La saison de l’hiver en chansons

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
31
La saison de l’hiver en chanson

Tout doucement, les feuilles tombent des arbres, la chaleur s’est dissipée, les couchers de soleil se font de plus en plus tôt dans la journée et les journées se raccourcissent. Et oui, tout cela annonce bel et bien le départ de l’été pour faire place aux saisons de l’automne ainsi que de l’hiver. La température chute petit à petit et nous oblige à nous vêtir plus chaudement.

Lorsque l’on pense à l’hiver, on pense certainement au beau tapis d’hiver blanc après une tempête de neige. Cette vision si féerique de l’hiver se traduit parfaitement dans la chanson de Gille Vigneault Mon Pays. On peut y voir dans ces paroles «Mon pays, ce n’est pas un pays c’est l’hiver ». Exposant à l’international la culture hivernale du Canada. Mettant en vedette les attraits de l’hiver.

L’arrivée de cette dernière saison peut tout autant plaire à plusieurs citoyens, comme elle peut être redoutée par d’autres. Malheureusement, pour ceux qui la redoutent, c’est la saison qui semble la plus interminable des 4 saisons du Québec. Sans doute puisque la neige peut rester au delà de 4 mois au sol.

La perception de cette saison est très mitigée. Comme dans à peu près tout, il y en a qui n’ont que de belles choses à dire sur cette saison et d’autres qui s’en passeraient. Rappelons ici que les Baby-Boomers représentent une bonne fraction des voyages vers la Floride pendant cette saison. Bien au-delà de tous les aspects positifs de la saison de l’hiver, ne faut-il pas oublier tous les inconvénients que cela peut engendrer aux Québécois.

Il existe plusieurs belles chansons qui mettent en vedette l’hiver au Québec et ces nombreux attraits tels que les sports d’hiver extérieurs tels que le ski, la planche à neige, la raquette ou bien le patinage. Tous ces derniers nous font profiter de la nature et par conséquent nous poussent à être à l’extérieur.

Voici quelques chansons sur l’hiver québécois :

– Robert Charlebois chanta Demain l’hiver en 1967 et je reviendrais à Montréal en 1976.
Attache ta tuque, Les Cowboys Fringants

Source : Unsplash