Programme double à la Rotonde : Femmes-bustes + Les femmes de la Lune Rouge

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
Annie Gagnon - Chorégraphe de Les femmes de la Lune Rouge
Annie Gagnon – Chorégraphe de Les femmes de la Lune Rouge

Le Collectif Arielle et Sonia, fondé officiellement en 2014, nous présente leur première production créée pour la Rotonde les 27, 28 et 29 novembre à 20 h. Femmes-bustes + Les femmes de la Lune Rouge, un programme double qui réunit trois artistes sur la scène du complexe Multi de Méduse, à Québec. Arielle Warnke St-Pierre et Sonia Montminy, interprètes et Josué Beaucage (Who are you), compositeur et musicien de la trame sonore.
Arielle et Sonia travaillent ensemble depuis quelques années et ont livré six productions jusqu’à maintenant, fondées sur une collaboration unique avec le Musée de la Civilisation de Québec. Créant ainsi une plateforme artistique différente et une scène où l’art inspire l’art, les interprètes proposent l’ouverture sur une acculturation homogène. Les femmes de la Lune Rouge, chorégraphiée par Annie Gagnon, s’imprègne de l’univers de l’exposition Samouraï. Chefs-d’œuvre de la collection Ann et Gabriel Barbier-Mueller et s’attarde à la sensualité des confrontations et au respect de ceux qui tombent au combat. La lenteur des mouvements, qui interpelle ou non le spectateur, s’oppose la brutalité de la lutte qui n’a de violent que l’intensité des danseuses. Bien que le clin d’œil aux samouraïs est presque imperceptible, on y voit quand même des allusions aux arts martiaux dans la précision et le contrôle des gestes, et dans la dichotomie de la douceur et de la puissance.
Femmes-bustes tire son profit de l’exposition Les Maîtres de l’Olympe et de la coopération des chorégraphes grecs, Jozef Frucek et Linda Kapetanea, de la compagnie Rootlessroot. Inspirés de la thématique de la dénaturation de l’Homme, on transforme les corps, les manipule, les détruit. Le corps comme une enveloppe, une coquille de peau vide, complètement déshumanisée, à la merci du mythe et des croyances.

Jozef Frucek et Linda Kapatanea - Chorégraphes de Femmes-bustes
Jozef Frucek et Linda Kapatanea – Chorégraphes de Femmes-bustes

Deux artistes manipulées, désincarnées, mues par une suite décousue de gestes composites. Femmes-bustes où le corps décapité devient un matériel aux lignes définies ou non, amplifiées, dissimulées. Cette chorégraphie est surtout basée sur la répétition des corps qui convulsent, se contractent, se cambrent, vulnérables. Frucek et Kapetanea enrichissent l’expérience de leur signature, le Fighting Monkey, une gestuelle inspirée des arts martiaux qui consiste à réveiller les instincts et les réflexes biomécaniques.

Les deux productions se succèdent dans une série de tableaux complètement différents qui font voyager le spectateur mi-figue mi-raisin dans des univers sans frontière, ni histoire, ni paysage distincts. L’ambiance musicale intéressante créée sur scène par Josué Beaucage ajoute une touche multidisciplinaire à l’œuvre. Des tableaux planants, curieux, comiques, émouvants, intellectuels, élégants, puissants, tout se mêle pour former un tout unique et audacieux.

Crédits photos :  Respectivement Marjorie Guindon et Srdjan Stanojevic

Site Web de la Rotonde