Bruits et gestes perdus

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
8
Bruits et gestes perdus
Bruits et gestes perdus

Bruits et gestes perdus

Quarante-deux tableaux pour une disparition récit de Réjane Bougé


En librairie à compter du 24 septembre
130 pages, 17,95 $,ISBN 978-2-89502-338-8
Versions numériques disponibles

Pour feuilleter ce livre : http://www.instantmeme.com/ebi-addins/im/ViewBooks.aspx?id=3039

Parler du deuil demeure un exercice périlleux : comment transmettre à autrui une émotion aussi intime, aussi personnelle et aussi douloureuse ? Dans les quarante-deux tableaux de son magnifique récit, Réjane Bougé transcende avec délicatesse le temps et l’espace pour nous livrer, à pas feutrés, un livre éloquent. La disparition de son conjoint se manifeste en effet par une multitude de silences, tous autant d’absences qui, petit à petit, forment une mosaïque de souvenirs.

Le bruit des géraniums qu’« il » ébouriffe sur le balcon (ftouf-ftouf-ftouf), celui du jeu de cartes, manié par une main experte (flap-flap-flap-flap), l’action du coupe-papier lorsque le courrier arrive (schrout-schrout-schrout)s sont autant de sons disparus. Se souvenir de leur existence, c’est aussi pour la narratrice une façon de revivre, au présent, le quotidien dans toute sa beauté et sa réalité. Plus qu’un simple sens parmi d’autres, l’ouïe se transforme en lunette sur le passé, rappelle à la mémoire les petites obsessions esthétiques (« Caméléon »), l’enthousiasme du pelleteur (« Neiges ») et de son maniement de la pelle (bong-bong-bong/bang-bang-bang) ainsi que les travers parfois irritants de l’autre (« Rots, extrêmement sonores »).

L’approche unique de Réjane Bougé transforme le deuil en une célébration de la vie, et fait réfléchir à cette phrase prononcée si souvent dans une maison : « Chut ! Fais moins de bruit ! »

Née à Montréal en 1957, Réjane Bougé publie régulièrement depuis vingt ans, abordant différents genres : romans, récits et livre jeunesse. Ses plus récents titres, Je ne me lève jamais avant la fin du générique et Sur les murs d’un Montréal qui s’efface, avaient tous deux des saveurs autobiographiques. Animatrice d’émissions culturelles et littéraires à la radio de Radio-Canada pendant de nombreuses années, elle est présentement conseillère culturelle au Conseil des arts de Montréal en ce qui a trait à la littérature et au cinéma.