Éteignez, il n’y plus personne

 

alt

La vie est remplie de petites et de grosses fins. Tous les jours nous assistons à de petites et de grandes morts. C’est la nature même de l’être humain, de ses pompes et de ses œuvres. La vie terrestre est ainsi faite. Tout est finitude. Mais pourquoi l’être  humain participe-t-il à provoquer certaines fins qui pourraient être évitées? Le plus singulier est la ressemblance profonde entre le comportement des gens de la ville, de grandes villes et celui des gens de la campagne profonde. Comme quoi l’Humain est  humain partout. Dans les plus infimes pores de son être.  C’est peut-être ce que Louise Lacasse veut nous passer comme message dans Éteignez, il n’y a plus personne.

Dans ce roman singulier aux personnages inquiétants mais pittoresques, les destins se croisent de manière on ne peut plus inattendue. De New York au Village-des-Rangs, dans une région désolante et sans avenir, on suit Marie Cogère qui revient passer l'été dans la maison familiale afin de liquider ce qui lui reste de patrimoine, Lolita qui tente sa chance sur un cargo après avoir abandonné ses jumeaux à Pedro, un serveur paumé, la famille Lambert dont les fils s'éparpillent qui en Patagonie, qui au Burundi, et quelques animaux dont un chien arthritique et des lapins équeutés.
Cette farandole de tranches de vie est portée par une langue truculente et si engagée dans le récit qu'elle en devient presque l'un des protagonistes. L'auteure relate ainsi les parcours des uns et des autres avec humour et ironie dans une histoire où le réalisme et la fantaisie ne cessent de s'entremêler.



alt

Louise Lacasse a publié son  premier roman à 54 ans. Louise Lacasse est récipiendaire du prix Robert-Cliche 2010 remis lors de la publication de son  premier roman pour Éteignez, il n'y a plus personne. Cette professeure de français qui dit avoir toujours écrit s'était donné le défi de se rendre jusqu'au bout de sa démarche. Mission accomplie!

 

Nombre de pages : 176

Prix suggéré : 19,95 $

 

www.edvlb.com

 

PARTAGER
Article précédentLes Violons du Roy
Article suivantOZTARA « La Parade »