«Choir Boy» au Centaur: une pièce de théâtre musical sur le passage à l’âge adulte

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
79
«Choir Boy»

Le théâtre Centaur fête l’ouverture de sa 50e saison avec «Choir Boy», une pièce sur le passage à l’âge adulte dans une école pour jeunes afro-américains doués en chant de chorale.  Écrit par Tarell Alvin McCraney qui a déjà gagné un Oscar pour son scénario du film «Moonlight», ce spectacle est présenté à Montréal avant même d’être à l’affiche de Broadway en décembre prochain.  Présentée en anglais jusqu’au 28 octobre, la force du spectacle est dans la performance des interprètes et les belles harmonies vocales lors des scènes de la chorale.

L’histoire se déroule au Charles R. Drew Prep School durant la dernière année de cinq jeunes hommes noirs dotés d’une grande force de caractère.  Chacun démontre un grand talent vocal pour faire partie de la chorale légendaire de l’école.  Pharus veut devenir le chef du choeur, et il ne laissera rien l’arrêter, malgré le fait qu’il soit gay.  L’interaction entre chacun d’eux, catalysé par le chef de l’école (headmaster) et un vieux professeur (Mr. Pandleton) sera le coeur du récit.

Steven Charles (Pharus), Lyndz Dantiste (AJ), Patrick Abellard (Bobby), Christopher Parker (David), Vlad Alexis (Junior), Quincy Armorer (Headmaster Marrow) et Paul Rainville (Mr. Pandleton)

Les interprètes offrent une belle performance autant musicale lors des scènes de la chorale que par leur jeu.  Steven Charles dans le rôle de Pharus réussit à jouer un gay harcelé mais sans jouer le martyr, peut-être parce qu’il est un peu prétentieux. Ça rend son personnage plus fort.  Par contre, il joue un peu trop maniéré ce qui dérange pas seulement ses compagnons mais parfois le spectateur car il y a trop d’emphase sur ses gestes plutôt que ses paroles.  Les deux seuls adultes de l’histoire, Headmater Marrow et Mr. Pandleton, sont joués à merveille par des acteurs d’expérience.  La force qu’ils exercent sur les jeunes réussit à catalyser et canaliser les tensions entre les cinq jeunes, particulièrement la scène de la classe de Mr. Pandleton.

La mise en scène est efficace avec de belles trouvailles, comme les scènes de douche ou lorsque Pharus se fait battre.  Sans mettre trop d’importance sur les convictions religieuses, on sent que celles-ci sont présentes et à la base de événements qui provoquent les tensions.  La direction musicale est impeccable, les harmonies et le choix des chants correspondent bien au monde du gospel et l’exécution par les cinq jeunes choristes est très agréable à nos oreilles.

«Choir Boy» est une pièce qui plaira aux connaisseurs de théâtre d’exploration et à ceux qui aiment les conflits de jeunes sur l’homosexualité et le passage à l’âge adulte (traduction de « coming of age »).  Appuyé par un texte profond mais aussi parsemé de quelques répliques humoristiques, l’histoire comporte malgré tout quelques longueurs.

Steven Charles (Pharus) et Lyndz Dantiste (AJ)

Équipe de création
Mise en scène: Mike Payette
Direction musicale: Floydd Ricketts
Décors et costumes: Rachel Forbes
Éclairages: Andrea Lundy

Distribution
Patrick Abellard (Bobby), Vlad Alexis (Junior), Quincy Armorer (Headmaster Marrow), Steven Charles (Pharus), Lyndz Dantiste (AJ), Christopher Parker (David), Paul Rainville (Mr. Pandleton).

Présenté en anglais au Centaur Theatre (453 rue St-François-Xavier, Vieux-Montréal) du 9 au 28 octobre 2018 à 20h avec une matinée à 14h les samedis et dimanches.

Durée: 1h35 sans entracte

Billets disponibles (55$/âge d’or 46$/étudiant et moins de 30 ans 30$) au 514-288-3161, en ligne http://www.centaurtheatre.com/tickets.php ou au théâtre.

Photos: Andrée Lanthier