Guillaume Wagner « Cinglant » à la salle Albert-Rousseau

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
57

 

Guillaume Wagner
Guillaume Wagner

Récipiendaire du Nez d’or révélation de l’année au Grand Rire de Québec en 2010, de l’Olivier Révélation en 2011, puis nommé Révélation du 29e festival Juste pour rire, Guillaume Wagner était de passage le mercredi 7 novembre à la salle Albert-Rousseau pour son premier one man show.

Avertissements

Le spectacle de Guillaume Wagner est positif et humain, mais cru et cinglant à la présentation. Pour répondre à la question de tous, il a rajusté son tir et  il n’a pas fait la farce controversé. Pour compenser le trou de son spectacle, il a demandé si quelqu’un dans la salle était volontaire pour se faire dire une blague sur son physique.  Croyez-le ou non, il y avait des volontaires et il a fait une blague assez salée sur une jeune volontaire dans la salle.

N’oubliez pas que « Cinglant » se veut un spectacle brutal, cru et explosif qui ne fait pas dans la complaisance. Il ne faut donc pas prendre ses farces au premier degré.  Donc, lorsqu’il dit qu’il ne veut pas de « matantes » à son show, il faut comprendre qu’il veut des personnes ouvertes d’esprit à son spectacle et le mot « matantes » ne fait pas référence à l’âge.  D’ailleurs, il y avait plusieurs de ces « matantes » qui riaient forts et n’étaient pas choqués du tout.

Guillaume dévoile un humour en finesse que l’on doit bien décoder. Comme il le dit lui-même, son spectacle est pour tous, mais ne s’adresse pas à tout le monde. Son humour est corrosif, audacieux, mais humain aussi. En débutant, il a été assez clair sur les personnes qui n’aimeraient pas son spectacle. (Les coincés, ceux qui portent des jugements, les vieux, les intellos et les matantes)

Si je me fie aux rires et aux applaudissements dans la salle, il n’y avait pas personnes de ces catégories ce soir.  Il faut dire que la majorité de la clientèle avait entre 20 et 35 ans. Même s’il y avait des gens de plus de 50 ans, leur cœur était jeune et ouvert et leur rire aussi communicatif que celui des jeunes.

 

Une partie du décor avec Guillaume en carton
Une partie du décor avec Guillaume en carton

Décors avant d’entrer au spectacle

Une belle surprise attendait les gens dans le passage de la salle Albert-Rousseau. Guillaume Wagner en carton accompagné d’une femme avec de gros seins et de l’autre côté, un gars avec de gros muscles. Vous aurez compris, que c’est sa blague sur la superficialité.  Les gens pouvaient se faire photographier derrière l’image du gars ou de la fille à côté de Guillaume.  Si votre  photo se retrouve sur la page Facebook de Guillaume Wagner, vous pouvez gagner un DVD de la série « Les 5 prochains ».

Les thèmes abordés

Un des thèmes abordés par Guillaume est l’individualisme grandissant qui nous caractérise, il rit de nos travers avec une précision hors du commun. De manière parfois crue et directe, il nous renvoie le miroir de qui nous sommes individuellement, dans le but de tracer un portrait de ce que nous devenons collectivement.

Avec aplomb et  audace, Guillaume  fait un bilan courageux de ses défauts, de nos défauts, en évitant le piège du cynisme.

Guillaume Wagner
Guillaume Wagner

Il nous parle de  l’homophobie, de la religion, des réseaux sociaux et de sa technologie qui nous isolent, des couples, de nos fantasmes, des femmes contrôlantes, de la nostalgie des filles pour leur idole et de la superficialité. Son numéro sur les « pipes » et les « totons » que beaucoup connaissent déjà est inimitable et continue à faire rire.

Il a aussi parlé du conflit étudiant, de la fierté québécoise, du négativisme, de la collectivité, des handicapés.  J’ai bien aimé les différents accents imités, entre autres l’africain et aussi le fait qu’il n’est pas là pour se faire aimer, mais pour dire les vraies choses.

Guillaume nous a fait remarquer qu’avant un artiste était extraordinaire et on s’en inspirait, maintenant on banalise tout  et on admire les vedettes de la téléréalité. Nos idoles doivent être à notre niveau. Il dit que tout ça n’est pas une bonne idée.

Un spectacle de deux heures bien rodés avec un entracte d’une vingtaine de minutes.

Jean-François Mercier agit comme script-éditeur alors que Daniel Fortin (Mike Ward – S’exposeClaudine Mercier – Dans le champ) signe la mise en scène.

 

 

Guillaume Wagner
Guillaume Wagner

À propos de Guillaume

Dès sa sortie de l’École nationale de l’humour en 2006, Guillaume Wagner se démarque par sa précision et son perfectionnisme. Déjà, le public et la critique le considèrent comme une relève des plus prometteuses grâce à sa fougue, son culot et sa passion du métier. Perle rare de l’humour, il se taille rapidement une place sur les plus grands festivals et remporte, dès 2007, les prix du jury et du public au Festival de Val-d’Or.

Depuis, tout s’enchaîne et Guillaume roule sa bosse sur scène et à la télé. En plus d’être chaque année de tous les festivals, il assure, durant deux ans, la première partie de Jean-François Mercier. À la télé, il participe entre autres régulièrement à l’émission Un gars le soir sur V, en plus d’être l’un des principaux protagonistes de la série documentaire Les 5 prochains, émission dont il a eu l’idée et qui a été diffusée sur les ondes de Artv.

GUILLAUME WAGNER – Innovateur

Vous vous souvenez des premiers billets mis en vente à 17,17 $, qui augmentaient d’un dollar le 17jour de chaque mois. Très original comme concept et c’était la première fois que l’on voyait cela. Alors que les humoristes établis vendent leurs billets à fort prix des mois à l’avance, Guillaume Wagner a pris le pari inverse et ça fonctionné.

SUPPLÉMENTAIRES : 5 et 6 mars 2013 à 20 h àla Salle Albert-Rousseau

www.guillaumewagner.com.
Billets en vente à la billetterie de la Salle Albert-Rousseau
et dans le Réseau Ovation
Réservations : 418 659-6710 ou 1 877 659-6710
www.sallealbertrousseau.com ou www.ovation.qc.ca

Crédit photos: Roland de Québec