Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

Nuageux dans l’ensemble, le premier livre très prometteur de Julie Bouchard sous forme d’un recueil de nouvelles.

12 octobre 2015 19 h 13 min 0 commentaire
Views: 169

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Christiane Dubreuil

Tags:

Julie Bouchard Nuageux dans l'ensemble © photo : courtoisie

Julie Bouchard Nuageux dans l’ensemble © photo : courtoisie

“… Les gens parfois sont si désemparés, si uniquement seuls, que même ceux qui les connaissent et les entourent n’ont plus les mots de réconfort pour les maintenir à la surface…”.  Cette phrase, prononcée par la narratrice de la nouvelle Reste avec moi, est au cœur des neuf nouvelles qui composent le recueil Nuageux dans l’ensemble de Julie Bouchard. Des nouvelles qui, toutes sont autant de variations sur la disparition, la perte mais aussi le départ. Le départ qu’à un moment dans sa vie quelqu’un va vivre. Son propre départ en quittant, parfois volontairement parfois non, le monde qui l’entoure ou celui de ceux qui jusqu’alors l’ont accompagné dans la vie. À moins que, justement, ce soit de n’être pas parti qui crée ce mélange de solitude et de peur de l’Autre, de sa violence parce que la solitude dans laquelle on s’est laissé enfermer a annihilé jusqu’à la force de partir. Des textes, aussi, inexorablement, sur la solitude. La solitude que l’on a subie autant que celle que l’on a générée par égoïsme, juste en ne pensant qu’a soi jusqu’à ce que tout le monde parte. La solitude créée en ne cherchant pas à connaître, écouter l’Autre sans se rendre compte que c’est aussi notre propre solitude que nous construisons ainsi. Des personnes pour qui les vies pourraient s’incarner dans ce dialogue ou plutôt non dialogue entre les êtres: «…Dans un dernier sursaut d’amant, vaguement transporté, encore sous les effets euphorisants du désir platement assouvi, il a lâché : un inusité « je t’aime’ » Ou était-ce plutôt « M’aimes-tu? ». Peu importe. Des mots blancs et volatils, ai-je pensé, pareils à d’insignifiants flocons de neige qui tombent du ciel et fondent en arrivant au sol… ».

Nuageux dans l’ensemble nous conte ces parcours de vies, celles de Sylvia, Maggie, Patti, Joyce, Jean, Armand, Julia, Liliane que nous allons partager pleinement avec leurs narrateurs. Partager pleinement parce que, tous, ils évoquent en nous des expériences que nous avons connues, des faits que l’on nous a rapporté ou des peurs qui, nous le savons, dorment au fond de nous. Voilà probablement pourquoi, malgré la profonde tristesse qui émane de ces vies qui se déconstruisent, on poursuit cette lecture qui nous pousse, une fois n’est pas toujours coutume dans nos vies, à accepter de prendre le temps de consacrer un peu de notre pensée à ce que trop souvent nous avons rejeté. Pour ne pas y penser, telle une fuite.

L’écriture de Julie Bouchard par la justesse de son ton, la qualité de sa langue rend plus fort encore ces vies interrompues qui sont autant de variations sur sa thématique. Mais les neuf nouvelles de Nuageux dans l’ensemble ne sont pas de banales chroniques de drames au réalisme cru comme on en lit dans la rubrique des faits divers. Le ton juste reste ainsi toujours au service de narrations dans lesquelles la poésie, le fantastique et même aussi l’ironie gardent aussi toujours une place. Il est parfois difficile pour un auteur de créer autant d’histoires différentes, particulières tout en restant dans une unité de ton qui permet à un recueil de nouvelles de posséder une véritable unité, pas juste une juxtaposition de brèves. Pour son premier livre l’auteure relève avec brio ce défi. Soulignons aussi le clin d’œil de plusieurs nouvelles entre elles qui les lie et construit un parcours commun. Ainsi Sylvia a travaillé sur l’édition du récit d’une mariée qui comme Maggie se noie et le « Je » de la dernière nouvelle (ne plus) pleurer pour les garçons convoque dans son chagrin toutes celles qui l’ont précédée : « …je porte maintenant le nom de toutes celles qui ont souffert avant moi, je suis Sylvia, je suis Joyce, je suis Patti, je suis Liliane, je suis Julia… ».

Julie Bouchard © Marc-Antoine Zouéki

Julie Bouchard © Marc-Antoine Zouéki

À propos de l’auteure
Après une licence en lettres de l’université Aix-Marseille, Julie Bouchard a poursuivi des études en cinéma-profil production à Concordia, elle détient aussi une maîtrise en création littéraire de l’UQÀM. Julie Bouchard est directrice des Services de sous-titrage, traduction, vidéo-description chez Sette postproduction. Elle était finaliste dans la catégorie Récits pour sa nouvelle Ne plus pleurer pour les garçons, Concours de nouvelles SRC, 2010. Elle a publié des nouvelles dans différentes revues. Nuageux dans l’ensemble est son premier livre.

Nuageux dans l’ensemble
Auteure : Julie Bouchard
Recueil de nouvelles
Collection Plume dirigée par Marie-Madeleine Raoult
Mise en page : André Leclerc
Couverture : Julie Larocque
Photo en couverture :
Éditions de la Pleine Lune : www.pleinelune.qc.ca
ISBN:978-2-89024-444-3 (Papier) 20,95 $ / 148 pages

ISBN:978-2-89024-445-0 (Pdf) 14,99$
ISBN : 978-2-89024-446-7 (Epub) 14,99$
En librairie le 10 septembre
Avec le soutien du Conseil des Arts du Canada et de la Sodec Québec

© photo : courtoisie
© photo de l’auteure : Marc-Antoine Zouéki

Print Friendly
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top