Jeune Juliette, d’Anne Émond, un film charmant, authentique, drôle et rempli d’humanité!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
81

Après Nuit#1, Les êtres chers et Nelly, voici Jeune Juliette, le quatrième long métrage d’Anne Émond. Ce film nous raconte l’histoire d’une fille qui, en secondaire deux, va sortir graduellement de l’enfance, cesser de fabuler et de penser que tout tourne autour d’elle. Elle va peu à peu apprendre à accepter ses différences, à renforcer ses convictions et faire d’importants apprentissages sur l’amour, l’amitié et les garçons. Avec Alexane Jamieson qui crève l’écran dans le rôle de Juliette, Anne Émond nous propose un film rempli d’authenticité, d’humanité qui plaira à tous les cœurs d’adolescents, grands ou petits.

Synopsis : Juliette (14 ans) habite en campagne avec son grand frère et son père. Quand sa mère les a quittés pour poursuivre une carrière à l’étranger, alors que celle-ci était enfant, Juliette a commencé à prendre du poids. Aujourd’hui, sans être obèse, elle de loin la plus grosse de son école secondaire. Cela ne l’empêche aucunement d’être vive, drôle et frondeuse. Elle rêve grand : elle veut organiser les meilleurs partys, elle veut aller vivre avec sa mère à New York, elle veut sortir avec le plus beau gars de secondaire cinq. Elle veut tout ce qu’elle ne peut pas avoir, au point d’oublier d’aimer ceux qui l’aiment vraiment. On accompagne cette jeune fille insolente et attachante dans ses dernières semaines d’école bien mouvementées avant les vacances d’été. Elle en sortira grandie (mais pas trop).

Robin Aubert

Qui ne se souvient pas de ses premières années au secondaire, alors qu’on tente de s’affranchir de notre enfance, prendre notre place à travers cette horde d’adolescents plus vieux, et qu’on cherche à s’identifier à un cercle d’amis? Ce sentiment d’appartenance est très fort au début de l’adolescence et quand on est différent, cela peut devenir difficile de faire sa place. Que l’on soit nerd, petit génie, un peu rondelette ou encore gai ou lesbienne, il n’est pas rare d’être exclus et d’être la risée des autres. C’est en plein cela que vivent Juliette et son amie Léane.  Et plusieurs jeunes et moins jeunes se reconnaitront sûrement dans ce que vivent ces jeunes filles.

Ainsi, on voit Juliette fantasmer sur le beau gars du secondaire cinq de l’école. Elle ment à son amie pour rendre ses rêves plus réels. Elle est effrontée parfois, et donne peu d’importance au mal qu’elle peut faire à ceux qui l’aiment, alors qu’elle se concentre à tenter de se faire aimer par ceux qui ne veulent rien savoir d’elle. Elle a du chemin à faire cette jeune Juliette pour être heureuse et on la voit progresser timidement vers ce qui est important, vers une acceptation de son image, de son look, ses convictions, et ceux qui ont de l’importance pour elle, sa famille, ses amis.

Alexane Jamieson

Alexane Jamieson est excellente dans le rôle de Juliette. Elle sait rendre son personnage attachant, malgré ses moments moins glorieux. Robin Aubert, dans le rôle du père de Juliette est très convaincant. Antoine Desrochers incarne avec brio ce personnage de petit bum, ami du frère de Juliette. Léanne Désilets est une belle découverte pour moi dans le rôle de Léane, tout en douceur, en intériorité, en sobriété et humanité.

Anne Émond a su bien cerner la réalité du début de l’adolescence. Elle a misé sur un film très humain, avec des émotions authentiques, des personnages avec plusieurs couleurs et couches très réalistes. C’est un film adorable. C’est charmant, drôle, émouvant et brillamment bien présenté, avec beaucoup de musique qui ajoute à l’ambiance qu’Anne Émond a voulu créer.

Stéphane Crête

Jeune Juliette, scénarisée et réalisée par Anne Émond, sortira sur les écrans du Québec le 9 août prochain partout au Québec, dont le cinéma Le Clap.

2019 Fiction 93 min

JULIETTE Alexane Jamieson

LÉANE Léanne Désilets

BERNARD Robin Aubert

ARNAUD Gabriel Beaudet

LIAM Antoine Desrochers

PIERRE-LUC Christophe Levac

M. BERNIER Stéphane Crête

MALAÏKA Tatiana Zinga Botao

SERGE Karl Farah

MAUDE Myriam LeBlanc

 

Réalisation Anne Émond

Production Sylvain Corbeil

Scénarisation Anne Émond

Direction de la photographie Olivier Gossot

Direction artistique Sylvain Lemaître

Créatrice de costumes Caroline Bodson

Montage Alexandre Leblanc

Son Simon Gervais

Production déléguée Marie-Claire Lalonde

Direction de post-production Mélanie Gauthier

Musique Vincent Roberge (Les Louanges)

http://www.facebook.com/jeunejuliettefilm/

crédit photo : courtoisie de  Metafilms