Petals’Pub

Petals' Pub

Dans un quartier ouvrier de Montréal des années 1885 – 1886, à  l’époque des premiers balbutiements de l’industrialisation, Arlette Cousture nous décrit les destins de trois jeunes femmes d’origines modestes, déterminées à réaliser leurs ambitions.

L’auteure nous décrit d’abord le destin de la belle Angélique qui doit renoncer à son désir d’être religieuse lorsqu’elle découvre « un amour autre que celui du Christ… » Eugène, un futur médecin  issu d’une famille de la haute société. Tout semble les séparer, et même Angélique doute d’être à la hauteur de cet amour.

Marquerite l’enjouée, jeune Irlandaise orpheline, est nouvellement arrivée dans ce pays où tous les rêves sont possibles. Elle doit apprivoiser une langue étrangère, une nouvelle culture et se refaire une nouvelle famille. Heureusement, elle croise sur sa route le beau Étienne, le cousin d’Angélique.

Et l’ambitieuse Violette, cousine d’Angélique,  communiquera sa détermination à sortir de la pauvreté et à vivre ses passions. De simple couturière, Violette se hissera vers l’indépendance, décidée à ne plus vivre sous le joug de son patron. 

 C’est dans cette période du Québec en plein bouillonnement que se tissent les liens entre ces personnages.  Arlette Cousture relate les souffrances des citadins, dépeint les rapports de classe et choisit un dénouement où il est possible, à force de détermination, de réaliser ses rêves.

 Un défi de taille pour l’auteur : dépeindre les conditions de vie misérables de ces citadins des quartiers ouvriers et leur infuser l’optimiste et le gout du dépassement .  Elle réussit avec brio, car malgré l’extrême pauvreté dans lequel les personnages principaux gravitent, Petals’Pub est un roman dont la signature est rafraichissante. 

 L’auteure innove en nous présentant un roman historique Québéçois où les « gens du peuple » gravissent les échelles sociales et vivent des réussites.Cet aspect varie de l’image souvent véhiculé du « Canadien français né pour un petit pain » où les malheurs s’accumulent sans espoir d’un jour meilleur.  Bravo à l’auteure.

L’amitié, l’entraide,  la détermination et la joie de vivre sont des valeurs très présentes dans ce roman, ce que j’ai particulièrement appréciées. Arlette Cousture maintient le lecteur en haleine du début à la fin avec ses personnages des plus attachants et inspirants.   

Arlette Cousture

  Arlette Cousture, romancière très prolifique, passe aisément d’un genre littéraire à un  autre pour le plus grand bonheur de ses lecteurs, les émouvant tant par ses romans intimistes que par ses grandes fresques historiques, telles Les filles de Caleb.

Nombre de pages : 412

Prix : 24.95$

Éditions  Libre expression 

Crédit photo: Jacques Migneault

www.groupelibrex.com

En librairie et en version électronique dès le 25 janvier