Livre : Vivre Penser Regarder – L’union des sciences et des émotions

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
12
Vivre, Penser, Regarder de Siri Hustvedt (Photo : courtoisie)
Vivre, Penser, Regarder de Siri Hustvedt (Photo : courtoisie)
Vivre, Penser, Regarder de Siri Hustvedt (Photo : courtoisie)
Vivre, Penser, Regarder de Siri Hustvedt (Photo : courtoisie)

«Tout livre est pour quelqu’un. Si solitaire que soit l’acte d’écriture, il n’en constitue pas moins un geste à l’intention d’une autre personne – une seule, puisqu’on ne lit que seul. L’écrivain que je suis ignore l’identité de son destinataire. Le visage du lecteur reste invisible et, pourtant, chaque phrase inscrite sur une page représente une demande de contact et un espoir de compréhension. C’est dans cet esprit qu’ont été écrits les essais de Vivre, penser, regarder. Ils ont été écrits pour vous.» 

C’est ainsi que Siri Hustvedt interpèle le lecteur dans sa préface, l’invitant avec bienveillance au seuil de l’intimité qu’elle tissera avec lui au fil des pages. Le ton du livre est donné et on sent cette invitation des plus sincères. Il suffit de prendre sa main tendue pour l’accompagner dans ses réflexions philosophiques sur ce qu’est l’identité humaine, comment celle-ci se construit et son rapport avec le monde. C’est en faisant se croiser le monde de l’affect avec celui des sciences qu’elle fait sa quête.

Il est parfois de ces ouvrages où l’auteur intéresse autant que ce qu’il écrit. C’est le cas de Hustvedt qui, de par la nature de son livre, utilise tout en délicatesse son monde intérieur, sa vie passée et présente, ses souffrances physiques et psychiques (elle est migraineuse chronique), ses souvenirs et non-souvenirs, ses expériences personnelles, tous étant le moyen d’ancrage de ses réflexions. De là vient la sensation d’un lien intime, d’authenticité dans sa recherche philosophique. On a envie de la suivre dans le méandre de ses réflexions car elle-même fascine.

Ce recueil d’essais, tous écrits sur une période de 6 ans, elle le divise en trois thèmes – Vivre Penser Regarder – dans lesquels elle explore son propre esprit et tente de nous révéler le nôtre. Encyclopédie du savoir en général, éternelle étudiante malgré ses 58 ans, ouvertement obsédée par la psychiatrie (d’ailleurs, devant cette obsession de toujours, son mari a déjà confié lui avoir conseillé de cesser de consommer davantage d’ouvrages sur ce sujet, ce qui l’a poussée à «consommer» en cachette), étant maintenant reconnue par la communauté scientifique de neurologie, c’est néanmoins par le monde émotionnel, par l’expérience humaine, que Hustvedt cherche à expliquer le mystère que les sciences exactes tentent de définir chacune dans leur coin : Que sommes-nous? Comment le sommes-nous devenus?  De quelle façon notre monde intérieur interagit avec le monde extérieur? La rencontre du monde intérieur de deux personnes crée-t-elle une troisième réalité? Ce monde émotionnel, l’affect, méticuleusement évacué des sciences, est l’apport qu’elle réussit à imposer petit à petit aux scientifiques qui l’invitent désormais dans leurs très sélects colloques. En d’autres mots, l’affect serait le pont reliant toutes les sciences et dans ce synapse se dessinerait la réponse.

Hustvedt utilise donc les sciences et les relie par le monde des émotions, ce qui pourrait sembler être une lecture ardue. C’est néanmoins à un large lectorat qu’elle s’adresse. Ses textes étant étoffés de références scientifiques, quelques notions dans le domaine de la psychologie, de la philosophie ou des sciences ne sont pas pour nuire mais ne sont pas absolument nécessaires. Son écriture simple et chaleureuse et la présentation des essais sous forme d’anecdotes rendent ses écrits agréables à lire, comme on lirait les missives d’une amie lointaine remplie de sagesse. L’essence est si près de l’universel que le sens est facilement compréhensible. Et c’est là la beauté du livre : il touche la part universelle en nous, notre monde intérieur. Et au bout du compte, aura-t-elle répondu au mystère de l’identité humaine et de son rapport au monde? Peut-être, peut-être pas. Seul son lecteur pourra le déduire car la réponse ne sera pas imposée.

L'auteure américaine Siri Hustvedt (Portrait © Witi De Tera / Opale / Editions Actes Sud )
L’auteure américaine Siri Hustvedt (Portrait © Witi De Tera / Opale / Editions Actes Sud )

Siri Hustvedt  est une auteure américaine de descendance norvégienne, titulaire d’un doctorat de littérature anglaise. Elle signe une oeuvre considérable saluée depuis les premières nouvelles parues dans The Best American Short Stories en 1990 et 1991. Ses premiers romans ‘Les Yeux bandés’, paru en 1996 en France et ‘L’Envoûtement de Lily Dahl’ annoncent déjà la singularité d’une oeuvre complexe, enrichie par des romans comme ‘Tout ce que j’aimais’, publié en 2003. Elle a été récompensée par de prestigieux prix littéraires internationaux et, au Québec, par le Prix des Libraires du Québec 2004.

 

 

 

Éditeur : ACTES SUD / Leméac
ISBN : 978233001414
Prix suggéré : 36.95$

Acheter chez Rue des Libraires