Nancy croit qu’on lui prépare une fête

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
51
Nancy croit qu’on lui prépare une fête
Nancy croit qu’on lui prépare une fête

Simon Boulerice a lancé dernièrement son deuxième recueil de poésie, Nancy croit qu’on lui prépare une fête, aux éditions Poètes de brousse. Sous la forme d’un récit poétique, il y raconte les péripéties de Nancy, « archétype de toutes les jeunes filles désespérées de leur corps ».

Simon Boulerice raconte, avec un doigté hors du commun, l’extraordinaire banalité de Nancy, archétype de toutes les jeunes filles désespérées de leur corps et de la quête amoureuse. D’abord en huis clos avec elle-même, Nancy ose tenter une escapade vers l’ailleurs, le lointain, l’imprévu, l’autre.

Elle rentre d’Afrique le cœur transporté par l’espoir : il y a de la lumière chez elle. Son voisin argentin ? Ses amis ? Ses fantasmes ayant pris corps

Nancy croit qu’on lui prépare une fête avec flûtes et confettis. On ne dira rien de plus hormis que l’auteur nous invite bel et bien ici à une grande fête de la parole douce-amère, drôle, grinçante, sensible et touchante.

À cheval sur le poème narratif et le récit poétique, Nancy croit qu’on lui prépare une fête brouille les frontières afin de mieux donner à voir les paysages accidentés du cœur et son arrière-pays imaginaire.

 

Nancy n’a pas de talent pour vivre

elle pogne même des bouillons

dans la douche

elle fait son lit

par considérations poétiques

faire gonfler le drap lui rappelle une voile

elle part en mer chaque matin

elle y croit du bout des lèvres

salive usée/jaune au coin des yeux

elle déboule les escaliers

c’est une activité nostalgique

elle rit

c’est la peur

pas le mal

il ne faut pas rendre sa sueur

pour des larmes

 

Ce recueil est dans la catégorie de poésie et du théâtre.  Le sujet est de la poésie québécoise.

 

Simon Boulerice
Simon Boulerice

Simon Boulerice a étudié en littérature, puis en interprétation théâtrale. En septembre 2009, il publiait Les Jérémiades, son premier roman. Sa suite poétique, Saigner des dents, a reçu le Prix de poésie 2009. Quand à sa première pièce pour un jeune public, Éric n’est pas beau, elle a été montée par le Gros Mécano à l’automne 2010 et vient d’être publiée à Paris à L’École des loisirs.

 

Nombre de pages : 70

Prix suggéré : 15$

www.poetesdebrousse.org