Monsieur Albert Cossery, Une vie

Monsieur Albert Cossery, Une vie

Il est des individus qui devienne avec ou sans leur consentement des personnages. Plus grand que nature. C’est ce genre de personnage que nous présente Frédéric Andrau avec le récit de Monsieur Albert Cossery, Une vie.

Il y a des personnes qui spontanément s’affublent d’une personnalité qui leur colle à la peau jusqu’à la mort. Il est fascinant de constater comment Albert Cossery a été capable d’ajouter un peu de mystère autour de sa personne pour devenir un tel personnage du monde littéraire et artistique de Paris. Et ce sur une période de plus de soixante ans.

Frédéric Andrau présente ce personnage, auteur de huit ouvrages littéraires, de quelques scénarios de films, avec une tendresse presque une affection communicative. Le lecteur ne peut y échapper. Mais il faut faire attention car chez ce personnage tout n’est pas que beauté. Il y a des côtés sombres qui portent ombrage à la grandeur du personnage.

Le lecteur va y découvrir, en plus de Monsieur Albert, nombre d’autres personnes appartenant à la faune artistique de chaque époque. Saint-Germain-des-Prés vivait des heures de gloire!

Frédéric Andrau nous propose un récit très intéressant et divertissant.

 

Soixante ans dans une chambre d’hôtel à Paris, huit livres publiés, des années à donner l’impression de ne rien faire, un détachement absolu de tout bien matériel et, au bout du compte, une vie qui tient dans trois cartons…

Voilà comment pourrait se ré­sumer la longue existence d’Albert Cossery.

Mais ce serait sans compter avec l’indélébile empreinte qu’il a laissée dans la littérature française, dans le monde des lettres en général et à Saint-Germain-des-Prés en particulier…

Après avoir rendu hommage, à sa façon, à Christine Angot dont il a fait le personnage principal de son roman précédent, Frédéric Andrau évoque cette fois-ci un autre écrivain, Albert Cossery, à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance.

À travers ce récit, qui est à la fois une visite intime de son uni­vers et une évocation de son parcours littéraire, avec un mélange habile d’émotion et d’humour, l’auteur rend un hommage vivant et vibrant à l’écrivain disparu en 2008 qui avait su si bien faire de ses origines égyptiennes une carte de visite.

 

Fédéric Andrau

 

Après À fleur de peaux (Le Sémaphore 2005) et Quelques jours avec Christine A. (Plon 2008), Monsieur Albert est le troisième livre de Frédéric Andrau.

 

 

 

 

Nombre de pages : 280

Prix suggéré : 19,90 €

www.corlevour.fr

 

PARTAGER
Article précédentUn gars le soir | La fin d’un règne
Article suivant15 ans ferme