Émois, Émois, Émois

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
9

Le 1er mars 2010


 

Foin d’hypocrisie! Au diable la langue de bois! Vive la franchise! Tout d’un bloc. Que ça plaise ou pas. Dans ce qu’il nomme ‘chroniques hypertrophiques’ Michel Bellin  nous offre avec Émois Émois Émois toute la verdeur de sa pensée. Verdeur car Bellin a encore la capacité de s’indigner et de bander. Si ce n’était de ses goûts musicaux on le croirait au début de la vingtaine. Pas si mal pour un sexagénaire!

Il est indéniable que Michel Bellin respecte à la lettre le septième conseil qu’il suggère aux autres : «  N’essaie pas de vivre au-dessus de tes possibilités ou d’aimer au-dessus de tes moyens. Adapte tes désirs aux réalités de la vie et aux limites de ta personnalité. » C’est probablement le conseil de base sur lequel les autres reposent.

Non seulement Michel Bellin partage ses coups de gueule vis-à-vis l’actualité ou ses coups de cœur vis-à-vis ses amours, mais nous fait découvrir certains textes d’auteurs qui l’ont marqué. Ce qui donne envie de les lire. Ce dernier ouvrage est en quelque sorte un recueil de textes tirés de sa participation à certains blogues sur la toile mais aussi de son propre blogue sur lequel il a partagé ses pensées pendant quelques années.

Il est bien que l’auteur s’en tienne principalement à la portée universelle de ses propos mais encore mieux, c’est leur dimension subversive qui retient l’attention. Bellin est ouvertement en révolte contre le saint-siège  et peut-être aussi contre le siège du saint. Il pourfend le christianisme, le fondamentalisme religieux, les  églises et  T-Ben le XVIe à la tronçonneuse. Et c’est bien ainsi. Il ne se gêne pas pour dénoncer la classe politique et se moque subtilement du président  TSarkozy. Et que dire u concept de bien-être pour remplacer celui de bonheur?

Bellin ressemble de plus en plus à Yves Navarre et propose une écriture d’origine. Il parle au  « je », il raconte sa vie, vie  qu’il veut vivre, vivre, vivre. Puisqu’on mentionne Navarre, répétons après lui que l’homosexualité est sensibilité avant d’être sensualité et acte sexuel. La sensibilité occupe une part importante dans la vie de Michel Bellin, son orientation sexuelle en fait autant. Il ne se gêne pas pour le dire. Bravo!

Michel Bellin est l’auteur d’une œuvre déjà abondante et variée : romans, nouvelles, journal, aphorismes, pièces de théâtre…Ce recueil est son quinzième ouvrage.

Prix suggéré : 17 €
173 pages

www.editions-harmattan.fr

 

 

 

    

 

 

 

 

PARTAGER
Article précédentAmérindiens, Moebius 124
Article suivantNevada est mort