Edith Butler – Intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens dans le cadre du Congrès mondial acadien

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
29
Pantheon Canadien

C’est avec fierté que le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens annonce l’intronisation le 23 août prochain dans le cadre du Congrès Mondial acadien de l’auteure-compositeure-interprète Édith Butler originaire de Paquetville, au Nouveau-Brunswick.

«?Le panthéon des auteurs et compositeurs canadiens se joint cette année encore aux festivals de musique et événements musicaux les plus dynamiques du pays — d’un océan à l’autre — pour rendre hommage aux auteurs-compositeurs et célébrer les chansons représentatives de chaque région et nous sommes vraiment fiers et heureux d’introniser la grande Edith Butler dans le cadre du Congrès mondial acadien?», déclare Vanessa Thomas, directrice générale du Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens.

Édith Butler pionnière et ambassadrice incontestée de la culture acadienne et de ses traditions elle a fait revivre les personnages de son pays, colorés, chaleureux et remplis de cette joie de vivre propre aux Acadiens. À la fois chanteuse, musicienne et conteuse, Édith Butler, l’acadienne de choc, «?nous livre un visage du monde que sans elle nous n’aurions pas connu.?» (Antonine Maillet) Sa signature musicale unique embrasse et amalgame ingénieusement des sonorités traditionnelles et contemporaines.

Depuis ses débuts en 1964, Édith Butler a chanté sur toutes les scènes du monde la culture et l’histoire de l’Acadie. Elle s’est d’abord fait connaître dans la région grâce à des émissions de radio telles «?En montant la rivière?» et «?Au chant de l’Alouette?», puis, remarquée par  les producteurs de CBC, elle devint une invitée régulière de l’émission «?Sing Along Jubilee?» aux côtés de John Allan Cameron et de Anne Murray.

Au milieu des années soixante, elle a chanté dans les Festivals Folks au Canada et aux Etats-Unis aux côtés de Bob Dylan, Joni Mitchell, et Pete Seeger. En 1967, elle fût la figure de proue du film de Léonard Forest «?Les Acadiens de la Dispersion?» qui a marqué une autre étape de sa carrière et de sa lutte. En 1970, Édith Butler a représenté le Canada à l’Exposition Universelle d’Osaka au Japon où elle donna des centaines de spectacles.

L’année 1973 marquera les débuts de sa carrière au Québec grâce à un premier album chez Columbia intitulé «?Avant d’être Dépaysée?». En 1977, lors du 25e anniversaire de la télévision de Radio-Canada, sa performance télédiffusée en direct à partir du Colisée de Moncton lui valut une autre reconnaissance nationale. Sa carrière s’est ensuite dirigée principalement vers la France où elle a fait de très nombreuses tournées et tenu l’affiche pendant plusieurs semaines de lieux prestigieux dont le THÉÄTRE DE LA VILLE et  l’OLYMPIA de Paris.

Ses disques se sont vendus à plus de deux millions d’exemplaires et lui ont mérité au Québec le Félix de la Meilleure vente pour son album «?Le party d’Édith?» et en France le Grand Prix du Disque de l’Académie Charles Cros pour «?Je m’appelle Édith?».

Chanteuse, conteuse, auteure, musicienne, Édith Butler est aussi l’auteure-compositeure de centaines de chansons et de la musique du film de Fernando Arrabal «?l’Odyssée de la Pacifique?». Elle a également co-écrit avec Lise Aubut et Luc Plamondon des œuvres qui ont jalonnées sa carrière.

Sa performance scénique pourrait être résumée par les propos de Françoise Mallet-Joris «?…une grande voix, une grande présence, une grande joie musicale marquée au sceau de cette qualité rare que seuls les plus grands possèdent : la générosité

Officier de l’Ordre du Canada, Chevalier de l’Ordre de la Pléiade et de l’Ordre National du Mérite de la culture de la République Française, Prix du Gouverneur Général du Canada pour les Arts de la Scène, Prix d’Excellence de la SOCAN pour l’ensemble de son œuvre, la République Française lui a décerné le 19 août dernier le prestigieux Ordre des Arts et des Lettres.