Au Salon international du livre de Québec, c’est un moment particulier entre un auteur et ses lecteurs.

Annie Quintin
Annie Quintin

Au Salon international du livre de Québec, c’est un moment particulier entre un auteur et ses lecteurs.

Voici ma sélection de livres que j’ai adoré découvrir cette année. J’ai rencontré quelques auteurs parmi eux pour qu’ils me parlent un peu de leur passion d’écrire, où ils trouvent leur inspiration et ce qui s’en vient pour eux.

Annie Quintin  Quelque part entre toi et moi VLB éditeur

Ton livre a été un de mes coups de cœur cette année, avec comme thème de fond le TOC (trouble obsessionnel compulsif). Comment as-tu eu l’idée de ce roman et de parler de ce sujet qui est peu souvent abordé dans des romans?« Je suis surprise des réactions qu’ont les gens face au TOC, car je cherchais simplement quelque chose pour étoffer mon héroïne. Dans mes romans précédents, Désespérés s’absetenir et Cher Trou de cul, Clara avait une peur de l’engagement, elle était très contrôlante. Dans ce cas-ci, je cherchais un autre trait de personnalité. L’idée de ce roman m’est d’abord venue de traiter du sujet d’être en couple, mais de faire appartement à part. C’est en allant chez ma coiffeuse que j’ai eu l’idée, lorsqu’elle m’a annoncé qu’elle déménageait, mais sans son chum. Ils voulaient faire appartement à part. Quelle idée géniale de roman! Alors, je voulais trouver une raison qui fait que même s’ils s’aiment, c’est trop compliqué qu’ils vivent ensemble. Et c’est là que j’ai pensé que mon personnage féminin pourrait être obsédé de symétrie, et qu’ainsi, elle recherche la perfection dans tout, même dans le couple, ce qui est impossible dans la vie.»

Qu’est-ce qui est plus difficile pour toi d’écrire et de facile à écrire? « C’est de décrire mon personnage féminin qui est plus difficile pour moi, car je ne veux pas qu’elle me ressemble. Par exemple Clara, je l’avais décrite comme très indépendante, ce qui était pas mal opposé de moi quand j’étais célibataire. Mais aussi, je veux quand même arriver à comprendre mon personnage et ce qu’elle vit. Alors, j’ai fait mes recherches sur le TOC, pour bien m’assurer de comprendre et de bien élaborer mon personnage pour que les gens s’aperçoivent bien ce qu’est le quotidien d’une personne avec ce trouble obsessionnel compulsif. Et là, cette partie était facile pour moi à écrire, car cela ne me ressemble tellement pas que je pouvais aller n’importe où avec ça. Ce qui est facile pour moi d’écrire aussi, c’est le portrait de mon personnage masculin. J’ai eu un réel plaisir à décrire Louis, un personnage savoureux que les gens m’ont dit avoir adoré. » 

Comparé aux deux autres livres que tu as écrits, où il y a plus d’humour, ton style semble plus évolué, plus défini. C’était voulu? « Je ne sais pas si mon style a évolué, mais oui, il y a eu un peu moins d’humour, et je suis allée un peu plus dans la trame dramatique. Je voulais changer un peu de style, ne pas nécessairement avoir seulement l’étiquette d’auteure de Chick Lit, je voulais écrire autre chose, aller chercher un autre public, ou en fait élargir mon lectorat.» 

As-tu d’autres projets d’écriture? « Oui, bien sûr, mais comme je suis enseignante, j’écris surtout l’été. Mon quatrième livre est déjà commencé. Il contient plusieurs personnages principaux différents. J’ai tellement aimé, dans mon dernier roman, alterner entre les points de vue différents des personnages, que je vais continuer sur cette lancée. »

 Voici mon article sur ce roman :http://info-culture.biz/2017/04/01/quelque-part-entre-toi-et-moi-de-annie-quintin/#.WOAQvNThDvY

Denis-Martin Chabot
Denis-Martin Chabot

Denis-Martin Chabot,  auteur prolifique avec 3 livres cette année. Richard Abel, mon histoire en noir et blanc aux éditions La Semaine, Il y a longtemps que je t’aime, je ne t’oublierai jamais,  Édition La presse. Et maman Nicole chez Clermont Éditeur.

Pour un homme qui est supposément retraité (journaliste à Radio-Canada pendant plus de 30 ans), vous avez plus de projets que jamais. « Le mot retraite, je ne l’ai pas trouvé dans mon dictionnaire, alors je ne connais pas. En fait, je suis retraité de Radio-Canada, mais je suis encore journaliste et écrivain et je suis plus occupé que lorsque j’étais à l’emploi de Radio-Canada. Et je ne m’en plains pas. Cette année qui vient, j’ai trois projets de livres, dont un qui va sortir dans un avenir rapproché. C’est la biographie de Dave Courage qui a été atteint d’une balle le soir du drame au Métropolis le 4septembre 2012. On raconte cette histoire cinq ans plus tard, à travers lui. » 

Tu as aussi des projets de films aussi n’est-ce pas? « J’ai un documentaire Les deux villages, qui va sortir le 16 juillet prochain.  Pierre Perreault et moi avons travaillé sur ce projet. On a rencontré deux hommes qui ont trouvé refuge dans le Village de Montréal et ont accepté de nous parler. Ils ont quitté des régions du Québec, où ils subissaient l’intimidation, l’homophobie et la répression parce qu’ils étaient gais. Le premier est arrivé dans les années 90 et l’autre dans les années 2010.  On s’entretient avec eux sur comment ils voient le Village, comment ils ont vécus, ce qu’ils ont à dire sur leur parcours. C’est très émouvant. J’ai interviewé chacun d’eux séparément, puis on les a mis un en face de l’autre pour échanger sur leurs expériences respectives. Ils ne se connaissaient pas… Sous peu, on va lancer un sociofinancement, car il nous manque encore des sous pour la fin de la production. » 

Et d’autres projets aussi? « Oui, j’ai une pièce de théâtre qui va être jouée pendant la fierté à Montréal, en aout, qui s’appelle l’amant de Samuel. C’est une pièce sur l’incommunicabilité. Ce sont des personnages qui font comme les gens sur Facebook, ils racontent tout de leur vie, dans les moindres détails, même les plus insignifiants comme ce qu’ils ont mangé ce matin. On reproduit donc cela sur scène, ces statuts Facebook. Il y aura de tout. Ils sont un livre ouvert. Ils se promènent à nu l’un devant l’autre. Ils n’ont rien à se cacher, mais ils ne se disent rien. Il y aura des scènes de nudité, et bien que cela peut sembler extrême, qui n’a pas déjà reçu par Facebook ou courriel une photo des parties intimes de l’anatomie de quelqu’un qui veut vous plaire. Ça m’est déjà arrivé, alors c’était plausible de l’avoir dans la pièce… Tout dans cette pièce est basé sur le déni et le non-dit. La première aura lieu à Montréal le 12 aout dans le cadre de la Fierté. On verra si on peut la jouer également à Québec en septembre, selon le financement.»

Voici mes articles sur ses trois livres de l’année 2016 :http://info-culture.biz/2016/12/20/il-y-a-longtemps-que-je-taime-je-ne-toublierai-jamais-par-denis-martin-chabot/#.WOIu5tThDvY

http://info-culture.biz/2016/12/01/richard-abel-mon-histoire-en-noir-et-blanc/#.WEAaXNThDvY

http://info-culture.biz/2016/11/19/maman-nicole/#.WDA6sdThDvY

Caroline Langevin
Caroline Langevin

Caroline Langevin  Le shoe must go on   aux Éditions de Mortagne

Qu’est-ce qui t’a donné le goût d’écrire ce premier roman et pourquoi cette idée en particulier? « Pour moi, le plaisir d’écrire, c’est un peu comme votre propre plaisir que vous avez à lire, mais c’est juste un peu plus de travail. Ce premier livre, il a été débuté, il y a une dizaine d’années. Je n’avais pas l’idée d’en faire un livre, mais j’écrivais plutôt des petites chroniques que j’envoyais par courriel à mes amies pour les faire rire. C’était basé sur des choses de ma vie, mais auxquelles j’ajoutais de la couleur. Puis un jour, j’ai décidé de lier toutes ces chroniques pour en faire un livre. Et j’ai été très chanceuse et heureuse d’avoir une équipe comme De Mortagne pour le publier.» 

Comment trouvez-vous ça, de voir les gens inconnus réagir à votre livre, et non pas juste vos amies maintenant? « Moi, je viens d’une petite région et après avoir eu une réaction positive de ma famille et mes amis, comme c’est un petit endroit, l’écho positif s’est vite propagé aux gens de ma région. Mais c’est seulement lors du salon du livre de Montréal, où là, j’ai rencontré des gens qui l’avaient lu et aimés beaucoup, et avec en plus les belles critiques des médias, que je me suis dit que j’avais un certain succès et ça m’a donné le goût d’écrire à nouveau. Je suis une dure juge envers moi-même et quand on écrit tout seul devant son ordinateur pendant des mois, on ne sait pas si c’est vraiment bon, tant qu’on n’a pas des gens qui viennent nous rencontrer et nous parler du plaisir qu’ils ont eu à nous lire. »

As-tu d’autres projets d’écriture? « Je travaille sur autre chose effectivement. Ce n’est pas une suite, car je trouvais que ce livre se terminait bien ainsi. Ce sur quoi je travaille, c’est encore dans mes couleurs, dans l’humour, la comédie romantique. Ce sera léger, pour faire rire et passer un bon moment. » 

 Voici mon article sur son premier roman : http://info-culture.biz/2016/09/13/le-shoe-must-go-on-de-caroline-langevin/#.WOIy4tThDvZ

Voici une liste de suggestions de livre que j’ai particulièrement aimé dans la dernière année. Je ne pouvais pas faire des entrevues avec tout le monde, mais voici mes grands moments de lecture de l’année passée :

Mathieu Simard Ça sent la coupe   chez Stanké

http://info-culture.biz/2017/02/08/ca-sent-la-coupe-nouvelle-edition-augmentee/#.WOItoNThDvZ

Ethné et Philippe De Vienne La Cuisine d’Ethné et Philippe au Trécarré

Superbe coffret :

http://info-culture.biz/2016/11/08/le-livre-coffret-la-cuisine-dethne-et-philippe/#.WCG7s9ThDvY

 

Lise  Dion, Humeurs d’une femme mûre et divertissante Libre Expression

http://info-culture.biz/2017/01/24/humeurs-dune-femme-mure-et-divertissante/#.WIewUtThDvY

 

Joanie Poissant-Mailhot Y ajuste les folles qui ne changent pas d’idée Aux éditions de Mortagne

http://info-culture.biz/2017/03/20/y-a-juste-les-folles-qui-changent-pas-didee-de-joanie-mailhot-poissant/#.WNBeV9ThDvY

François Morency Discussions avec mes parents aux éditions de L’Homme

http://info-culture.biz/2017/03/14/discussions-avec-mes-parents-de-francois-morency/#.WMfGidThDvY

 

Alexandra   Larochelle  Des papillons pis du grand cinéma chez Libre Expression

http://info-culture.biz/2016/10/05/des-papillons-pis-du-grand-cinema/#.V_V9D9ThDvY

 

Patrice  Godin             Boxer la nuit   chez Libre Expression

http://info-culture.biz/2016/09/29/boxer-la-nuit-de-patrice-godin/#.V-2WyNThDvY

 

DESJARDINS, India Desjardins La mort d’une princesse aux éditions de L’Homme

http://info-culture.biz/2017/02/13/la-mort-dune-princesse-dindia-desjardins/#.WKGiENThDvY

 

Le salon international du livre de Québec se termine dimanche le 9 avril 2017. Pour plus de détails : www.silq.ca

Crédit photos : Shirley Noel