Werther, un opéra qui sait émouvoir et plaire au public de l’Opéra de Québec avec une distribution de chanteurs québécois de très haute qualité et l’OSQ très bien dirigé !

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
157
Le Baili et des enfants en début de l’opéra

L’Opéra de Québec avec Werther de Jules Massenet nous permet de découvrir l’œuvre majeure de ce compositeur français. Inspiré du roman Les souffrances du jeune Werther de Goethe, cet opéra en quatre actes s’inscrit dans un vaste mouvement romantique de l’art.

Werther est un jeune poète qui en la localité allemande de Wetzlar, non loin de Francfort, est séduit par l’atmosphère familiale qui existe chez le Bailli de cette petite ville. Il est attiré particulièrement par Charlotte, la fille aînée de ce dernier. Or cette jeune fille est promise en mariage à Albert. D’ailleurs, elle a juré à sa mère mourante d’épouser Albert. Or, Werther entretient des sentiments amoureux envers Charlotte mais il sent le désespoir prendre place en lui car celle-ci est engagée.

Le Bailli et sa famille

Werther s’ouvrira ouvertement de son amour pour Charlotte mais elle s’en défend. De plus, Albert constate que Werther entretient des sentiments amoureux pour Charlotte.

Celle-ci tente d’éloigner Werther de sa vie en lui donnant rendez-vous à la fête de Noël.

La veille de Noël, Charlotte relit avec émotion les lettres d’amour reçues de Werther. Va s’installer en elle un trouble dans ses sentiments envers son mari Albert et Werther. Mais Werther va vers un désespoir funeste et l’aveu au dernier acte de l’amour de Charlotte pour Werther survient trop tard.

Charlotte et Werther

Au plan musical, cet opéra est formidable. Massenet sait traduire musicalement les sentiments des personnages. Par moments, ses récitatifs musicaux fins et subtils sont émouvants et d’une telle efficacité. Comme instruments pour ces climats, il utilise entre autres la flûte, le hautbois, la harpe. Par contre, lors de bouleversements psychologiques importants chez les protagonistes, il y aura des envolées sonores massives avec l’orchestre. De plus, quel plaisir d’entendre cette langue française bien maniée et conçue chantée magnifiquement. Un délice. Pour aider à tout saisir les mots chantés, au-dessus de la scène, des surtitres sont projetés.

Charlotte et Wether

Au plan lyrique, quel plaisir également de voir et d’apprécier la distribution québécoise de cette production. Antoine Bélanger dans le rôle de Werther est impressionnant dans sa délicatesse parfois et aussi dans sa force et son intensité . Une voix parfaitement maîtrisée et un jeu magistral. Julie Boulianne incarnant Charlotte est tellement touchante. Son timbre, sa tessiture, sa virtuosité donnent de l’ampleur et de la crédibilité à son rôle magnifiquement campé. Soulignons l’apport brillant des excellents chanteurs que sont Hugo Laporte et Magali Simard-Galdès.

La distribution de cet opéra est très forte. Le chœur des jeunes enfants est très bon. Les autres artistes lyriques sont formidables et fort bien utilisés au cours des quatre actes.

Relevons aussi la beauté du décor. Sobre, dépouillé, ces grands intérieurs et extérieurs avec de jolies et élégantes fresques, bien mis en valeur par les éclairages. La mise en scène est tout à fait réussie.

L’Orchestre symphonique de Québec accomplit un travail d’accompagnement musical très nuancé qui nous fait apprécier toutes les couleurs et les climats de cette histoire prenante et enlevante. Bravo à tous les musiciens et à maestro Jean-Marie Zeitouni qui connaît et saisit les moindres détails de cet opéra qu’il a dirigé plusieurs fois.

Werther, un opéra à découvrir pour le plaisir dramatique en soi mais pour la qualité artistique de très haut niveau du spectacle qui nous est offert à Québec.

Werther présenté au Grand Théâtre de Québec le 20 octobre à 19 h 00 et les 23, 25 et 27 octobre à 20 h 00.

Crédit-photos: Louise Leblanc

https://www.grandtheatre.qc.ca/spectacles/werther-de-massenet-2287.html