La pièce Des arbres, en tournée au Québec, un texte fort et réfléchi, un duo d’acteur électrisant, une pièce drôle et touchante !

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
99
Sophie Cadieux et Maxime Denommée
Sophie Cadieux et Maxime Denommée

Après avoir suscité l’engouement lors de sa création au printemps 2016, et présenté au Théâtre de la Licorne, en 2016 et tout récemment en 2017,  le Théâtre de La Manufacture part en tournée au Québec et au Canada, avec la pièce Des arbres, de Duncan Macmillan, dans une traduction de Benjamin Pradet. Grâce à une codiffusion avec le Théâtre Périscope, la pièce s’arrête à Québec du 31 octobre au 11 novembre 2017, avec Sophie Cadieux et Maxime Denommée pour ensuite continuer la tournée avec Éveline Gélinas et Maxime Denommée. Le tout est dirigé par Benoît Vermeulen. (Voir la fin de cet article pour tous les détails des endroits visités dans cette tournée.) 

Résumé

Un couple dans la trentaine fait la file chez IKEA. Puis, soudainement, il aborde l’idée d’avoir un enfant. Entre panique, stupéfaction et hésitation, elle réagit, fort. S’ils sortent finalement les mains vides du magasin, c’est submergés d’envies, de questionnements et d’inquiétudes qu’ils rentreront chez eux. En ces temps d’incertitudes, de changements climatiques et de crise économique, est-ce réellement une bonne idée de mettre un enfant au monde? Alors qu’autrefois il s’agissait de désirs instinctifs, il semble qu’aujourd’hui faire un tel choix a le pouvoir de porter atteinte à la nature. Entre responsabilité sociale et relation amoureuse, comment ces deux êtres imparfaits qui se considèrent comme «de bonnes personnes» arriveront-ils à faire un choix? Et si cet enfant faisait partie de la solution plutôt que du problème?

Puisque les travaux de rénovation du bâtiment du Périscope ne sont pas encore terminés, la pièce Des Arbres est présentée au théâtre du Conservatoire d’art dramatique sur la rue St-Stanislas à Québec. C’est un endroit que je découvrais pour la première fois et je dois dire que j’ai bien apprécié cette salle.

Sophie Cadieux et Maxime Denommée
Sophie Cadieux et Maxime Denommée

C’est dans une salle épurée de tout décor que Sophie Cadieux et Maxime Denommée sont montés sur scène, avec pour seuls accessoires durant toute la pièce, qu’une bouteille d’eau et des éclairages simples variant d’intensité à l’occasion. Ajoutez à cela un peu de musique occasionnellement pour ajouter aux silences nécessaires parfois, et c’est tout.  Une magnifique mise en scène de Benoît Vermeulen de nous présenter cela de manière si épuré, simple et efficace.

L’accent de cette pièce est mis sur le texte et le jeu des acteurs, tout simplement, et magistralement. Car cette pièce, sans artifice, sans décor, sans flafla, est tout sauf ordinaire et banal. C’est une pièce puissante, drôle, touchante et même troublante, qui nous porte à réfléchir sur nos vies, notre environnement, mais surtout sur nos peurs et sur l’amour. Car au final, c’est une histoire d’amour que l’on regarde se dérouler devant nous. Un couple qui se questionne : est-ce une bonne chose de mettre un enfant au monde alors que la planète est en train de se détériorer?

Une des raisons qui fait qu’on est si emporté, si ému, si touché par cette histoire, c’est qu’on y retrouve dans ces personnages et dans ce texte, nos propres questionnements, nos peurs, nos réflexions, nos propres relations amoureuses. Les personnages incarnés par Sophie et Maxime nous sont familiers. On les reconnaît, on se reconnaît en eux.

Quelle performance de jeu qu’ils déploient devant nous pendant 1 h 25 minute, dans un seul et même souffle on dirait! Sophie et Maxime sont en pleine symbiose, du début à la fin. On croit tout de suite à leur couple, à leur amour. Même sans décor, on les imagine au IKEA, puis en auto, ou dans leur chambre à coucher, ou encore au bar du coin. Pas besoin d’accessoires ou de décor, pour tout comprendre.

Sophie Cadieux et Maxime Denommée
Sophie Cadieux et Maxime Denommée

Et quelle écriture de Duncan Macmillan, un texte percutant et drôle à la fois! Mais aussi quelle belle traduction de Benjamin Pradet qui a permis à Sophie et Maxime de mettre ces mots dans leurs bouches et nous les transmettre de manière rythmée, voire même mélodieuse! Le texte est fort et fragile à la fois. Car on y parle de cet amour si fort qu’on veut tout affronter en couple, tout construire. Mais fragile aussi, car on y parle aussi de nos peurs qui nous font parfois hésiter, douter, nous remettre en question avant d’agir.

Sophie a le tour de débiter ses réflexions, ses peurs, ses questionnements, en un seul souffle, avec une habileté hallucinante. Ses hésitations, ses répétitions, ses ambivalences nous sont jetées au visage avec autant de force que de vulnérabilité. Elle est tout simplement magnifique. Et Maxime, il s’insère dans ses silences, réagit toujours adéquatement au bon moment, avec le bon mot pour faire rire, sourire, ou pour désamorcer, encourager, ou calmer sa partenaire. Il est tout bonnement génial!

Naturellement, après la pièce, on ne peut que se rejouer ce texte si puissant dans notre tête, et se questionner nous-mêmes sur nos besoins personnels d’accomplissements face à notre responsabilité au monde autour de nous, sur notre sentiment d’impuissance face aux enjeux planétaires, sur notre désarroi face à nos peurs pour le futur, sur nos amours qui se doit être plus fort que tout pour survivre.

Pour ceux que ça intéresse, cette pièce est à voir absolument et elle est présentée pour seulement quelques jours à Québec, mais sera en tournée un peu partout dès janvier 2018.

Du 31 octobre au 11 novembre 2017

Lieu : Théâtre du Conservatoire d’art dramatique de Québec (13, rue Saint-Stanislas)

Mardi et mercredi à 19 h
Jeudi et vendredi à 20 h
Samedi à 16 h
+ 2 supplémentaires les samedis à 20h

Texte
Duncan Macmillan

Traduction
Benjamin Pradet

Mise en scène
Benoît Vermeulen

Assistance à la mise en scène
Ariane Lamarre

Lumières
André Rioux

Musique
Guido Del Fabbro

Direction artistique du spectacle
Jean-Denis Leduc

Compagnie
Théâtre de La Manufacture

Distribution

Sophie Cadieux

Maxime Denommée

Billetterie / 418-529-2183, theatreperiscope.qc.ca

 

HORAIRE DE tournée 2017-2018

Avec Sophie Cadieux et Maxime Denommée au Théâtre Périscope à Québec

Avec Eveline Gélinas et Maxime Denommée en tournée

DATEs VILLEs sALLEs

Du 31 octobre au 11 novembre Québec Théâtre Périscope

17 janvier Jonquière Théâtre La Rubrique

20 janvier Salaberry-de-Valleyfield    Cabaret d’Albert

23 janvier Montréal Salle Émile-Legault *arr. Saint-Laurent

27 janvier Montréal L’entrepôt * arr. Lachine

30 janvier Montréal Maison de la culture Maisonneuve * arr. Mercier–Hochelaga-Maisonneuve

1er février Mont-Laurier Espace Théâtre Muni-Spec

2 février Montréal     Quai 5160 *arr. de Verdun

3 février Saint-Hyacinthe Salle Desjardins

27 mars Sherbrooke Salle Maurice-O’Bready

28 mars Montréal Salle Jean-Eudes *arr. Rosemont – La Petite-Patrie

31 mars             Sainte-Thérèse Cabaret BMO

3 avril  Drummondville Maison des arts Desjardins

4 avril  Laval   Maison des arts de Laval

5 avril  Montréal Salle Pauline-Julien  *arr. Sainte-Geneviève

6 avril  Montréal Théâtre Desjardins *arr. de LaSalle

10 avril            Rouyn-Noranda Agora des arts

Du 12 au 14 avril  Sudbury, Ont. Théâtre du Nouvel-Ontario

19 avril            Moncton, N.-B. Théâtre de l’Escaouette

20 avril            Caraquet, N.-B. Centre culturel de Caraquet

23 avril              Port-Cartier Café-théâtre Graffiti

24 avril              Baie-Comeau Centre des arts de Baie-Comeau

25 avril             Sept-Îles  Salle Jean-Marc-Dion

27 et 28 avril Rimouski Théâtre du Bic

2 mai Montréal Maison de la culture Pte-aux-Trembles *arr. Riv-des-Prairies – Pte-aux-Trembles

3 et 4 mai Longueuil Théâtre de la Ville

5 mai Montréal Maison de la culture Claude-Léveillée *arr. Villeray–St-Michel–Parc-Extension

Du 8 au 12 mai Vancouver, C.-B. Théâtre La Seizième

 

* présenté DANS LE CADRE DU CONSEIL DES ARTS DE MONTRÉAL EN TOURNÉE. Arts MontrealTournee.org

https://www.theatreperiscope.qc.ca/

https://theatrelalicorne.com

Crédit photos : courtoisie Suzanne O’Neill