet, aout et l’épilogue : Hiver) et il est rempli de moments tendres, d’émotions vives, de maladie, d’infidélité, de cœurs brisés, de retrouvailles, d’attente, d’espoir, de désespoir, bref on y suit ces trois femmes, les deux enfants et leur baby-sitter pendant trois mois, durant lesquels ils nouent des amitiés, solidifient des liens familiaux, s’attachent, s’amourachent et se confient mutuellement l’un à l’autre. 

J’aime la façon dont ce roman est construit. On alterne entre le présent et les souvenirs du passé de manière fluide et efficace. On change aussi continuellement de narrateur, pour ainsi nous permettre de nous mettre dans la peau de chaque personnage, apprendre à mieux les connaitre, mais pour aussi nous aider à changer notre vision de l’histoire, selon leurs diverses perspectives. Bien que ce soit des sujets parfois graves qui sont abordés (le cancer, l’infidélité, le suicide), le ton du livre demeure léger et il y a plusieurs moments de détentes racontés sur un rythme de vacances.   

IL est certain que la femme en moi n’a pu s’empêcher de s’identifier à une ou l’autre de ces trois femmes, à un moment donné dans l’histoire. De plus, bien que pour moi, en ce moment, on est en octobre, j’avais l’impression d’être en vacances au soleil. Donc, je pense que c’est le livre idéal pour amener en voyage, sur le bord de la plage, ou pour justement se donner le goût de prendre des vacances. 

C’est un roman drôle, tendre, émouvant par moment, apaisant à l’occasion, où l’amour et les liens familiaux et amicaux dominent. Un roman qui fait du bien au cœur. Et je retiens de ce livre une belle manière de vivre. Dorénavant, lorsque j’irai à la plage pour une détente, je vais tout faire pour ramener un peu de sable dans un bocal. Par la suite, quand j’aurai le cafard ou une journée d’enfer, je n’aurai qu’à mettre un peu de ce sable dans mes souliers, entre mes orteils, pour me sentir à nouveau sur cette plage, heureuse, en vacances! 

Je suis désormais vendue d’avance aux livres de Elin Hilderbrand. Je ne peux maintenant qu’espérer que d’autres de ses romans soient traduits en français très bientôt. 

Elin Hilderbrand vit à Nantucket avec son mari et ses trois enfants. Elle a grandi à Collegeville, en Pennsylvanie, et a beaucoup voyagé avant de s’installer à Nantucket – toile de fond de ses cinq derniers romans. Diplômée de l’université John Hopkins, elle possède aussi un diplôme de fiction littéraire de l’université de l’Iowa.

Prix : 13.95 $ format livre de poche

Traduction de l’anglais par Carole Delporte

635 pages

http://www.livredepoche.com

 Édition : Hachette Canada  (le livre de poche)

http://www.hachette.qc.ca/