À présent

date

alt

alt

Deux ans après avoir été jouée à la Licorne, la pièce «À présent» de Catherine-Anne Toupin est de retour, cette fois au théâtre Jean-Duceppe, où l’auteure joue aussi dans sa propre pièce, en compagnie de quatre autres comédiens. —– Un couple est installé depuis six mois dans son nouvel appartement, et ce n’est qu’après ces quelques temps qu’il finit par rencontrer ses voisins d’étage. Des voisins gauches et envahissants qu’on apprécie malgré tout pour leur drôle d’indiscrétion! Tout au long de la pièce, nous nous retrouvons au milieu de l’appartement d’Alice et Benoit (Catherine-Anne Toupin et David Savard), avec qui nous vivront les suites et conséquences d’un drame qu’ils ont vécu récemment. Mais le couple dans la trentaine ne restera pas seul longtemps. Les voisins, les Gauche, viendront rapidement s’imposer chez le jeune couple dans la trentaine. Alice et Benoit, réticents à cette rencontre au début, finissent par apprécier, voire aimer leurs voisins qui ne sont pas nécessairement agréables au premier instant. Juliette et Gilles (Monique Miller et François Tassé), d’une génération plus vieille qu’Alice et Benoit, vivent avec leur fils François (Éric Bernier), qui est aussi bizarre que ses parents. Rapidement, l’intrigue s’installe avec les Gauche qui n’arrêtent pas de faire allusion à l’ancien couple qui habitait l’appartement d’Alice et Benoit. Et avec Juliette, Gilles et François qui orchestrent subtilement un rapprochement entre les deux couples, l’énigme est de plus en plus intrigante et intéressante. Avec la mise en scène de Frédéric Blanchette, le suspense est amplifié, dans une scène en particulier, presque psychédélique, où lumières, musique et echo nous plongent dans l’univers psychologique intense des personnages. L’histoire est bien sûre originale et bien ficelée, mais elle fait aussi réfléchir le spectateur. Réfléchir pour essayer de deviner la fin de l’histoire (ce qui est presque impossible, et tant mieux!), mais aussi réfélchir d’un point de vue existentiel. Identité, déterminisme, et normalité sont en effet trois thèmes philosophiques abordés qui ajoutent aux péripéties de la pièce de théêtre un aspect plus intellectuel qui complète bien l’ensemble. «À présent» joue au théâtre Jean-Duceppe de la Place des Arts du 8 septembre au 16 octobre 2010. duceppe.com

PARTAGER
Article précédentÀ présent
Article suivantÀ présent