L’arbre du dernier savoir

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
39

Le 17 janvier 2010

 

« …un réveil-matin.. qui nous secous à la réalité… » 

 

Une drôle de planète, qui ressemblerait un peu à celle que nous connaîtrons bientôt, si personne ne fait rien : envahie d’ordures et de gratte-ciel sans ombre; avec un ciel toujours bleu, mais d’où ne vient jamais la pluie; et des hordes d’enfants pauvres, qui ne peuvent même plus imaginer d’autre monde. Lequel, se rapetisse inexorablement, comme une peau de chagrin. Pourtant, au milieu de cette terre sans espoir, un arbre immense, dont personne ne sait le nom, s’est mis à pousser. À son ombre, une petite fille et un enfant muet, qui écoutent un étrange viel aveugle, venu d’un autre temps. À eux trois, finiront-ils par retrouver la dernière forêt , seul capable de renversser le cours des choses…

Dans  L’arbre du dernier savoir l’auteur imagine un monde rapetissé par la gangrère de la polution, mais en même temps, cette intrigue conduit à une ouverture mystique sur un autre monde, puisque le dénoument qu’il a imaginé ouvre sur une véritable résurrection symbolique de l’humanité. Ce livre décrit la terre comme elle est devenue maintenant et le rapport avec elle, auquel on ne peut rester insensible. Un réveil-matin.. qui nous secous à la réalité. C’est un peu de lui que l’on trouve dans ses ouvrages : romans, poèmes et pièces de théâtre.  Alain Sebag laisse le lecteur deviner la suite et la fin possibles de ce monde impossible, qu’il dépeint au filigrane de son conte vrai.

 

 

Alain Sebag vit sur l’île de la Réunion, dans l’océan Indien où il rêve déjà de repartir vers d’autres horizons. Ses nombreux voyages à travers la planète l’ont amené à écrire ce merveilleux conte écologique. M. Sebag a, dans sa jeunesse, été pauvre avec les pauvres, riche avec les riches, noir, jaune, blanc ou rouge avec chacun des peuples de la Terre et en a vu de toutes les couleurs.

Prix suggéré : 21,91 $
271 pages

Les Éditions de l’Interdit

Alain Sebag sera au Québec pour rencontrer les médias du 27 décembre au 24 janvier 2010.