La comédie musicale «Motown The Musical»: une grande fête et des chanteurs exceptionnels

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
83
«Motown The Musical»

La tournée nord-américaine de la comédie musicale «Motown The Musical» s’arrête à Montréal jusqu’à dimanche (24 juin) pour vous faire chanter et danser au rythme des grands succès des artistes qui ont fait la renommée du groupe Motown. Hier soir avait lieu la Première et le pari de nous amuser est relevé: le public a embarqué, s’est levé à la fin pour danser et chanter, puis est sorti en fredonnant plusieurs chansons du spectacle. Racontant les hauts et les bas du fondateur de Motown, Berry Gordy, le spectacle haut en couleur est énergique et musicalement parfait en tout point grâce à des chanteurs qui interprètent des artistes comme Smokey Robinson, Marvin Gaye, Diana Ross, Stevie Wonder, Michael Jackson, et plusieurs autres. Sans compter qu’ils sont accompagnés par un grand orchestre qui rend honneur à tous ces succès. Le livret de cette production est de Berry Gordy lui-même, tandis que les chansons sont des extraits de plus de 50 chansons du catalogue de Motown (quelques chansons ont été ajoutées par Berry Gordy et Michael Lovesmith). Après avoir joué à Broadway pendant 2 ans, «Motown» est un spectacle à voir absolument si vous aimez le R&B, c’est une célébration réussie de ce répertoire.

Kenneth Mosley (Berry Gordy)

Le spectacle débute en 1983 avec une répétition du spectacle du 25e anniversaire de Motown. En flashback, on retrouve Berry Gordon enfant en 1938 alors qu’il s’orientait vers la boxe. Mais son humanité l’a finalement dirigé vers la chanson et le lancement des carrières d’artistes noirs de cette époque, ce qui a changé la musique de l’Amérique. Après une histoire d’amour avec Diana Ross, et plusieurs batailles pour garder le contrôle sur ses protégés, Berry Gordon est accueilli en héros par la famille Motown à la fin de cette épopée.

Incluant des classiques tels que «ABC» et «Ain’t No Mountain High Enough», on est emporté par l’énergie des numéros, parfois aussi court qu’un refrain mais avec un accent sur les grands hits de Motown. Du côté technique, on a mis le paquet avec des écrans géants qui se déplacent sur différents plans pour créer un effet 3D impressionnant. Des éclairages sophistiqués et des costumes colorés complètent un effet visuel parfait. Certaines faiblesses comme la simplicité de l’histoire et le jeu parfois inégal ne ralentissent pas le rythme d’un spectacle avec plus de numéros musicaux que la moyenne des comédies musicales.

Jasmine Maslanova-Brown (Florence Ballard), Trenyce (Diana Ross) & Quiana Holmes (Mary Wilson)

Kenneth Mosley dans le rôle de Berry Gordy est vraiment la star du spectacle. À plusieurs reprises, son interprétation m’a donné des frissons. Il est attachant et il chante avec nuances et beaucoup d’émotions. Il peut s’élancer avec force d’une voix solide et énergique. On reconnaît la jeune Diana Ross en Trenyce. Sensible et fragile au début, elle devient la professionnelle qu’on connaît avec une voix puissante mais pleine de caractère. Son succès «Reach Out and Touch» est remarquable, particulièrement quand elle réussit à entraîner la salle Wilfrid-Pelletier au complet avec elle.

Les autres interprètes principaux sont aussi d’excellents chanteurs. Matt Manuel (Marvin Gaye) avec de bons aigus et du «soul» présente un «What’s going on» qui prend aux trippes juste avant l’entracte. Les rôles d’enfants (Berry Gordy, Stevie Wonder, Michael Jackson) sont joués en alternance par Chase Phillips et Kai Calhoun. À la première c’est Chase Phillips qui nous a ébloui par son talent de chanteur et de danseur. Il a été fort apprécié, particulièrement en Michael Jackson dans un numéro chorégraphié comme l’original de l’époque. Il est un des bons moments de la soirée avec son allure innoncente mais pleine d’énergie.

Kai Calhoun (Michael Jackson)(center) avec les Jackson 5

Le spectacle de 2h40 (avec entracte) est un feu roulant de numéros et d’anecdotes. On en apprend sur le pari fait par Berry de pouvoir faire un succès avec «My Girl» après avoir eu un hit sur «My Guy». On s’amuse à voir Ed Sullivan présenter The Supremes dans «Stop in the Name of Love». On est ébloui par les nombreuses chorégraphies sur ces grands succès. «Motown The Musical» plaira à tous les amateurs de bonnes musiques R&B mais aussi à ceux qui aiment de gros numéros qui en mettent plein la vue. Pour ces raisons, je recommande ce spectacle.

Les bons coups: chanteurs, orchestre, chansons connues, scénographie et projections, chorégraphies

Les moins bons coups: jeu inégal

Matt Manuel (Marvin Gaye)

Équipe de création
Production: Work Light Productions
Mise en scène: Charles Randolph-Wright et Schele Williams
Chorégraphies: Brian Harlan, Patricia Wilcox et Warren Adams
Scénographie: David Korins
Costumes: Emilio Sosa
Éclairages: Natasha Katz
Sonorisation: Peter Hylenski
Projections: Daniel Brodie
Coiffures: Charles LaPointe

Distribution
Kenneth Mosley (Berry Gordy), Trenyce (Diana Ross), Matt Manuel (Marvin Gaye), Justin Reynolds (Smokey Robinson), Kai Calhoun et Chase Philipps (jeune Berry Gordy/Michael Jackson/Stevie Wonder), Nick Abbott, Taylor Rae Almonte, Tracy Byrd, Arielle Crosby, Alex Hairston, Devin Holloway, Quiana Holmes, Kayla Jenerson, EJ King, Brett Michael Lockley, Rob McCaffrey, Trey McCoy, Alia Munsch, Erick Patrick, Eric Peters, Isaac Saunders Jr., Eran Scoggins, Ayla Stackhouse, Nate Summers, Cartreze Tucker, Jamari Johnson Williams, Dre’ Woods, et Nazarria Workman.

Stevie Wonder

Présenté en anglais à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts de Montréal du 19 au 24 juin 2018.
Billets (46.55$ à 139.55$) disponibles sur http://evenko.ca ou au 1-866-842-2112.

Photos: Joan Marcus