Alégria, Cirque du Soleil

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
82

 


Le 6 janvier 2010

«…spectacle rodé au quart de tour. Symbiose de symétrie, de synchronisme 

et de sublimes performances théâtrales. Un festin pour les yeux et les oreilles! »




Le Cirque du Soleil a célébré en 2009 ses 25 ans d’existence. Par la même occasion, on fête également les 15 ans de la création du spectacle Alégria. Présenté pour la première fois à Montréal en 1994, ce spectacle a été acclamé partout dans le monde sous un chapiteau par plus de 10 millions de spectateurs. Cette année, il revient au Québec, dans les arénas, et il s’arrête au Colisée Pepsi de Québec du 5 au 10 janvier 2010 en formule théâtre (5700 places). J’y étais pour la première représentation du 5 janvier.

Alegría est un mot espagnol qui signifie exaltation, allégresse et jubilation. Et c’est exactement ce que l’on ressent à voir ce spectacle. On est tour à tour éblouis par l’harmonie créée par ce duo d’acrobates qui exécutent des vrilles sur leurs trapèzes, enchantés par la voix gracieuse et mélodieuse de la magnifique chanteuse en blanc qui accompagne la plupart des numéros.

On admire la force et flexibilité de l’artiste qui fait preuve d’un équilibre prestigieux en se tenant en équilibre sur des cannes de différentes hauteurs. On s’émerveille de voir ce voltigeur être projeté dans les airs, exécuter des vrilles et atterrir avec exactitude et légèreté sur une barre simple qui repose sur les épaules de deux puissants gaillards.



On admire la grâce et l’agilité de cette jeune femme qui, à l’aide de cerceaux argentés et de jolis rubans de soie, se contorsionne et se trémousse au rythme langoureux de la musique. On acclame ce virtuose des figures acrobatiques qui, à l’aide d’élastiques du style bungee, virevolte dans les airs nous démontrant ainsi toute sa force, son agilité et son adresse.

On est fasciné par l’incroyable souplesse des deux jeunes contorsionnistes qui nous démontrent des figures étonnantes, dans une fluidité de mouvements, en équilibre sur une table tournante.  On frémit de douleur et d’extase en regardant ces deux hommes pieds nus et peu vêtus, mettre leur corps au défi des couteaux enflammés qui virevoltent. Insensibles au feu, leurs pieds et mains touchent ces flammes comme si elles offraient des caresses. Cela en est époustouflant. Un des meilleurs numéros du spectacle.

Et, à mon avis, le moment fort du spectacle survient avec ce groupe d’une douzaine d’artistes au moins, qui exécutent des numéros de gymnastique et d’acrobatie à l’unisson, sur cet immense trampoline en forme de X qui est apparu du dessous du plancher, le temps d’un moment. Chorégraphie parfaite, pirouettes en simultanées, harmonie des mouvements. À tout moment, on ne sait plus où regarder.




Pour le dernier numéro, un énorme filet est installé et nous assistons à un  sublime numéro d’acrobates qui virevoltent d’un porteur à l’autre, suspendus par les genoux à un cadre aérien.

Entre les divers numéros époustouflants, les clowns viennent détendre l’atmosphère. Leurs numéros font rigoler l’assistance et même parfois attendrir. Néanmoins, pour ma part, j’ai trouvé ces numéros souvent trop longs et quelque peu ennuyants vers la fin.

Au niveau des décors, de la musique et des costumes, tout est mis à profit pour mettre en évidence les divers numéros. Que ce soit pour rehausser la beauté des prouesses des artistes, ou augmenter la sensation du danger pour d’autres moments, la musique, l’éclairage, les costumes, les masques et le chant sont mis à contribution de façon magistrale.

En résumé, Alégria est un spectacle rodé au quart de tour, une symbiose de symétrie, de synchronisme et de sublimes performances théâtrales. Bref, c’est un festin pour les yeux et les oreilles! 



Après son passage au Colisée, Alégria va s’arrêter au Centre Georges-Vézina de Chicoutimi du 13 au 17 janvier, pour aller ensuite en tournée aux États-Unis de février à juin et de retour au Canada pour l'été en commençant par Toronto du 30 juin au 4 juillet 2010.

Il reste des billets pour toutes les représentations jusqu'à dimanche. (418 691-7211 ou 1 800 900-SHOW)

L'équipe des concepteurs
Guy Laliberté, Fondateur et chef de la direction
Franco Dragone, Metteur en scène
Gilles Ste-Croix, Vice-président de la création – développement de nouveaux projets
Dominique Lemieux, Conceptrice des costumes
Michel Crête, Scénographie
Debra Brown, Chorégraphe
René Dupéré, Compositeur et arrangeur
Luc Lafortune, Concepteur des éclairages

Quelques statistiques intéressantes :

Alegría réunit 55 artistes provenant de 17 pays, dont l'Argentine, le Bélarus, le Brésil, le Canada, l'Espagne, les États-Unis,  la Mongolie, la Pologne, la Russie et l'Ukraine.

Le spectacle Alegría comporte plus de 200 costumes, 300 paires de chaussures, 100 perruques et 22 masques « Vieux Oiseaux ».


www.cirquedusoleil.com/alegria.

www.mercurecommunication.com
www.onedrop.org

 

Crédit photos: Philippe Moussette