Ceux qui travaillent, un drame social réaliste, captivant émotionnellement, qui fait réfléchir!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent ( 4,00 étoiles sur 5) - 1 avis
68

Le drame social Ceux qui travaillent, qui a connu un franc succès en France, depuis sa sortie en octobre dernier, prend l’affiche au Québec dès le 6 septembre, après avoir été présenté au festival Cinémania de Montréal et au Festival cinéma du monde de Sherbrooke (mention spéciale du jury). Ce premier long métrage d’Antoine Russbach met en vedette le très talentueux Olivier Gourmet. Rappelons que le film a, entre autres, été projeté au festival de Locarno et qu’il a notamment remporté 3 Prix du cinéma suisse : Meilleur film, Meilleur scénario et Meilleure actrice de soutien (Pauline Schneider).

Résumé : Homme d’action ayant gravi les échelons à la force du poignet, Frank consacre sa vie au travail. Quels que soient les lieux ou les circonstances, l’heure du jour ou de la nuit, accroché à son téléphone, il gère les cargos qu’il affrète pour de grandes compagnies. Alors qu’il doit faire face à une situation de crise, Frank prend une décision brutale et se fait licencier. Profondément ébranlé, trahi par un système auquel il a tout donné, il doit progressivement se remettre en question pour sauver le seul lien qui compte encore à ses yeux: celui qu’il a réussi à maintenir avec sa fille cadette, Mathilde.

Ce film se passe à Genève, dans une famille aisée, dont le père travaille sans compter ses heures, dans une compagnie de transport maritime de marchandises destinées à des supermarchés. Le réalisateur a voulu nous mettre dans la peau de cet homme et tout voir de son point de vue. Pour se faire, il utilise un angle de caméra par exemple dans l’auto, où l’on voit comme lui, à travers le pare-brise. Il n’utilise aucune musique, et laisse souvent le silence parler et capter toute l’austérité, la froideur, de cet homme qui trime dur et qui a appris à faire abstraction de ses émotions pour mettre tout à profit dans son travail. On embarque aisément dans ce film, du début à la fin.

Olivier Gourmet et Adèle Bochatay

Olivier Gourmet est hallucinant dans le rôle du père pourvoyeur qui a oublié de s’investir au fil du temps dans sa famille. Trop occupé à leur donner les biens matériels qu’il n’a jamais eus, il n’a pas su leur montrer à apprécier ce qu’ils ont. Olivier Gourmet joue son personnage tout en retenue, dans une routine établie, sans émotions apparentes. C’est de toute beauté de voir ce personnage qui agit tel un robot. Mais lorsqu’il casse, et perd tous ses repères, lorsqu’il perd son emploi, on le voit alors, tel un pantin désarticulé, tenter de reprendre prise sur sa famille ou du moins sauver ce qui lui reste de relation avec sa plus jeune fille Mathilde.

C’est beau de voir cette relation père-fille. Un de mes moments préférés du film, survient, lorsque le père amène sa fille voir ce qu’il fait comme travail et que tous les deux, ils prennent conscience de tout ce qu’implique ce travail, pour que dans les supermarchés, il y ait de l’abondance de nourriture à petits prix. Et pour le spectateur, c’est le temps de réfléchir sur ce capitalisme et cette société de consommation et cette recherche du plus bas prix, qui amène plusieurs compromis et enjeux négatifs dans les compagnies qui gravitent autour de ces marchandises.

Olivier Gourmet et Delphine Bibet

Ce drame social, en plus d’être captivant émotionnellement, de nous donner une vision assez réaliste de la famille moderne accro de l’abondance, il nous fait réfléchir à l’absurdité de notre monde capitaliste, nos valeurs et nos contradictions.

Ce film m’a ébranlé et m’a fait réfléchir. J’imagine que ce sera le lot de plusieurs spectateurs également, suite à ce visionnement.

Ceux qui travaillent est distribué par AZ Films et sortira en salle le 6 septembre 2019.

Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=j7XzvIBoGdk

Avec

Olivier Gourmet
Adèle Bochatay
Delphine Bibet
Michel Voïta
Pauline Schneider
Isaline Prévost

D’après un scénario d’Antoine Russbach et Emmanuel Marre

Réalisation Antoine Russbach

Scénario Antoine Russbach, Emmanuel Marre

Image Denis Jutzeler

Montage Sophie Vercruysse

Producteurs Elodie Brunner, Elena Tatti, Thierry Spicher, Olivier Dubois, Bernard De Dessus les Moustiers

Production Box Productions, Novak Productions, RTS Radio Télévision Suisse, Teleclub AG, RTBF

Son Benjamin Benoit

Costumes Anna Van Brée

Direction artistique Elisabeth Houtart

Crédit photos : Courtoisie de AZ Films.