Lady Gaga : une diva cosmo-électro au métal hurlant

Six heures à peine après la fin du monde annoncée par l’animateur de radio américain Harold Camping (à laquelle personne ne croyait vraiment, est-il inutile de mentionner?), le tout nouvel album de l’excentrique Lady Gaga a été mis officiellement en ligne sur le site iTunes. Coïncidence ou signe de la fin des temps? On saura, semble-t-il, dans cinq mois. D’ici là, peut-être que la diva cosmo-électro et mère des tous les monstres (mother monster, comme elle se plaît à se nommer) entamera une ultime tournée apocalyptique se terminant au solstice d’hiver 2012? Elle pourrait nous surprendre…

Outre les prophéties de fin du monde du moment, une chose est certaine, le nouvel opus Born This Way de la chanteuse américaine ne laissera personne indifférent, et surtout pas le plus fervent des catholiques, car Gaga exploite la symbolique religieuse de plus en plus dans ses mots et ses spectacles; ce qui n’est pas sans rappeler une certaine madone ayant jadis fait pas mal jaser.

Lady Gaga flirte également, dans ses nouvelles compositions – 17 au total, plus 5 remix – avec les thématiques de l’amour, de la fête, de la danse, de la célébrité, de l’amitié, des problèmes de cheveux… Rien qui ne nous dépayse par rapport à The Fame (2008) et The Fame Monster (2009).

Enfin, comme on l’avait déjà constaté, à la sortie du premier simple éponyme, la thématique centrale de l’album Born This Way est celle de l’expression et de l’acception de soi et de la différence chez l’autre. On avait alors reproché à la chanteuse d’avoir plagié avec cette chanson le tube Express Yourself (1989) de Madonna, malgré que la chanson de Gaga se soit vite retrouvée au sommet des palmarès, car il s’agit d’un tube monstre, un ver d’oreille transmettant de manière contagieuse l’envie de danser et de crier sa différence de la chanteuse.

Sinon, le deuxième simple, Judas, est celui qui a mis le feu aux poudres de controverses religieuses, avec des paroles comme « Jesus is my virtue, Judas is the demon I cling to » ou « I’ll wash his feet with my hair if he needs » et un vidéoclip à l’iconographie religieuse évidente. Encore une fois, on a accusé Gaga de jouer dans les plates-bandes de Madonna.

Mais, depuis quand Madonna a-t-elle le monopole du traitement de la symbolique religieuse dans la culture pop musicale? Ce que Gaga semble dire, par son audace, c’est que ce n’est pas une vidéo avec des crucifix en feu et un saint noir, et une publicité de Pepsi controversée datant de plus de deux décennies, qui vont l’empêcher d’exprimer ses visions sur la religion. Est-ce le signe que Gaga est de la trempe de Madonna, et qu’elle l’affirme en se donnant justement la chance de transgresser le territoire que la pop mondiale avait réservé à la star depuis longtemps? L’avenir nous le dira.

Néanmoins, Gaga ne cache pas ses influences madoniennes et s’en sert bien, depuis le début de sa carrière, et cette comparaison l’avantage plus en ce moment qu’elle avantage Madonna qui, après un deuxième divorce et un dernier album relativement passé inaperçu, n’a pas sorti d’album depuis que Gaga trône au sommet des palmarès. S’il y en a une en retard dans la parade de la pop actuelle, c’est bien Madonna, qui plus est, n’a pas encore démontré qu’elle était tout à fait à jour en matière de promotion et de marketing 2.0.

Enfin, tout ceci, et presque pas un mot sur le nouvel album Born This Way de Lady Gaga, car de toute évidence, un peu comme pour Madonna à l’époque, l’attention n’est jamais véritablement centrée sur le produit principal : la musique. Sans révolutionner la musique pop, elles vont toutefois faire oublier tout sauf leurs chansons, prétexte sous lequel nous ne les aurions jamais connues.

Born This Way est un album qui pourra plaire, par ses mots, au plus boutonneux des adolescents comme à l’adulte cherchant un sens à sa vie, autant qu’à celui qui aime danser sans écouter ni comprendre ce dont parle la chanteuse.

Le troisième opus de la chanteuse demeurera toutefois mémorable pour ce qui a d’intéressant dans le paysage musical actuel : jamais un album pop aura été aussi dense, dansable, dance, contemplatif, maniaco-dépressif, country, obsessif-compulsif, techno underground, électro, contemporain, rétro et psychédélique au même moment. L’écoute répétitive de cet album survolte l’esprit, exalte les sens, donne envie de danser, de crier, de se lancer un verre d’eau au visage pour se calmer. L’énergie phonique de l’artiste est complètement exaltée, du début à la fin de l’album, ce qui rend agressif ou énergique, au bout d’un moment. C’est selon.

Born This Way fait tout sauf laisser indifférent, et vu le grand nombre de chansons, il y en a véritablement pour tous les goûts. À acheter ou à télécharger immédiatement sur iTunes, avant d’aller brûler en Enfer!

Autre(s) critique(s) d’album(s) du même auteur

Sally Paradise : AOUUiii! c’est cosmique!


Lien(s) relatif(s) à cet article

Lady Gaga sur iTunes

Site officiel de Lady Gaga

Chansons sur Born This Way (Bonus Tracks version)

1. Marry the Night ****

2. Born This Way ****

3. Government Hooker ****

4. Judas *****

5. Americano *****

6. Hair ****

7. Scheiße *****

8. Bloody Mary **9. Black Jesus + Amen Fashion **

10. Bad Kids ****

11. Fashion of His Love **

12. Highway Unicorn (Road to Love) *****

13. Heavy Metal Lover ****

14. Electric Chapel ****

15. Queen ***

16. Yoü and I ***

17. The Edge of Glory ****

 

Remix :

 

18. Born This Way (The Country Road Version) ***

19. Judas (DJ White Shadow Remix) ***

20. Marry the Night (Zedd Remix) ***

21. Scheiße (DJ White Shadow Mugler) ***

22. Fashion of His Love (Fernando Garibay Remix) ***

 

{jcomments on}

PARTAGER
Article précédentTQc – À voir – Semaine du 4 au 10 juin 2011
Article suivantEn cavale