Nevada est mort

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
25

Le 1er mars 2010

 

 

La vie comme un combat de boxe. Voilà ce à quoi Yves Trottier nous convie dans son roman Nevada est mort. Les membres de la famille dans le coin de l’arène pour nous soigner, nous réconforter, nous encourager. Les amis pour indiquer le chemin à prendre et les raccourcis pour atteindre le but. Parfois la victoire. Parfois la défaite. Souvent la défaite dans la vraie vie. Malgré les durs coups il faut se relever avant le compte de dix. Même si parfois ça fait mal, très mal.

Rocky est fils et petit-fils de boxeurs. De là son nom inusité. Tiré du film du même nom en l’honneur de Rocky Balboa qui surmonte tous les obstacles pour monter dans l’arène et défaire tous ses adversaires. Il a pour meilleur ami Jesus qui disparait pour réapparaître quatorze ans plus tard et entraînera Rocky dans une foule d’aventures rocambolesques. Jesus profite sans trop le savoir d’un moment de désarroi de son ami. Quelques temps auparavant Rocky a perdu un de ses fils par noyade. Il ne s’en console pas. Il en a été témoin. Il n’a pas réussi à le sauver de la mort. Depuis sa vie dérape. Son mariage s’effrite. Son goût de vivre périclite.

Pourtant tout semblait vouloir lui sourire. Jeune génie des mathématiques il enseigne à l’université après l’obtention de son doctorat à l’âge de dix-ans. Ce qui ne l’empêche pas de se chercher. Il aboutit comme comptable dans l’entreprise dirigée par son beau-frère, lui aussi témoin et quasi responsable de la noyade de Nevada.

Le retour de Jesus viendra chambarder le quotidien de Rocky et de sa famille en l’entraînant dans une course à la rédemption qui les conduira à LasVegas, lieu de tous les espoirs.

Rocky réussira à s’en sortir non sans peines. Jesus réalisera son coup fumant. La famille se retrouvera peut-être. L’important c’est que Rocky en vienne à l’acceptation de la mort de Nevada et à l’harmonie avec sa vie.

Un roman qui se lit comme une aventure dont on veut connaître le dénouement.

 

 

Nevada est mort est le troisième roman d’Yves Trottier. Le parcours de l’auteur, né en 1973, est tout aussi singulier qu’éclectique. Professeur à l’École nationale de l’humour, diplômé en histoire, en sciences politiques et en philosophie. Il est aussi scénariste pour la télévision. Yves Trottier a publié un essai sur Albert Camus et signé deux pièces de théâtre.

Prix suggéré : 25.95 $
324 pages

www.editionshurtubise.com