Aux Violons du Roy, le concert « Cantates de Bach, L’Étoile du matin » offre une harmonie parfaite entre les solistes et les musiciens

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
30
La soprano Anna Dennis

Dans un programme choisi par Jonathan Cohen, le nouveau directeur musical des Violons du Roy, le public nombreux au Palais Montcalm a été comblé et réjoui par trois magnifiques cantates d’inspiration profane et religieuse également.

Pour beaucoup de gens, la révélation de la soirée a été la soprano britannique Anna Dennis. Dès les premières notes émises par la chanteuse, on est surpris et même renversé par la beauté du timbre du soprano. Ses aiguës sont somptueux et quelle aisance pour contrôler sa voix toujours belle et expressive tout au long de la première cantate. Tout à fait fascinante cette soprano.

En deuxième partie du concert, deux cantates de Bach faisant appel à quatre chanteurs : la mezzo-soprano Maude Brunet, le ténor Andrew Tortise, le baryton Neal Davies et Anna Dennis.

Le chef et directeur musical Jonathan Cohen

Soulignons au cours de ces œuvres la beauté de la musique magnifiquement interprétée par les musiciens et leur chef les dirigeant au clavecin. Il y a une aisance, une sonorité naturelle au cours de ces interprétations homogènes pour tous les musiciens. Il est sûrement très agréable pour ces musiciens d’avoir à leur tête un chef aussi talentueux et charismatique. Un excellent choix comme nouveau directeur artistique.

Dans la cantate Was willst du dich betrüben, BWV 107, dans le quatrième mouvement, l’orgue avec les deux violoncelles et la contrebasse, nous donnent des moments d’une grande beau et émouvants.

Pour certains concerts, Les Violons du Roy font appel à quelques interprètes de l’extérieur selon les besoins des œuvres. Or ces artistes sont tout à fait remarquables. Ainsi, le hautbois de Jean-Luc Coté accompagnant le cinquième mouvement est splendide. Il en est de même dans cette oeuvre pour la flûte de Marie-Andrée Benny.

Dans la dernière cantate Wie schön leuchtet des Morgenstern, BWV 11, il faut souligner certains passages musicaux magnifiques. Les cors joués par Louis-Philippe Marsolais et Alice Laine-Lépine avec les deux hautbois, c’est grandiose.

Pour la partie vocale, le ténor et le baryton ont des voix très intéressantes. La diction allemande est impeccable et leur expressivité se veut constamment touchante.

En fin de concert, le public a très chaleureusement applaudi les chanteurs et les instrumentistes.

Le programme du concert :

J.S. BACH

O Holder Tag, erwünschte Zeit, BWV 210

Was willst du dich betrüben, BWV 107

Wie schön leuchtet des Morgenstern, BWV 1

Ce magnifique concert est repris à Montréal le samedi 25 mars à 14 h 00 en la salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal.

Crédits-photos : Courtoisie

http://www.violonsduroy.com/fr/programmation/saison-montreal

http://www.violonsduroy.com/fr/programmation/saison-quebec