La comédie musicale «Hedwig and the Angry Inch»: un spectacle rock hilarant et touchant

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
40
La comédie musicale «Hedwig and the Angry Inch»

Pour fêter les 20 ans de ce spectacle, In The Wings Promotions présente «Hedwig and the Angry Inch», une comédie musicale rock complètement éclatée au Cabaret Mado jusqu’au 22 novembre.  Gagnante de plusieurs prix, dont 4 Tony Awards en 2014 (dont la meilleure reprise de comédie musicale), l’intrigue met en vedette deux acteurs et un orchestre racontant l’histoire d’une chanteuse transgenre et d’un soldat qui s’uniront pour réussir à échapper au milieu hostile à leur situation.  La productrice, Noelle Hannibal, a invité l’auteur des chansons Stephen Trask à donner une classe de maître et à assister à la Première ce mercredi 14 novembre.

In The Wings Promotions est une jeune compagnie qui contribue à la communauté théâtrale montréalaise en produisant des comédies musicales et des classes de maîtres. Ils ont gagné 6 BroadwayWorld Regional Theatre Awards, dont le Best Independent Theatre Company.  Pour en apprendre un peu plus sur ce spectacle, j’ai discuté avec Noelle Hannibal, fondatrice de cette compagnie et interprète du rôle de Yitzhak. Voici notre entretien:

Quel genre de spectacle est «Hedwig and the Angry Inch»?
C’est un mélange égal d’une partie hilarante et d’une autre trés émouvante.  J’adore qu’on présente ce spectacle au Mado parce que c’est un sujet qui est cher à ceux qui fréquente cette salle.  J’ai toujours adoré cette comédie musicale alors je suis fière de pouvoir la présenter au public Montréalais qui va adorer.  Hedwig est un personnage plus grand que nature mais quand on y regarde de plus près, elle n’est pas vraiment différente de ceux qui assistent au spectacle. Tout le monde va trouver un angle pour s’identifier à elle.

Noelle Hannibal (Yitzhak)

Pourquoi avez-vous choisi cette histoire?
J’ai vu le spectacle la première fois à la fin des années 90, et j’ai toujours eu un point faible pour «Hedwig».  L’an dernier, j’ai eu un bon défi en montant «Hair» avec 17 acteurs sur scène plus un orchestre.  Alors j’avais le goût de faire quelque chose de plus intime, et en plus c’est un spectacle que je voulais monter depuis longtemps.  Ceci étant dit, même avec seulement deux interprètes, c’est loin d’être un spectacle facile à monter.  Je m’aperçois maintenant qu’à deux interprètes les défis sont différents.

Que reconte l’histoire de «Hedwig and the Angry Inch»?
C’est un acte de 90 minutes qui raconte l’histoire de Hedwig, une chanteuse queer rock de l’Allemagne de l’Est, qui s’échappe du régime communiste au moment où le Mur de Berlin existe encore.  Elle se retrouve aux États-Unis à poursuivre sa carrière de chanteuse rock.

Quels sont les thèmes développés par cette mise en scène montréalaise?
La production de Broadway de 2014 était différente de l’originale de Off-Broadway. Comme c’était dans une grande salle, ils ont réécrit certaines parties, fait des ajouts, etc.  La première production était présentée dans des bars de drag à New York et c’était intime et plus cru.  C’est cette première production plus intime que ramenons à Montréal, en utilisant le script original.  On va puiser dans la profondeur du personnage de Hedwig plutôt que dans les artifices qui l’entourent.

Andrew Morrisey (Hedwig)

Hedwig est un personnage complexe à jouer, comment avez-vous trouvé l’acteur pour l’interpréter?
Andrew Morrisey est originaire de Truro en Nouvelle-Écosse, diplômé du collège Sheridan en théâtre musical.  Après avoir travaillé 4 ans à New York dans quelques productions, il est arrivé par hasard à Montréal quelques jours avant les auditions pour Hedwig. On a été vraiment chanceux de le trouver ainsi, car les auditions étaient exigeantes. On voulait quelqu’un avec une bonne voix pour chanter, un acteur qui montre ses émotions, et peut parler avec un accent allemand.

Vous jouez le personnage de Yitzhak, qui est-il?
C’est le mari de Hedwig qui est traditionnelement joué par une femme.  Mais je ne suis pas en drag, je joue vraiment un homme, ce qui est un vrai défi pour moi.  Premièrement la physicalité du personnage et aussi la masculinité d’un homme des années 90 sont parmi les choses que j’ai dû travailler, sans compter la voix pour jouer un homme.

Quelle est votre partie favorite du spectacle?
Depuis 20 ans que j’écoute ces chansons, et ma favorite a évolué selon les périodes.  Mais depuis quelques temps maintenant, c’est «Midnight Radio» à la finale qui l’emporte à cause d’une combinaison de la musique, des paroles et de ce qui se passe sur scène.

L’entrevue se termine sur une note personnelle: elle avoue qu’être productrice et en plus d’occuper la scène durant tout le spectacle est une belle épreuve en soi.  Elle est aussi excitée et honorée que l’auteur, Stephen Trask, ait accepté d’être présent et de répondre aux questions du public le soir de la Première (14 novembre). En prime, il donnera une classe de maître en théâtre musical la veille (13 novembre). Pour les inscriptions à cette classe de maître, vous avez le lien avec les détails en bas de l’article.  Merci Noelle, on se donne rendez-vous au Cabaret Mado d’ici le 22 novembre pour «Hedwig and The Angry Inch».

Équipe de création
Texte: John Cameron Mitchell
Musique et paroles: Stephen Trask
Mise en scène: Nadia Verrucci
Direction musicale: Ian Baird

Distribution
Andrew Morrisey (Hedwig) et Noelle Hannibal (Yitzhak).

Orchestre
Ian Baird, Stephen Menold, Kevin Bourne et Sebastian Balk-Forcione.

Présenté en anglais au Cabaret Mado (1115 rue Ste-Catherine Est, Montréal) les 14-15-21-22 novembre à 20h.
Billets (25$/étudiant, âge d’or, membres CAEA ACTRA UdA QDF 20$) en vente sur http://www.hedwigmontreal.com/tickets.html ou au 514-613-4597

Liens
Masterclass le 13 novembre par l’auteur Stephen Trask: https://www.facebook.com/events/2250957875136984/
In The Wings Promotions: http://www.inthewingspromotions.com

Photos: Noelle Hannibal