En attendant les Barbares

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
5

 

En attendant les Barbares
En attendant les Barbares

Le voyage auquel nous convie Luc Devoldere allie calme, profondeur et intelligence. En nous entraînant à sa suite dans cette entreprise de « règlements de comptes » avec l’Histoire et avec les Lettres, l’auteur flamand revient sur les écrivains qui ont enflammé sa jeunesse : Marguerite Yourcenar, Horace, Charles Van Lerberghe, Alain, Érasme, etc. Guidée par plusieurs années d’enseignement et d’écriture, sa réflexion est orientée par une quête temporelle, celle qui place inévitablement l’homme dans son lignage intellectuel.

Les essais proposés ici sont nés des nombreux questionnements d’un esprit doté d’une grande finesse. Ainsi, les textes et les auteurs sur lesquels Luc Devoldere s’attarde de façon très subjective ne sont pas lus comme des produits finis, des pièces de musée tout juste bonnes à être admirées de loin. Au contraire, il rend justice aux grands penseurs des derniers siècles en les lisant avec attention et circonspection, dans ce qu’ils peuvent encore faire naître aujourd’hui.

Qu’il s’intéresse aux femmes dans la vie de Nietzsche (« Pour être quitte envers Nietzsche ») en se remémorant ses premiers émois intellectuels ou qu’il retrace la carrière militaire de Marc Aurèle en admirant une statue antique, retirée de la vue du public (« Beaucoup de force, peu de consolation »), Luc Devoldere témoigne d’un rare talent de vulgarisateur. Il se remémore sa jeunesse, ses amitiés et ses rêves en nous offrant un cadeau immense, celui de nous permettre de l’accompagner dans son pèlerinage. L’érudition de l’auteur n’a d’égale que sa passion de partager avec ses semblables, et les lettres qu’il livre en deuxième partie de recueil témoignent de son engagement pédagogique et de son humour… (« Si jamais l’un de vous si bas devait sombrer », « Lettre à un élève qui a fini ses humanités », « Lettre à un administrateur délégué de la Chambre de commerce et d’industrie »).

Diplômé ès lettres classiques, philosophe, écrivain, Luc Devoldere est rédacteur en chef de la revue Septentrion publiée par l’association culturelle flamando-néerlandaise Ons Erfdeel vzw. Dans ses essais il plaide en faveur d’une symbiose entre la culture européenne et ses traditions, d’une part, et les défis de la modernité d’autre part. Parmi les prix que lui ont valu ses publications, mentionnons le Prix de littérature des Provinces flamandes pour Wachtend op de barbaren (En attendant les Barbares) en 2004 et le Prix de l’essai de la province Flandre occidentale en 2008 pour Mijn Italië (Mon Italie). Outre ses essais sous forme de livre, il publie régulièrement dans des revues littéraires ou culturelles.

Traduction du néerlandais (Belgique) par Monique Nagielkopf
256 pages, 29,95 $, ISBN 978-2-89502-331-9
Aussi disponible en version numérique