Icaro: les ailes de la liberté!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
42

 

Icaro
Icaro

C’est une Marie Gignac très enthousiaste, presque émue, qui a souhaité hier la bienvenue au public fébrile à l’ouverture officielle du 14e Carrefour international de théâtre de Québec à la salle Octave-Crémazie au Grand Théâtre de Québec. La directrice artistique du festival  semblait particulièrement fière de nous présenter la pièce qui ouvrait le bal à toute une série de pièces classiques et expérimentales : Icaro, une œuvre de Daniele Finzi Pasca, un artiste italo-suissse.  Icaro avait déjà séduit le public de Québec lors du Carrefour de 1996 tout comme celui de 17 pays ces vingt dernières années. Homme de tous les talents, Finzi Pasca est metteur en scène, auteur, chorégraphe et clown. Il met sur pied le Teatro Sunil, une compagnie qui propose un nouveau concept de l’art clownesque et théâtral : le théâtre de la caresse.

L’art par le rire comme un baume, un exutoire, dans un monde où le quotidien semble rêche. Voilà le secret des œuvres de Finzi Pasca, touchantes, apaisantes et surtout, tout simplement humaines. Dans Icaro, le seul personnage est un malade interné dans un hôpital depuis trois ans qui soliloque, écouté par un témoin, une personne de la foule qui vivra l’expérience de l’intérieur. Le clown malade exulte de partager enfin sa chambre avec celui qui deviendra son ami, son alter ego. Finzi Pasca, doux et attachant, met sur pied une évasion ambitieuse, tirée par les cheveux. Le public embarque dans le plan les yeux fermés, compatissant. On envie la naïveté enfantine et les desseins déraisonnables du personnage, mû par une magie qui tend à s’éteindre et qui n’a malheureusement plus sa place dans une société rationnelle. Enfin, on se donne le droit d’avoir un cœur d’enfant et de participer à cette grande aventure imaginaire, porté par les ailes que nous donnent les délires de ce clown.

 

Icaro
Icaro

Oscillant entre des tableaux burlesques typiques des clowns et des élans de poésie candide, Icaro trace un portrait adapté du mythe grec d’Icare, qui s’est construit des ailes en cire et en plume pour fuir. Grisé par le sentiment de liberté, il est allé trop près du soleil, faisant fi des conseils de son père Dédale, ses ailes ont fondu et sa chute a été fatale. Inspiré par ce mythe, Daniele Finzi Pasca base sa pièce sur l’espoir et l’amitié et troque la fin tragique d’Icare pour celle d’un antihéros sympathique qui continue à se gaver de rêves les plus fous, enfouissant ses souffrances dans les contrées lointaines de son imagination. Histoire de cœur, Icaro arrive comme une caresse, une étreinte qui berce, dans ce qui existe de plus simple comme mots, comme art…

Le Carrefour international de théâtre vous en met plein la vue et le cœur cette année encore jusqu’au 8 juin. Vous avez jusqu’au 25 mai pour vivre l’expérience aux mille émotions d’Icaro. Soyez comme les fleurs artificielles, ouverts d’esprit, selon une idée farfelue du clown. Laissez-vous guider et apprenez à voler, vous aussi.

Texte et mise en scène : Daniele Finza Pasca

Musique originale : Maria Bonzanigo

Éclairages : Marco Finzi Pasca

Production : Compagnia Finza Pasca

Crédit photo: Viviana Cangialosi
2e photo: © Andrea Lopez
Programmation du Carrefour international de théâtre: www.carrefourtheatre.qc.ca