Marie-Michèle Desrosiers : De Clémence à Beau Dommage

Marie-Michèle Desrosiers
Marie-Michèle Desrosiers

Marie Michèle Desrosiers nous a parlé de sa collaboration avec Clémence Desrochers, lorsque nous l’avons rencontré à la fin de son spectacle  « Je jouais les Nonnes dans les Cantons de l’est et elle est ma cousine par alliance…elle m’a hébergé et a vécu avec moi ma peine d’amour. On a décidé d’écrire un disque, dont la chanson: la maison dans les bois… »
Humour et émotion étaient à l’honneur au Centre d’art La Chapelle ce samedi 6 octobre ! De Clémence à Beau Dommage, en passant par les plus belles chansons du répertoire français et québécois, dont Bozo de Félix,  Marie-Michèle Desrosiers nous a fait redécouvrir nos classiques. Une voix superbe, des chansons parfois drôles souvent tendres et touchantes accompagnée d’un trio de musiciens dont Jean-Fernand Girard à la direction musicale.

« Pour moi, ce spectacle, avec deux nouveaux musiciens, c’est un peu mon bébé, il commence à rouler et le public semble beaucoup apprécier.» Si nous nous fions aux longues ovations du public, qui s’est levé d’un bond, à la fin du spectacle, il n’y a aucun doute là-dessus !!!

Marie-Michèle a étudié à l’École nationale de théâtre du Canada. Encore étudiante, elle ne tarde pas à se joindre au groupe Beau Dommage dans les années 1970. Les quatre albums du groupe, Beau Dommage (1974), Où est passée la noce ? (1975), Un autre jour arrive en ville (1977) et Passagers (1977) deviennent des classiques de la chanson québécoise.

Après la séparation de Beau Dommage, en 1978, elle poursuit sa carrière en solo, tout en continuant à exercer son métier de comédienne, soit au théâtre ou à la télévision. Elle continue d’enregistrer plusieurs albums dont Les Graffitis en fleurs, Le Taxi fou, Plus fort et Aimer pour aimer, son plus populaire, en collaboration avec l’auteur-réalisateur Marc Desjardins. On retrouve sur celui-ci les succès « Aimer pour aimer », « Attention Fragile », « Entre ciel et terre » (en duo avec Philippe Vyvyal) et bien d’autres encore. Elle atteint souvent le sommet du palmarès et est régulièrement mise en nomination lors des galas de l’ADISQ. En 1985, elle participe à la Fondation Québec-Afrique en chantant dans le projet collectif « Les Yeux de la faim ».

Après toutes ces années de popularité, elle renoue avec Beau Dommage en 1994. Le groupe enregistre un nouvel album éponyme, leur premier en 17 ans, qui atteint un nouveau record de vente. L’album Beau Dommage leur mérite un double platine assez rapidement. Elle part en tournée en Europe avec le groupe Beau Dommage pour se terminer au Bataclan de Paris.

Depuis son retour avec le groupe en 1994, elle a intensifié sa carrière solo. En 1996, elle se rend à Prague pour enregistrer un album de Noël avec l’Orchestre Symphonique Tchèque, sous la supervision du pianiste André Gagnon. Marie Michèle chante les grands classiques de Noël. L’album obtient un immense succès.

Marie-Michèle Desrosiers
Marie-Michèle Desrosiers

En 2002, elle s’envole vers Moscou réaliser un autre disque de Noël cette fois avec le chœur de l’Armée rouge. Le disque connaît lui aussi un grand succès. Depuis, et à chaque année, le spectacle tiré de l’enregistrement de cet album est télédiffusé durant la période des Fêtes. Marie Michèle se produit régulièrement en spectacles partout au Québec. Elle publie encore les albums Mes mélodies du bonheur en 2004 et Marie Michèle se défrise en 2008

 

http://www.centredartlachapelle.com/

http://www.jeanbrouillard.com

Crédit photos : Roland de Québec

PARTAGER
Article précédentLe singe noir
Article suivantJe Cuisine, Plats tout-en-un