The Kitchen «Les Reines de Hell’s Kitchen» et Jeune Juliette, deux nouveautés à ne pas manquer au cinéma Le Clap, depuis le 9 août!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
17

En ce début du mois d’août, les nouveautés se succèdent au cinéma, avec des films pour tous les goûts et tous les âges, avec Dora et la cité d’Or perdue, Angry Bird et l’art de courir sous la pluie. Mais ce qui a attiré mon attention cette semaine, ce sont deux films complètement différents. Tout d’abord, un film américain, avec la très talentueuse Melissa McCarthy dans le film d’action The Kitchen, basé sur la BD du même nom de Vertigo Comics, dans les années 70, alors que les femmes décident de prendre le pouvoir de la mafia New Yorkaise. Ensuite, j’ai adoré le tout nouveau long métrage de la réalisatrice québécoise Anne Émond,  Jeune Juliette, un film charmant, authentique, drôle et rempli d’humanité, sur le passage de l’enfance à l’adolescence. 

The Kitchen «Les Reines de Hell’s Kitchen»   de Andrea Berloff

Présenté en V.O.A. et en V.F Durée: 103 min

Résumé : À la fin des années 70, à New York, le FBI envoie derrière les barreaux trois bonzes de la petite mafia locale. Les épouses décident alors de reprendre en main les affaires de leurs maris et se révèlent très douées quand il s’agit de faire de l’extorsion et d’intimider ceux qui tentent de rivaliser avec elles du côté de l’escroquerie. Rapidement, ces femmes deviendront les reines du quartier Hell’s Kitchen.

Ce film est une adaptation de la série de bandes dessinées The Kitchen, d’Ollie Masters et Ming Doyle, aux éditions Vertigo. Mais ce qui m’attirait dans ce film c’est surtout la distribution, avec Melissa McCarthy que j’adore dans tout ce qu’elle fait. Elle peut jouer autant la comédie que le drame. Dans ce cas-ci, elle est extrêmement crédible dans le rôle de la femme soumise à son mari, qui prend sa vie en main au départ de celui-ci pour la prison. Elle devient la tête pensante de ce trio de femmes qui prennent la relève dans la business familiale, dans la mafia irlandaise, au plus grand désarroi des hommes qu’elles détrônent.

J’ai découvert également deux autres actrices de très grand talent, avec Tiffany Haddish (qui tente de faire une place aux femmes noires dans des postes de décisions) et Élisabeth Moss (qui m’a donné des frissons à la voir dépecer un cadavre avec un sang-froid exemplaire).

Car bien que ce film soit un drame policier, avec beaucoup d’action et une bonne dose d’humour noir, il y a surtout de l’intimidation, des tueries, de règlements de comptes, bref ce n’est pas de tout repos à regarder.

Il est certain que par moment, cela manque un peu de crédibilité, mais vu que c’est basé sur une bande dessinée, on peut aisément laisser son cerveau à off pour être tout simplement diverti par cette histoire et célébrer l’émancipation des femmes, et s’émerveiller devant la reconstitution du New York des années 70, alors que dans les quartiers malfamés de l’époque le crime organisé y est omniprésent, avec toute la corruption que ça implique. La réalisatrice Andrea Berloff, dont c’est le premier long métrage, fait un excellent travail pour recréer cette ville et nous divertir avec cette histoire de gangster au féminin, avec une trame sonore des plus entrainantes, qui s’agence bien à ce qui est raconté.

Drame policier écrit et réalisé par Andrea Berloff d’après l’œuvre d’Ollie Masters et Ming Doyle. Mus. orig. : Bryce Dessner. Int. : Elisabeth Moss, Tiffany Haddish, Melissa McCarthy.

Jeune Juliette

Jeune Juliette Un film de Anne Émond

Présenté en V.O.F. Durée: 97 min

Résumé : Dans un mois à peine, Juliette aura terminé sa deuxième année au secondaire. Frondeuse, cette jeune rousse rondelette vit son quotidien entre l’école et la maison familiale, entourée d’un père et d’un frère attentionnés. À la veille des vacances d’été, Juliette s’éprend de Liam, un ami de son frère. Et ce fantasme va mettre à rude épreuve sa relation avec Léane, sa plus fidèle amie.

  http://info-culture.biz/2019/08/09/jeune-juliette-danne-emond-charmant-authentique-drole/

Drame écrit et réalisé par Anne Émond. Mus. orig. : Vincent Roberge (Les Louanges). Int. : Alexane Jamieson, Léanne Désilets, Antoine Desrochers, Robin Aubert.

Pour l’horaire de tous ces films au cinéma Le Clap ainsi que la liste des autres films présentés dans ce cinéma :  http://www.clap.qc.ca/