Garou, Gentleman Cambrioleur

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
54

Le 16 avril 2010

«En première partie, il cambriole les cœurs, en deuxième partie il casse la baraque! »

 


 

Le Capitole est l’endroit de prédilection pour le genre de spectacle que Garou présentait hier, le 15 avril à Québec. C’est avec un vif plaisir qu’il a pris d’assaut la scène à 20 h 30 avec un petit solo de trompette puis, qu’il a enchainé sur Je n’attendais que vous  et Gentleman Cambrioleur. Pour l’occasion, la scène est décorée en première partie de statuettes, bustes, cadres et peintures, un peu à l’image de pièces qu’on retrouve au musée. Les jeux d’éclairages, permettent de parfois tamiser et souvent de mettre en valeur, les bandes lustrées qui semblent tomber du ciel. Aussi trois écrans présentent des vidéos à l’occasion, à l’arrière, lors des chansons. Au menu musical, Garou s’est entouré de tout un band, jazzy, avec contre-basse, trompette, sax, violon, piano à queue, banjo, guitare et batterie. Les 5 musiciens pour leur part, sont tous vêtus de chapeaux et de tenues de soirée. Les deux femmes sur scène, la violoniste et Élizabeth Blouin-Brathwait aux harmonies, sont élégamment vêtues de très belles robes longues. Garou, en vrai Gentleman, en tenue de soirée noire, se déhanche, circule de façon débonnaire, et flirte avec la foule du Capitole.

Après sa chanson Je veux tout, Garou s’adresse aux gens de Québec, pour mentionner que tel un voleur, il va cambrioler les chanteurs de leurs plus belles chansons ce soir. Il précise également, que s’il décide de faire une captation pour un DVD de son spectacle, c’est au Capitole qu’il aimerait le faire, puisque la salle, de style cabaret et son décor glamour est l’endroit tout indiqué pour ce type de spectacle.

Tout au long de la première partie, Garou, fait de petits commentaires se rapportant aux cambrioleurs et aux séducteurs. Une des meilleures séquences de cette première heure, survient lorsqu’il chante un medley de chansons américaines qui ont été cambriolées à la chanson Française, comme La mer ou Que reste-t-il de nos amours

 


 

Garou poursuit ensuite avec Les Champs-Elysées, de façon très sexy, assis sur le piano. Plus tard, c’est avec Da ya think I'm sexy ?qu’il fait lever les gens debout pour danser puis, il continue avec Aimer d’amour, et C’est comme çaoù il en profite pour se promener dans la salle, au plus grand plaisir de ses dames. Avant de quitter pour l’entracte, il pousse quelques chansons plus douces, dont quelques-unes au piano. Une de mes préférées de cette première partie, L’aveu dont la partie instrumentale de piano et de violon m’a donné la chair de poule.

En deuxième partie, la scène s’est fait dépouiller de ses peintures et sculptures, pour laisser plus de place pour bouger. Les chapeaux et vestons sont tombés et l’atmosphère a complètement changé. En première partie, Garoucambriole les cœurs, mais en deuxième partie il casse la baraque! 

Il débute doucement avec des chansons qui mettront à contribution un peu plus Élisabeth, que l’on a peu entendue en première partie. Également, sur Gitan, Élisabeth danse telle une gitane avec sa délicieuse robe rouge. Puis, un autre moment de pur délice avec Belle, Garou termine la portion douceur de cette deuxième heure.  Ensuite s’enchainent les hits plus rock avec Où te caches-tu ? Puis tous les musiciens quittent la scène pour laisser Garou,seul avec sa guitare, revivre ses moments de délire du temps des bars. Et c’est là, à mon avis que la vraie nature de Garou refait surface. Comme il le dit, c’est la portion improvisée du show, il y va de l’inspiration du moment.  D’un medley d’Elvis, en passant par des chansons à répondre, comme La destinée la Rose aux bois. La foule est en délire et lui fait même lever et caler son verre de bière. On peut sortir Garou des bars pour l’amener sur des scènes internationales, mais on ne peut pas sortir les bars de Garou. Il termine ce moment sublime par Everybody know deLeonard Cohen.

Ensuite, tout le monde revient sur la scène pour Si tu crois, qui est un superbe duo avec Élizabeth, où l’on découvre enfin sa magnifique voix douce et riche, qui contraste merveilleusement bien avec celle plus rauque de Garou. Après quelques autres chansons de ses premiers albums comme Seul la deuxième partie prend fin et il revient pour un rappel de deux chansons, dont New Year’s day de U2.

Un excellent spectacle pour les fans de Garou, qui découvre son côté plus séducteur mélangé à son côté rockeur. Personnellement, je suis plutôt une fan du rockeur et à mon avis, il devrait faire plus de chansons rock que des ballades et surtout, j’ai trouvé qu’à plusieurs occasions il forçait trop sa voix. Une voix rauque et gutturale c’est sa force et il doit choisir ses chansons en conséquence, ce qui n’a pas été souvent le cas dans ce spectacle.


Garou est à nouveau au Capitole le 16 avril, puis continue sa tournée à Sherbrooke le 21, l’assomption le 22,  St-Hyacinthe le 23, Terrbonne le 27 et Drummondville le 29. Pour les autres dates, consultez son site internet.

 

http://www.garoutournee2010.com/

http://www.garouonline.com/site/

www.mercurecommunication.com

www.myspace.com/garoumusic

www.lecapitole.com/

 

 

 

Crédit photos : Pascal Dumas