Nous ici rassemblés au spectacle de Daniel Bélanger

alt

Daniel Bélanger propose une série de 16 spectacles pour la promotion de son dernier opus, Nous,  paru en novembre 2009, Nous.  Ce dernier a été reconnu comme l’album pop-rock de l’année au dernier gala de l’Adisq,  un bon indice sur la qualité de cet album.  Bélanger s’est donc arrêté à Québec ce 12 novembre et remontera à nouveau sur les planches de la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre aujourd’hui pour poursuivre sa route dans diverses villes du Québec juqu’en décembre.

 

Comme première partie, nous avons retrouvé Jipé Dalpé pour quatre chansons rythmées, entremêlées de quelques commentaires empreints d’humour qui ont su plaire à l’auditoire.  Les spectateurs semblaient gagnés d’avance, applaudissant chaudement Dalpé.   Il a aussi fait preuve d’originalité en jouant de sa trompette lumineuse, ce qui a aussi été apprécié. Je lui souhaite de réussir autant qu’une autre artiste qui a déjà fait la première partie de Daniel Bélanger il y a quelques années: Ariane Moffatt

alt

Puis ce fut le tour de Bélanger, son orchestre et ses choristes à monter sur scène.  L’effet fut instantané!  À peine avait-il entamé les premières notes de Reste, pièce d’ouverture de l’album Nous, que déjà la foule applaudissait  à tout rompre.  Le tour de chant s’est poursuivi avec fougue et ryhtme avec Facile, puis avec la chanson les temps sont fous en version revisitée.  Nous avons aussi eu droit à quelques moments de recueillement avec Se quitter et Tout sans rien dire.  Des arrangements envoûtants, des musiciens à la fois expressifs et rigoureux, une sonorisation parfaite, des éclairages efficaces et colorés, deux délicieuses choristes, tout était là pour créer une atmosphère propre au voyage lyrique et musical que Bélanger nous avait concocté.  Il aussi faut dire que la Salle Louis-Fréchette, rénovée en 2007, donne toute la place à la musique en nous permettant de capter chaque détail des instruments, ce qui ajoute au charme de ce spectacle hypnotique.  Au fil de la vingtaine de chansons que Bélanger nous a habilement livrées, la foule a démontré l’amour inconditionnel qu’elle portait à cet artiste en tapant des mains, en dansant et en applaudissant chaleureusement à la moindre opportunité. 

alt

Ceux qui s’attendaient à des versions intégrales des pièces de l’album ont dû être surpris, car la majorité des chansons étaient teintés d’une musicalité qui rappelait parfois la soul des Commitments, parfois le planant Division Bell de Pink Floyd et ses choristes.  On y retrouvait cependant le Daniel Bélanger dans toute son « origénialité » à laquelle il nous a habitués depuis Les insomniaques s’amusent. Auteur-compositeur-interprète en constante évolution, il nous a démontré encore une fois son immense talent et le bonheur de partager la scène avec ses complices.

Un spectacle à voir absolument!

Crédit Photo: Benoît Roy

Site Officiel de Daniel Bélanger

Grand Théâtre de Québec

Site officiel de Jipé Dalpé

PARTAGER
Article précédentJean-Thomas Jobin (re)soulève notre imagination
Article suivantYGRECK 2010