Tomas Jensen – Lancement le 13 février au Lion d’Or de son nouvel album « Plus personne »

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
20
Tomas Jensen - Plus personne
Tomas Jensen – Plus personne

Tomas Jensen revient en force avec Plus personne, un premier album de chansons originales en 5 ans, coréalisé avec le talentueux François Lalonde (Jean Leloup, Lhasa de Sela, Dobacaracol), qui sera en magasin le 12 février prochain et un lancement aura lieu à Montréal le 13 février pour un 5 à 7 gratuit au Lion d’Or.

Un répertoire populaire, festif, plein d’humour dont on reconnaît la signature musicale du coréalisateur.  D’une grande richesse sonore, nous donnant le goût de se laisser aller à l’occasion pour danser, l’album possède une belle cohésion entre les  cuivres et les cordes. Jensen a écrit sur « Plus personne », des textes marquants, qui mettent en scène des situations concrètes, des dialogues drôles et caustiques entre un homme et une femme, qui touchent à la fibre la plus chatouilleuse et douloureuse à la fois, des rapports amoureux.  On y parle de flirt d’un soir, de liberté, de ne pas se dire je t’aime, de séparation et même d’animaux pour faire une présence à ce manque d’amour douloureux.

Ce que je retiens de cet album, c’est le cocktail bien mixé entre les textes humoristiques et le rythme pour faire passer même les sujets les plus douloureux.  Avec sa voix chaude, et polyvalente, on peut dire que Tomas Jensen a su conquérir son public.  Sur quelques chansons, il est accompagné d’une voix féminine (Margot Czappracki) relativement claire qui ajoute à la beauté de la chanson.

Les paroles et la musique sont toutes de lui sauf « Ne dis rien » et « Nature Boy ». Dans le livret, on y retrouve toutes les paroles des chansons et aussi de très belles photographies de Tomas Jensen.

Chanson par chanson

1. Plus personne : Des amours éphémères qui ne dure qu’une nuit, chanson au son radiophonique.

2. Ma littérature : Un chagrin d’amour où l’on exprime à l’autre qu’il est son karma, sa littérature. (Bien que ça fasse mal/c’est pas l’hôpital/qui guérit ces blessures/c’est le temps qui passe/qui soigne et efface…)

3. Mourir vite : Une histoire de gars cocu conté d’une façon plutôt humoristique.

4. La guerre : chanson très rythmée et entraînante, une chanson du sud, malgré le titre.

5. Ne dis rien : (les paroles de Dave Richard) un gars qui ne veut pas s’engager. « surtout ne dis pas que tu m’aimes ».

6. Allons : un intermède pour la chanson suivante, mais chanter différemment.

7. Allons-nous promener : la musique électronique nous invite à l’urgence d’aller se promener, faire les cons, s’amuser et faire l’amour.

8. Parfaite : La rencontre de l’âme sœur.  (Toutes les femmes aimeraient se faire dire qu’elles sont parfaites)

9. Les animaux : Un drôle de texte imagé.  Pour remplacer sa bien-aimée, pour contrer un vide, un manque d’affection, le gars se procure des animaux.

10. Pélican : Une séparation. On laisse partir la personne qui nous fait toujours des menaces de s’en aller et on est content. Cette chanson, plus parlé que chanté m’a fait penser à Jean Leloup.

11. Partisan : La liberté

12. Nature boy : (paroles et musique d’Eden Ahbez) la plus belle chose qui peut nous arriver c’est d’aimer et être aimé en retour.  (La seule chanson en anglais de l’album)

13. À qui : La perte d’un amour et l’on se demande à qui iront les prochaines faveurs de notre bien-aimée.

 

Tomas Jensen : chant, guitares, piano, flûte, claps

François Lalonde : batteries, basses, guitares, vibraphone, percussions, chœurs, xylophones, claviers

Invités :

Némo Venba : trompette, accordéon et arrangement des cuivres sur certaines pièces.

Blaise Margail : trombone sur (Les animaux + Ne dis rien)

Philippe Legault : tuba  sur (Les animaux)

Marie-Soleil Bélanger : violons sur (Les animaux et ma littérature)

Claude Simon : arrangements cordes et violon sur (Mourir vite)

Peter Paul (Pierre-Luc Laflamme)  guitares et basse sur (Partisan et Allons nous promener)

Martin Roy : contrebasse sur (Mourir vite et Pélican)

Patrick Lavoie : violoncelle et scie égoïne sur (À qui)

 

Pour en savoir davantage sur cet artiste exceptionnel

« Né en Argentine, Tomas Jensen arrive en France à huit ans, après avoir passé deux ans au Brésil. Il écrit ses premières chansons vers l’âge de 16 ans et avait comme influences principales : Renaud, Brassens et Sylvio Rodriguez.

Après avoir fini sa maîtrise en anthropologie, il s’incruste dans un collectif actif dans sa région, le collectif Ishtar : 25 jeunes fous qui veulent révolutionner l’Art (du spectacle) depuis le fin fond de la France.

Deux ans après avoir commencé à se produire avec eux (en danse contemporaine, chanson, percussions brésiliennes, théâtre expérimental, spectacles pour enfants, etc.) il est venu s’établir au Québec pour six mois! Il y a 13 ans !

Entre 2000 et 2006, avec le groupe libre, polyglotte, dansant et impertinent « Les Faux-Monnayeurs », il fait d’innombrables concerts allant du petit bar aux festivals ou fêtes de la St-Jean devant des milliers de personnes ainsi qu’à la télé et à la radio, au Québec, en France et même au Yukon !

Jensen sortira cinq disques: Au pied de la lettre (indépendant 2000), Pied de nez (indépendant 2002), Check Engine (sous le nom uniquement des Faux-Monnayeurs, La Smala, 2002), Tomas Jensen & Les Faux-Monnayeurs (GSI Musique 2004), et Pris sur le vif (album double enregistré en public, GSI Musique 2006).

En 2008, il lance un sixième disque québécois, Quelqu’un d’autre, cette fois sans Les Faux-Monnayeurs, et François Lalonde à la réalisation. C’est un véritable tournant dans sa musique, un autre univers, avec des influences de musiques dites « urbaines » mais un univers beaucoup plus personnel également.

Fin 2009 il monte le groupe Hombre, au style rock latino, reggae-punk, sextet flamboyant et dès 2010, avec L-A be (Let Artist be) fait un premier album qui gagnera le prix album world de l’année au GAMIQ et sera nominé dans cette même catégorie au gala de l’ADISQ. Depuis, il est retourné à sa carrière solo et a sorti un disque : Face A Face B, hommage à Caetano Veloso et revient avec un album de chansons originales avec Plus personne.

www.tomasjensen.com

http://www.youtube.com/watch?v=WKY01KrlfHs&feature=youtu.be

sixmedia.ca/

http://l-abe.com/labe9/

 

Lancement au Lion d’Or le 13 février à 17 h et c’est gratuit

http://www.cabaretliondor.com/liondor/fr/index.

Lion D’or : (514) 598-0709                1676 Rue Ontario Est,  Montréal, QC, Canada