La ville de Québec de plus en plus crue avec l’ouverture de Crudessence

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
56
Eau à la chlorophylle - Crudessence
Eau à la chlorophylle – Crudessence

Grosse fin de semaine à Québec avec l’Expo manger santé et vivre vert, mais plus particulièrement avec l’ouverture du restaurant Crudessence à l’extrémité Est de la rue Saint-Joseph. L’alimentation vivante n’a jamais eu si bon goût… et une si grande popularité!

J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec David Côté, le fondateur de Crudessence, pour souligner l’arrivée de la bannière à Québec. Crudessence a tenu une soirée d’ouverture officielle jeudi dernier, et la place était littéralement bondée!

YL : David, parle-moi un peu du concept de Crudessence. Je sais que le projet est né à Montréal, mais vous voilà à Québec!

DC : Je suis un ptit gars de Québec, mais j’ai voyagé pendant 8 ans, et j’ai trouvé ce concept en Californie et à Hawaï où j’habitais. Manger vivant, faire du kombucha, des germinations, des choses comme ça, je trouvais que ça faisait très grano, souvent brun, alors que pourtant il y avait un message important là-dedans, et ça avait du sens de manger comme ça. J’ai démarré ça à Montréal, avec mon vélo, en faisant du porte à porte, sans argent dans les poches, puis ça a fait boule de neige. J’ai commencé à donner des cours de cuisine, et on connaît maintenant un franc succès. J’ai 120 employés maintenant, avec trois restos à Montréal et 5 comptoirs en région, dont un à Lévis, et notre nouveau resto à Québec. On y retrouve aussi une académie culinaire à même le restaurant.

YL : Donc on peut manger sur place ou apporter sa bouffe pour manger ailleurs?

DC : Exactement, on offre du prêt à manger, on prépare aussi pour ceux qui préfèrent manger sur place. La boutique offre aussi des granolas, des craquelins, des noix pour faire à manger comme ce qui est servi sur place.

YL : Qu’est-ce qui différencie votre cuisine?

DC : Tout ce qu’on prépare ici est sans produits laitiers, sans gluten, végétarien et végétalien. On fait du fromage avec des noix de cajou, des lasagnes avec des zucchinis, des rouleaux avec des feuilles d’algues. On fait d’ailleurs des pâtés au thon avec des graines de tournesol et des algues. On propose une autre façon de se faire à manger.

YL : Tout à l’heure tu as parlé de sports extrêmes, tu veux m’en dire plus?

DC : J’ai longtemps pratiqué le surf et les marches de longue haleine, où je partais jusqu’à quatre mois en randonnée, et c’est là que j’ai appris cette nouvelle forme d’alimentation. J’ai pris mon corps un peu comme un laboratoire!

YL : Et le kombucha, c’est vous qui le produisez?

DC : Bien sûr! On a développé la marque de commerce Rise, et le concept fonctionne très bien. Il se vend maintenant partout au Canada.

YL : Autre chose à ajouter?

DC : L’alimentation vivante n’est pas une diète, on ne vous demande pas de manger seulement ça. Je mange de tout, je suis un omnivore qui rajoute ça dans mon alimentation. On ne croit pas aux diètes, ni à ségréger des aliments en disant qu’ils ne sont pas bons. On dit aux gens de manger des chips et du chocolat, mais d’ajouter du vivant dans leurs assiettes.

YL : Tu as l’intention de revenir à Québec?

DC : Ma vie est à Montréal, mais je passerai régulièrement à Québec pour donner les cours en alimentation vivante et former l’équipe de professeurs.

Hors-d'oeuvre bio
Hors-d’oeuvre bio

En conclusion, je peux dire que la campagne Facebook qui annonçait l’ouverture aura connu un franc succès, car nous étions entassés à savourer kombucha et hors d’œuvre végés. L’alimentation bio et vivante semble avoir le vent dans les voiles, et ce nouveau restaurant Crudessence, qui a pignon sur rue juste à côté du Ashton, promet d’apporter une nouvelle variété d’aliments dans votre assiette et dans cette section de la rue Saint-Joseph.

Crudessence

837 Saint-Joseph Est

Québec

http://www.crudessence.com/fr