Désert mauve

  Le 10 mai 2010

 

 

Quelle œuvre littéraire insolite! Hermétique. Ésotérique. Immense allégorie de la vie. Entre le désert, une explosion  nucléaire appréhendée ou réelle, l’amour et l’amitié entre femmes. C’est un ouvrage féministe malgré ou à cause de la peur qui se profile à l’arrière scène sous le personnage diffus de l’homme long devenant avec la traduction l’hom’oblong. Le représentant de la mort. Nicole Brossard a ébloui le milieu littéraire en 1987 avec Le désert mauve. Réédité en livre de poche.

Le Désert mauve, c’est d’abord le court récit de Laure Angstelle qui, sous ce titre, raconte l’entrée dans la vie d’une jeune adolescente, Mélanie, et son attachement grandissant pour l’excessive Angela Parkins. En quête de beauté, elle sillonne en auto le désert de l’Arizona pour exorciser la peur et la réalité, pour échapper à l’ennui du Motel que dirige sa mère, près de Tucson. Dans les intervalles de la narration, se dresse la présence menaçante de « l’homme long », sorte de démiurge de la destruction. Mais tout récit doit-il se solder dans la mort?

Fascinée par ce roman qu’elle découvre à Montréal dans une librairie d’occasion, Maude Laures décide de le traduire et, durant un an, elle annote le récit de Laure Angstelle. Tout en s’inventant une langue pour le dire, elle s’emploie à mieux circonscrire les lieux et les objets, à donner plus de chair aux personnages, à imaginer entre eux des scènes dialoguées, à concrétiser les dimensions thématiques du roman.

Un mélange de genres, de lieux, d’espaces et de temps, Le désert mauvecaptive le lecteur presque autant qu’un polar. Nous assistons à la dissection d’une œuvre déjà écrite mais qui demande une traduction, donc une interprétation, par conséquent une réécriture. Les mots étant porteurs de concepts, il faut les choisir avec précaution et rendre justice au récit premier malgré les altérations apportées.

Le désert mauve a marqué la scène littéraire mondiale.

 

 

Née à Montréal  en 1943, Nicole Brossard compte parmi les plus grands écrivains du Québec. Elle a publié plus d’une trentaine de titres, dont la plupart ont été traduits en plusieurs langues, et a obtenu les prix les plus prestigieux, notamment le Prix du Gouverneur général à deux reprises et le Prix Athanase-David pour l’ensemble de son œuvre. Elle est membre de l’Académie des lettres du Québec.

Prix suggéré : 14.95  $
304 pages

www.edtypo.com

 


PARTAGER
Article précédentUn pas de danse vers l’été avec IMA !
Article suivantDeux caravanes