La société des poètes disparus

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
118

Le 22 janvier 2010

« Une pièce captivante qui a su nous montrer toute la portée du Carpe Diem »



 

La société des poètes disparus est une pièce adaptée du film éponyme par Gil Champagne. Elle raconte l’histoire de plusieurs jeunes du secondaire, qui étudient dans un Séminaire ultra conservateur, qui décident de vivre leurs rêves grâce à l’investigation d’un professeur de poésie qui enseigne le Carpe Diem: on a une seule vie à vivre, il faut la vivre pleinement.

Une pièce captivante qui a su nous montrer toute la portée du Carpe Diem. Pour ceux qui ont vus le film avec Robin William, vous ne serez pas trop dépaysés. Les personnages sont semblables, mais le jeu de quatre comédiens est digne de mention puisqu’il a permis de découvrir des personnages forts, uniques, bien campés et surtout des comédiens de la relève qui ont beaucoup de talent. Tout d’abord, Manuel Guérette qui interprète un Professeur Lambert qui vient vraiment nous chercher. Son message passe assurément, les émotions vivent dans son visage, le pilier de la pièce offre une performance digne d’un grand comédien. Les trois autres sont des jeunes comédiens avec beaucoup de potentiels. Il y a tout d’abord, Gabriel-Antoine Roy qui interprète Martin, le jeune passionné de théâtre qui, dû à une mère trop conservatrice, se suicidera. Il interprète son personnage avec beaucoup de force, de présence scénique et d’émotion. Il y a aussi Andréanne Lalonde qui interprète Charlotte (Bernard), une rebelle qui décide de vivre pleinement le Carpe Diem, un jeu énergique, vrai et une présence qui rayonne, sort du lot et finalement, Dominic Veilleux, qui joue le gêné Benoît tout en projetant extrêmement bien et en offrant une performance exceptionnelle.



La mise en scène de Sylvain Perron qui consistait en un déplacement de pupitre selon les différentes scènes était simple, mais efficace. Un des moments forts de la mise en scène fut quand les élèves enlevèrent un à un les pupitres de la scène sous Martin pour signifier qu’il devenait de plus en plus prisonnier de son avenir. Un moment fort de la pièce.

En définitive, la pièce La société des poètes disparus est une bonne pièce qui fait réfléchir. Un bon divertissement à voir ne serait-ce que pour encourager ces jeunes comédiens de talent qui perceront à coup sûr dans le monde théâtral de demain.

 


Durée de la pièce: 1h45 sans entracte

La pièce La socitété des poètes disparus est présentée jusqu’au 23 janvier à 20h et le 24 janvier à 16h à la Maison Jaune, 206, rue Christophe-Colomb Est.

Distribution:
Monsieur Tétreault: Jacques St-Pierre
Martin: Gabriel-Antoine Roy
Benoît: Dominic Veilleux
Pierrette (Pierre): Sarah Fortin-Lauzier
Charlotte (Bernard): Andréanne Lalonde
Hélène: Catherine Michaud-Germain
Gabriel: Philippe Gagnon
Marie: Olivia Waldispuchl
Professeur Lambert: Manuel Guérette
La mère, Fortier: Lucie Gagnon
Nathalie et autres personnages: Tatiana Grimard
Gars1, Père et autres personnages : Alexandra Houle
Gars2, Mère et autres personnages: Nathalie Wlodarski

Équipe de production:

Mise en scène: Sylvain Perron
Scénographie: Danielle Boutin
                        Valérie-Anne Fiset
Éclairage et régie : Elsa Daigle

www.lamaisonjaune.com

 

Crédit photos : Benoît Roy