Simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
9

Le 5 mars 2010


 

La guerre entre la gauche et la droite du point de vue  politique, économique et sociale n’est pas nouvelle. Les lucides et les solidaires s’affrontent et continueront de le faire aussi longtemps qu’on puisse se l’imaginer. Dans Simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance dePaul Ariès nous amène sur le terrain du productivisme et de l’antiproductivisme.

Longtemps les gauches se sont crues en pays de cocagne : il fallait toujours faire croître le gâteau (PIB) avant de pouvoir le répartir plus équitablement. Il est maintenant évident qu’il n’est pas possible d’avoir une croissance infinie dans un monde fini. L’enjeu est donc d’apprendre à vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins. La crise est l’occasion de démentir tous ceux qui rêvaient d’une société d’abondance. Apprenmons à devenir des « patageux »!

Paul Ariès pulvérise les idéologies du progrès et de la croissance qui continuent à coloniser notre imaginaire. À partir d’un (re)lecture systématique de tous les courants des gauches (socialiste utopique, libertaire, chrétien, marxiste officiel et hétérodoxe), il revient sur le combat qui oppose depuis deux siècles gauches productiviste et antiproductiviste. L’effondrement environnemental peut être une chance pour inventer une gauche antiproductiviste et optimiste.

L’élément de développement durable ou encore plus généralement l’éveil de la conscience écologique, des limites de la planète, forcent les gens à se pencher de façon plus sérieuse sur le concept de consommation infinie. Car pour Paul Ariès le développeemnt durable dans l’esprit du capitalisme n’est rien d’autre que de savoir ‘‘ comment polluer un peu moins pour pouvoir polluer plus longtemps’’.

L’enjeu est de réinventer l’avenir autour de l’idée de gratuité. Pourquoi payer son eau le même prix pour faire son ménage et remplir sa piscine privée ? Pourquoi payer son énergie le même prix pour une consommation normale et un gaspillage ? Il faut que le citoyen décide s’il veut protéger son pouvoir d’achat ou développer un pouvoir de non-achat et permettre à l’être humain d’accéder au pouvoir de vivre.

 

 

Paul Ariès est militant écologiste. Il est rédacteur du journal La Décroissance et dirige le journal Sarkophage. Il a organisé plusieurs Contre-Grenelle de l’Environnement.

Prix suggéré : 16 €
308 pages

www.editionsladecouverte.fr

 

 

 

    

PARTAGER
Article précédentNevada est mort
Article suivantLa maudite Québécoise