Le 48e Congrès de la Fédération Histoire Québec à Chicoutimi Une thématique bien d’actualité

 

Le 48e Congrès de la Fédération Histoire Québec
Le 48e Congrès de la Fédération Histoire Québec

Le 48e  congrès de la Fédération Histoire Québec (FHQ), qui a eu lieu en fin de semaine à Chicoutimi (Ville de Saguenay) portait essentiellement sur la relève et divers autres sujets bien actuels tels que l’enseignement de l’histoire au Québec, le financement des organismes affiliés, l’impact de la nouvelle Loi sur le patrimoine culturel du Québec.

Organisé conjointement par la FHQ et la Société historique du Saguenay, en collaboration avec la Fédération québécoise des sociétés de généalogie (FQSG) et la Société de généalogie du Saguenay, le congrès a accueilli plus de 200 personnes préoccupées par la pérennité de leurs organismes et par la place de l’histoire et du patrimoine au Québec.  Naturellement, comme le congrès se déroulait dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, les congressistes ont également eu le plaisir de découvrir plusieurs aspects de l’histoire et de la géographie de la région, grâce à des conférences plus spécifiques et grâce à des visites et excursions.

Comme il est d’usage, les deux fédérations ont également tenu leur assemblée générale annuelle dans le  cadre de ce congrès.  À la FHQ, le conseil 2013-2014 se composera des personnes suivantes :

Richard M. Bégin (président)

Jeannine Ouellet (1re vice-présidente)

Laurent Lamontagne (2e vice-président)

Serge Gravel (trésorier)

Michel Pratt (secrétaire exécutif)

Pierre Cécil

Anne-Marie Charuest

François Lafrenière

Pierre Louis Lapointe

Hugues Michaud

Richard Smith

En ce qui a trait à l’enseignement de l’histoire, les délégués ont cependant adopté une proposition claire visant à demander au gouvernement du Québec d’instaurer des cours d’histoire locale et régionale dans toutes les écoles du Québec, et ce, préférablement en collaboration avec les sociétés membres de la FHQ. Cette proposition rejoint d’ailleurs l’un des mandats de la Fédération, soit celui de valoriser l’histoire locale, régionale et nationale, de même que les multiples éléments du patrimoine culturel du Québec, par le biais de ses sociétés locales et d’en faciliter l’accessibilité.  Plus encore, cette proposition  rejoint celle que la FHQ avait avancée dans son mémoire de 2008 présenté en commission parlementaire : « Veiller à rapprocher le secteur de l’éducation des sociétés d’histoire ou de patrimoine et musées locaux pour permettre un enseignement plus adéquat de l’historie régionale et locale aux générations montantes. »

Par ailleurs, pour ce qui est de l’enseignement en général de l’histoire au Québec, les délégués étaient d’avis qu’il y avait lieu de réfléchir plus avant à cette question fondamentale et ils ont convenu de mettre en place un comité ad hoc chargé de se pencher sur le sujet et de formuler des recommandations à transmettre éventuellement au gouvernement du Québec.

La Fédération Histoire Québec, fondée en 1965 (donc depuis bientôt 50 ans), regroupe aujourd’hui près de 250 sociétés membres à travers le Québec, œuvrant dans les domaines de l’histoire, du patrimoine, de la généalogie, de la muséologie, de l’ethnologie et autres domaines connexes à l’histoire. C’est le plus important regroupement d’organismes du genre au Québec, dont on estime à quelque 40 000 le nombre de membres individuels.

Les prix 2013 de la Fédération Histoire Québec

À l’occasion du banquet de clôture de son 48e  congrès annuel, qui, cette année, avait lieu à Chicoutimi (Ville de Saguenay), la Fédération Histoire Québec (FHQ) a décerné ses différents prix annuels.

Le Prix Honorius-Provost, prix du bénévole de l’année, a été remis à M. Stéphane Tremblay, de la Société d’histoire de La Prairie-de-La Magdeleine.

Le Prix Léonidas-Bélanger (volet événements et réalisations) est pour sa part destiné aux sociétés d’histoire, de patrimoine et de généalogie membres de la FHQ et il vise à reconnaître le travail exceptionnel de ces sociétés auprès de la population de leur milieu.  Cette année, la première place a été remportée ex aequo par l’Atelier d’Histoire Hochelaga-Maisonneuve, pour son exposition « L’École d’antan 1860-1960 » et par la Société historique de Bellechasse, pour son « Inventaire du patrimoine bâti de la MRC de Bellechasse ».  Un deuxième et un troisième prix ont également été attribués au musée d’histoire régionale de l’Outaouais, le Musée de l’Auberge Symmes, à Aylmer (Gatineau), pour sa Fête d’antan, et à la Société de généalogie canadienne-française, pour son Salon des auteurs 2012.

Finalement, le Prix Rodolphe-Fournier, prix remis pour une recherche ou une publication reliée aux actes notariés et décerné en collaboration avec la Chambre des notaires du Québec, a été accordé à deux récipiendaires : M. Yves Guillet, pour son ouvrage intitulé La pointe de Saint-Vallier, une histoire de 300 ans, et M. Michel Morin pour Les tribunaux et l’arbitrage en Nouvelle-France et au Québec, de 1740 à 1784.

La Fédération Histoire Québec, fondée en 1965 (donc depuis bientôt 50 ans), regroupe aujourd’hui près de 250 sociétés membres à travers le Québec, œuvrant dans les domaines de l’histoire, du patrimoine, de la généalogie, de la muséologie, de l’ethnologie et autres domaines connexes à l’histoire. C’est le plus important regroupement d’organismes du genre au Québec, dont on estime à quelque 40 000 le nombre de membres individuels.