Les Rives prochaines

Les rive prochaines
Les rive prochaines

Marie-Ange vit sa cinquante d’une façon plutôt solitaire, sans pour autant être malheureuse.

Retraitée, elle habite seule, sans enfant, dans son grand appartement. Elle entretient épisodiquement une relation adultère avec Sébastien.

Au hasard de ses rencontres, elle renoue d’amitié avec Marcel, un enseignant avec qui elle a travaillé à l’école de l’Avenir.

Jadis, coureur de jupons, Marcel se retrouve à soixante-dix ans, seul et vieux.

« À 70 ans, il est dans la position où se trouve tout employé à la retraite qui n’a pas préparé ce moment. »

Autrement dit, les conquêtes sexuelles font partie d’un passé lointain et il est sans le sou.

Marie-Ange offre à Marcel la cohabitation, ce qu’il accepte sans vraiment en avoir le choix. Marie-Ange appréciera la présence de cet ancien collègue de travail et développera une profonde affection pour le fils de ce dernier, Marin.

Cet heureux mélange de la vieillesse de Marcel et jeunesse de Marin insufflera une nouvelle énergie au quotidien de Marie-Ange. De quoi la projeter sur des rives prochaines…

J’ai bien apprécié ce petit roman de 192 pages.  Quoiqu’un peu nostalgique, il exprime avec réalisme les angoisses reliées au vieillissement. L’écriture est simple et fluide.

« Mûre, sensible, prête à bondir à tous les instants, parfois à notre insu, l’écriture de Gilles Archambault ne ressemble à celle de personne, représentative d’une nation québécoise, d’une époque d’ouverture sur le monde, d’auto-analyse et de solitude parmi les foules. » Claudia Larochelle, Journal de Montréal

Depuis son premier ouvrage publié en 1963, Gilles Archambault n’a cessé de construire patiemment, fidèlement, à travers ses romans, recueils de nouvelles, chroniques et autres écrits, une œuvre de prose qui apparait aujourd’hui comme l’une des plus indépendantes et des plus authentiquement personnelles de la littérature québécoise contemporaine.   Les rives prochaines est son vingt-huitième livre.

Pages : 192

Prix : 12,95$

Édition du  boréal :http://www.editionsboreal.qc.ca/

PARTAGER
Article précédentQui de nous deux?
Article suivantSylvie Paquette vit un jour de chance