Entrevue avec Bobby Bazini dans le cadre de la 36e edition du Festival International de Jazz de Montréal

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
69
Bobby Bazini © photo: Marc Young
Bobby Bazini
© photo: Marc Young

C’était tout juste quelques heures avant que les deux artistes se présentent sur la scène de la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, ce jeudi, le 2 juillet, que nous avons eu droit à quelques confidences de la part de Bobby. C’est un Bobby très heureux qui nous a accueilli avec un sourire qui en disait long sur le bonheur qu’il avait de partager la scène avec son Héros, comme il le désigne quand il parle de lui; Booker T. Jones.

D’entrée de jeu, nous avons abordé le sujet de sa relation avec Booker T. à qui il voue une grande admiration.

« Booker T. c’est un héros pour moi, c’est sûr ! J’ai grandi en écoutant sa musique et ce soir, je joue avec lui, sur scène! C’est pas tous les jours qu’on a cette chance-là! Surtout, qu’on en perd tellement ces temps-ci des pionniers, des légendes; Bobby Womack qui est décédé l’an passé, Ben E. King et B.B. King récemment, Joe Cocker. Ils partent tellement vite. Pour moi, d’avoir la chance d’être là, ce soir, avec lui, je ne peux pas en demander plus que ça, c’est débile! »

Depuis l’enregistrement du 2ième album de BobbyWhere I Belong qu’ils ont enregistré ensemble au studio Village Recorder de Los Angeles et réalisé par Larry Klein, ils ont gardé contact. Ils voulaient faire quelque chose ensemble.

« Ça fait longtemps que je cherche un moyen de le faire. L’an passé, j’ai essayé : conflits d’horaire, ç’a pas fonctionné. Cette année, je ne pensais pas revenir au Jazz, mais on m’a réinvité avec carte blanche pour inviter qui je voulais. Ça c’est incroyable! Un grand merci à Spectra et à Laurent Saulnier pour la confiance et ç’a m’a permis d’inviter Booker T.Jones, ce soir et de partager la scène avec lui. Faut le voir vraiment comme une double programmation.  On l’a rencontré tantôt. Super bon gars, mes musiciens étaient supers contents de le rencontrer! Hier, j’ai dit à mon agent après l’entrevue, quand j’aurai son âge, Booker T. a 70 ans, j’aimerais ça être comme lui. Groundé comme lui! »

Bobby Bazini © photo: Marc Young
Bobby Bazini
© photo: Marc Young

Bobby a commencé à travailler sur ses compositions après avoir découvert entre-autres Booker T. Jones et Otis Redding.

«C’est ça un peu qui a roulé toute mon enfance, des disques d’Otis Redding. Après, tranquillement, j’essayais de composer des chansons. Comme Booker l’a dit, la même chose que je faisais c’était de trouver le Bobby en dedans de moi, comme Otis Redding l’a fait et ça, c’est en pratiquant. Plus tu pratiques, un moment donné, plus tu découvres ce qui fait que c’est toi  et qui te démarque des autres. C’est dur à expliquer comment tu le trouves, mais tu le trouves, je pense! Ça se fait! Faut juste être soi-même! »

Être soi-même, c’est exactement ce que Bobby offre lorsqu’il interprète ses chansons. Son authenticité touche les gens.

Des chansons de Bobby Bazini réarrangées à la sauce jazz

« C’est différent du Métroplolis parce que ce soir, je respecte l’ambiance du jazz. C’est important pour moi de faire ça. On est au Jazz, donc, je veux interpréter avec le band. On va faire quelques standards aussi, en ajoutant, même en modifiant quelques-unes de mes pièces pour donner une ambiance à travers le show qui garde l’esprit du jazz et qu’on sente qu’on est vraiment au Festival International de Jazz de Montréal. Ça c’est important! C’est Bobby Bazini, mais c’est dans le cadre du Jazz. Je me suis dit : arrange ton show, sans changer toutes les pièces, mais juste mettre une petite couleur qui fait que c’est Jazz. On a des cuivres, ce soir, ça va groover comme on l’espère! On fait même une chanson instrumentale, où je me retire et que je laisse la place aux musiciens. C’est un standard jazz, je ne vous dirai pas c’est laquelle, vous le verrez plus tard. C’est rare que je fais ça. C’est la première fois que je fais ça. On l’a essayée en répète et ç’a bien fonctionné. La chanson, vous ne pouvez pas passer à côté de celle-là dans le cadre d’un Festival de Jazz. »

Bobby Bazini et Bianca Favasuli © photo: Marc Young
Bobby Bazini et Bianca Favasuli
© photo: Marc Young

Bobby et ses fans fidèles

L’auteur-compositeur-interprète est très généreux avec ses fans en étant actif sur les réseaux sociaux. Il donne des nouvelles. Il publie régulièrement des photos et surtout il prend le temps de répondre à ses fans. Il y a même des fans qui au fil des ans se sont faits remarquer par Bobby. La fidélité de ses fans est belle à voir!

« Il y une fan qui me suit depuis longtemps, elle s’appelle Karine Lepage. Je la vois souvent sur les réseaux sociaux, ses commentaires me font du bien. Ça fait du bien de lire des beaux commentaires, des fois. Il y a aussi Tony Braca qui est un de mes fans anglophones sur Twitter. »

Tony fait beaucoup de promotion pour Bobby sur les réseaux sociaux.

«Je faisais un show à Londres et il m’a emmené du monde! C’est un gars qui veut que ça marche. C’est des fans qui suivent. Tu sais, quand tu retiens leurs noms, c’est parce qu’ils déplacent de l’air!  Ils veulent vraiment te promouvoir. Ils font ce qu’ils peuvent, ils sont très actifs. Et à ce moment-là quand tu retiens leurs noms, ça veut dire quelque chose! »

C’est toujours très touchant d’être témoin de la réalisation d’un rêve. Pour Bobby la patience a porté ses fruits pour le plus grand bonheur des admirateurs de musique jazz.

Bobby travaille à l’écriture de son 3ième album. Plusieurs spectacles ont été annoncés sur son site internet officiel,  dont un entre autres qui sera présenté dans le cadre du Festival International du Blues de Tremblant, le 8 juillet prochain.

Pour voir toutes les dates des spectacles :

Site officiel : http://www.bobbybazini.com/

Facebook : https://fr-ca.facebook.com/bobbybaziniofficial

Twitter : https://twitter.com/bobbybazin

© photo: Marc Young