François Duchesne version cuivrée au Vieux Bureau de Poste de Saint-Romuald

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
56


Le 27 mars 2010


«François Duchesne revisite ses compositions et leurs donnent une saveur éclatante!

… il a surpris son public… il déborde de talent. »



 

Le vendredi 26 mars dernier, François Duchesne présentait pour la deuxième fois son spectacle version cuivrée, au Vieux Bureau de Poste de Saint-Romuald. La première représentation avait eu lieu à Charlesbourg le 29 janvier dernier et avait été un véritable succès.

En première partie, Christian Aubin, autre chansonnier de Québec, est venu chanter 5 de ses compositionsChimère, Fausse identitéJe m’en rappelle pour toi (chanson sur l’Alzheimer), histoire parallèle et la meilleure à mon avis, j’touche du bois (concours sur myspace pour lequel il a gagné avec cette chanson). Les paroles de cette récente composition sont très intéressantes. Il y a des jeux mots bien accrocheurs « J’touche du bois quand j’suis avec toi. Tu changes la braise en feu de joie ». La personne qui l’accompagne au banjo a une voix qui s’harmonise bien avec celle de Christian. Et le son du banjo donne une autre couleur aux chansons. Le seul hic à mon avis, est que Christian semble un peu timide sur scène et regarde peu le public. Il pourrait également prendre un peu plus de temps pour se raconter entre les chansons.

Christain Aubin, tout comme François Duchesne sont originaires de la grande région de Québec et sont connus du milieu des chansonniers dans les bars. En avril 2003, ils ont présenté ensemble un premier spectacle Auteur-compositeur au Théatre du Petit Champlain. Par la suite, Christian a été le grand gagnant du Concours LE PLUS BEAU ROCK DU QUÉBEC au Festival d'été de Québec 2008 en collaboration avec le 93,3! En octobre et novembre 2009, Christian a été candidat à STAR GARANTIE SINISCO sur les ondes du 102,9 à Québec. Il a terminé troisième et s’est produit sur les planches du Capitole de Québec!

À 20 h 30, c’est au tour de François Duchesne de prendre place avec ses musiciens. Sur des arrangements de Jipé Dalpé et accompagné de Nick Bonenfant au trombone, Benjamin Van Slyke à la trompette et Louis Solomon Germain à la basse, François revisite ses compositions et leurs donnent une saveur éclatante.

 

 

Il débute avec une de ses compositions d’il y a cinq ans environ, ma rivière, dont il a adapté les paroles pour la dédier aux pays dévastés. Le ton de la soirée est donné. Un son chaleureux, intime, se dégage de ces trompettes et trombones, donnant une texture différente aux mélodies déjà si merveilleuses de François.

Il poursuit ensuite avec Franki puis Quelque part et dans les deux cas, ces chansons semblent complètement transformées par les arrangements cuivrés. Cela donne surtout du volume à la portion instrumentale des chansons.

Par la suite, il enchaîne avec plusieurs de ses compositions de son album Et le jour se lève lancé en 2008 et même celles qu’il trimballe depuis plusieurs années comme Mythomane et Jour de pluie.

En deuxième partie, deux choristes se joignent à lui pour quelques chansons. Il s’agit de sa gérante Geneviève Gaudet et Aurélie Vachon. Il se fait plaisir en interprétant des chansons comme Hit the road Jack et Suspicious Mind

 


François en profite aussi pour nous présenter une nouvelle composition, La mise, où la vie est comparée à une partie de poker. Une belle nouveauté. Ce qui est intéressant avec l’ajout de trompette et trombone, c’est que ces instruments viennent donner un style différent et un nouveau souffle à ses chansons. Par exemple, Génération Zprend des airs de fiesta mexicaine et French-moi se donne des airs plus sexy où François se laisse vraiment aller.

Avec ce spectacle, on voit François réaliser un de ses rêves, de chanter à la manière de Ray Charles avec des cuivres. On lui découvre une plus grande présence et aisance sur scène. Je crois même avoir vu perler l’émotion dans son œil à la fin de Équilibre-moi qui est en fait sa chanson préférée sur l’album. Comme il le dit lui-même, elle a « une fragilité dans la forme et une force dans le fond, on y retrouve mon côté mini-wheat! » 

Mes coups de cœur personnels dans ce spectacle, où je trouve que les cuivres ont vraiment fait monter d’une coche l’ensemble de l’œuvre, sont : En désamour, Et le jour se lève,  ainsi que Plus rien à dire, une chanson plutôt triste, dont les cuivres viennent renforcer les émotions et me donner littéralement des frissons.

À 22 h 15, après les deux rappels, les gens sont conquis et ne veulent plus que cela se termine. Il est évident que certaines de ces versions cuivrées sont maintenant là pour rester. Encore une fois, François a surpris son public et a démontré à nouveau qu’il déborde de talent.

 


http://www.myspace.com/christianaubin

www.auvieuxbureaudeposte.com

http://www.francoisduchesne.com/accueil.html

 

 

 

Crédit photos : Benoit Roy