Le bruit des os qui craquent!

 
 
 
Les médias étaient conviés à une première saisissante ce mardi 16 novembre au théâtre Périscope.
 
alt
 
Au milieu d’une guerre civile, la petite Elikia a été enlevée et est devenue enfant soldat. Victime, elle est aussi bourreau dans une situation intenable qui brouille les lois les plus élémentaires de l'éthique. Comment grandir et rester humain quand les repères s'effacent devant la brutalité quotidienne? L’arrivée du petit Joseph, dans le camp de rebelles, lui rappelle son enfance, sa famille, son humanité et lui donne le courage de briser la chaîne de violence dans laquelle elle a été entraînée. Elikia, fille soldat  âgée de treize années qui ne se sépare jamais de son fusil, trouve chez Joseph (huit ans  et prisonnier) motivation et force pour s'échapper et fuir au travers de marais et forêts afin de rejoindre son village. Déshydratés et épuisés, ils seront recueillis et soignés dans un hôpital protégé par une infirmière.
 
Cette infirmière qui les recueillera, témoigne de la dure réalité des enfants soldats qu’elle soigne au quotidien. Elle raconte plus particulièrement l’histoire d’Elikia et Joseph. Dans ses mains, elle tient un petit cahier contenant les douloureuses mémoires d’Elikia, relatant sa vie de l’âge de 10 à 15 ans, du moment où elle a été forcée à joindre l’armée rebelle, jusqu’à la libération de ses tourments. En parallèle, nous revivons l’évasion de ces deux enfants. Au fil des jours et des nuits, ils s’accrochent un peu plus l’un à l’autre, pour survivre, pour espérer, pour reconstruire leur identité brisée, pour retrouver en eux cette parcelle d’humanité enfouie sous des couches de violences journalières.
alt
Ce texte de Suzanne Lebeau a reçu le prix du Gouverneur général et de nombreux autres honneurs ici comme en France. Une ode à la dignité humaine éclairée par la sensibilité et la lucidité de son écriture.
 
Suzanne Lebeau est attirée par le théâtre dès 1966. Elle se destine d’abord à une carrière d’actrice: de 1966 à 1973, elle joue Molière, Ionesco et Stoppard tout en poursuivant sa formation aux côtés de Jacques Crête et de Gilles Maheu à Montréal, puis auprès d’Étienne Decroux à Paris.

Après avoir fondé le Carrousel avec Gervais Gaudreault en 1975, Suzanne Lebeau délaisse peu à peu l’interprétation pour se consacrer exclusivement à l’écriture. Aujourd’hui, elle a plus de 25 pièces originales, 3 adaptations et plusieurs traductions à son actif. Elle est reconnue internationalement comme l’un des chefs de file de la dramaturgie pour jeunes publics et compte parmi les auteurs québécois les plus joués à travers le monde, avec plus de 100 productions répertoriées sur 4 continents. Ses œuvres sont publiées de par le monde et traduites en 16 langues: Une lune entre deux maisons (1979), la première pièce canadienne écrite spécifiquement pour la petite enfance, a été traduite en six langues ; Salvador (1994), a connu cinq traductions ; L'Ogrelet, créée en français, en anglais, en italien et en espagnol par le Carrousel, a aussi ses versions allemande, galicéenne, grecque, maya, portugaise et russe. Le bruit des os qui craquent, créée par le Carrousel (2009), est aussi portée à la scène par la Comédie-Française (2010).

 
alt
 

 

Texte : Suzanne Lebeau
Mise en scène : Gervais Gaudreault
Distribution : Jean-Philip Debien, Isabelle Miquelon, Audrey Talbot
Équipe de création : Stéphanie Capistran-Lalonde, Milena Buziak, Stéphane Longpré, Linda Brunelle, Dominique Gagnon, Nancy Tobin, François Cyr, Anik Généreux, Éric Le Brec’h, Dominique Gagnon

Pour réservations : (418) 529-2183

Du 16 novembre au 27 novembre 2010

Crédit photos : François-Xavier Gaudreault.

PARTAGER
Article précédent(Les) 5 prochains humoristes
Article suivantLe vent du nord symphonique