La Bibliothèque interdite : l’opéra-tango de Denis Plante en reprise au Quat’Sous

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
49
Sébastien Ricard
Sébastien Ricard

Buenos Aires, 1941 – un poète est arrêté, incarcéré, interrogé par l’inspecteur Barracuda qui se serait reconnu dans tango séditieux dont le poète est l’auteur et qui porte son nom.

Un tête-à-tête s’engage entre le creuseur de vers et son tortionnaire, qui a pour objet et enjeu La Bibliothèque interdite à laquelle l’homme de lettres semble affilié de quelque façon. Face à la balle dans la tête – ou ailleurs – qui l’attend s’il n’avoue pas, le littérateur résiste pourtant, et à sa manière. C’est-à-dire qu’il se met et ne s’arrête plus de parler; il parle des livres qui l’ont fait, mêlant la mythologie grecque à sa propre fiction, pour se perdre à mesure dans le dédale de ses mots. D’Ulysse à Astérion, la victime se rêve tour à tour monstre et héros. L’hellène érudit déclame la justice et chante la liberté, danse avec son Minotaure et écrit à sa ou ses bien-aimées.

Avec un fatalisme certain et le sens de l’ironie, le prisonnier va perdre de vue peu à peu le monde du dehors et la réalité. Et bientôt découvrir quel rôle La Bibliothèque interdite lui a assigné, et ce sans qu’il puisse (ou veuille) en réchapper.

Denis Plante au bandonéon, Mathieu Léveillé à la guitare et Francis Palma à la contrebasse se tiennent debout, au fond, et donnent une assise solide au son jeu enlevant de Sébastien Ricard. Ce dernier occupe le devant de la scène et promène avec sa verve grave et drôle son timbre argentin.

Le quatuor parvient à emporter le public au cœur d’une ambiance brûlante et pleine d’obscurité. S’y déploie une musique douce et lancinante matinée de ce réalisme magique propre aux auteurs sud-américains, Jorge Luis Borges en particulier, dont l’œuvre plane au-dessus de l’opéra-tango.

Grand succès de la saison 2016-2017, La Bibliothèque interdite revient à la demande générale pour trois représentations, du 12 au 14 septembre, au théâtre de Quat’Sous.

 

Une production de Sibyllines en codiffusion avec le Théâtre de Quat’Sous
D’après une création de Denis Plante pour Tango Boréal

Texte et musique : Denis Plante
Mise en scène : Brigitte Haentjens et Sébastien Ricard
Avec Sébastien Ricard, Denis Plante (bandonéon), Matthieu Léveillé (guitare) et Francis Palma (contrebasse)
Lumière : Martin Sirois
Sonorisation et régie : Guy Fortin
Conception de la marionnette : Madeleine Plante
Collaboration à la chorégraphie : Bobby Thomson
Direction de production : Sébastien Béland
Direction administrative : Xavier Inchauspé

Crédits photographiques : Jean-François Hétu