Deux caravanes

   Le 10 mai 2010

 

Quelle magnifique œuvre littéraire! Quand on demeure dans un pays ou sur un continent sous ou peu développé, le rêve et ensuite le désir de changer pour le mieux sa condition humaine s’impose jusqu’au point de passer à l’action et d’aller voir ailleurs si le bonheur y est présent. C’est ce qui s’est passé dans le cas des héros de ce roman. Venant de pays d’Europe de l’est, de l’Afrique, d’Asie ces chercheurs de bonheur se retrouvent en Angleterre, comme cueilleurs de fraises.

Il ne faut pas longtemps pour qu’ils fassent la découverte que l’on ne peut  jamais fuir les mauvais côtés de l’être humain. Que même loin de chez-soi les travers humains sont présents dans la vie de tous les jours. L’exploitation de l’Homme par l’Homme. Partout. Et le pire pour ces voyageurs chercheurs du mieux être c’est que «  la fin du voyage a quelque chose de triste. Car ce n’est qu’en arrivant à destination que l’on découvre qu’en fait la route ne s’achève pas là ».

Partout où il y des hommes il y a de l’hommerie. Vérité universelle qui se vérifie dans Deux caravanes, magistralement écrit par Marina Lewycka. Le lecteur découvre que si l’histoire se lit au passé, elle s’écrit au présent.

Deux caravanes sont garées dans un champ de fraises, une pour les hommes et l’autre pour les femmes. Les cueilleurs viennent de partout : Irina, tout juste débarquée de Kiev, qui refuse de parler à Andriy, simple fils de mineur; Yola, la voluptueuse chef d’équipe, et sa nièce Marta; Emanuel, le fervent chrétien du Malawi; Tomasz et ses souliers nauséabonds ainsi que Chinoise Numéro 1 et Chinoise Numéro 2. La vie des cueilleurs devient un vrai koshmar quand le gangster russe Vulk s’entiche de la belle Irina et l’enlève, obligeant Andriy, qui n’est absolument et certainement pas amoureux de cette fille hautaine, à voler à son secours. Devant les tracas qui se multiplient, le petit groupe s’embarque pour une longue cavale au bout de laquelle, peut-être, l’attend la liberté.

Ce roman a de la graine de scénario de film. À lire absolument.

 

 

Marina Lewycka est née à la fin de la guerre, de parents ukrainiens, dans un camp de réfugiés à Kiel, en Allemagne, et a grandi en Angleterre. Elle est mariée, mère d’une fille aujourd’hui adulte et vit à Sheffield, où elle enseigne à Hallam University. Son premier roman, Une brève histoire du tracteur en Ukraine, a été un best-seller exceptionnel en Angleterre avec plus d’un million d’exemplaires vendus, et pour lequel elle a reçu le SAGA Award et le prix Bollinger en 2005. Lors de sa publication, Deux Caravanes était numéro un sur la liste des best-sellers du Sunday Times et a été traduit depuis dans une vingtaine de pays.

Prix suggéré : 29.95  $
442 pages

www.editionsalto.com

 

 

PARTAGER
Article précédentDésert mauve
Article suivantAmour (s) Trilogie Théâtrale