Robert Charlesbois en concert « avec tambour et trompette »

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
37

Le 29 mars 2010

«Plus il nous en donne, plus on en veut »

 

Lindbergh, Je reviendrai à Montréal, C’est pour ça, Moi Tarzan toi Jane, Tout écartillé, Ent’deux joints…Voici le menu que Charlebois nous a servi vendredi à la salle Louis-Fréchette. Et quel menu!!! Accompagné de ses trois musiciens, et d’une multitude de guitares, Charlebois nous en a mis plein les « oreilles ». Avec tambour et trompette, ce sont de nouvelles chansons, d’anciennes chansons, de nouvelles anciennes et d’anciennes nouvelles, des trucs, écrits par Réjean Ducharme qu’il avait oubliés et des morceaux impossible à oublier… Charlebois, accompagné de trois bardes et de plus de 40 instruments, se fait plaisir (et nous fait plaisir au passage)!

Charlebois avait l’air d’un jeune homme sur scène. Tantôt au piano, tantôt avec une minuscule guitare, pourQuébec love, avec sa guitare Rock pour Si j’avais les ailes d’un ange et  tantôt uniquement en chansons. La multitude de rappels de ses fans ont permis de conclure que le show était réussi.

 

 

Robert Charlesbois est né à Montréal le 25 juin 1944. Il fait ses débuts sur scène en septembre 1962 – il n’a pas encore 20 ans – alors qu’il assume la première partie du spectacle de Félix Leclerc, à la Butte-à-Mathieu. En 1965, il se fait remarquer pour sa chanson La boulée, composée à l’âge de 16 ans, qui lui vaut le Grand Prix du Festival du disque.

Tout au long de sa carrière, il a reçu plusieurs prix et distinctions qui témoignent de la reconnaissance de ses pairs et de la qualité de ses milliers de spectacles et de ses vingt et quelques albums : Prix de l’Académie Charles-Cros, Médaille d’or des Olympiades de la chanson, Prix de la Ville de Paris, Médaille de Vermeil de l’Académie française et Prix du Gouverneur Général du Canada pour les arts de la scène. Enfin, en 1993, l’ADISQ lui a décerné son Félix Hommage pour l’ensemble de son œuvre.


Musiciens :       Daniel Lacoste, Dominique Lanoie, Steve Gagné
Éclairage :        Jean-François Couture
Son :                 Benoît Dion
Régie de scène: Daniel Gagné

http://www.robertcharlebois.com/
http://www.grandtheatre.qc.ca/

 

 

Crédit photos : Philippe Moussette

 


PARTAGER
Article précédentBoom Desjardins, Rock le Québec
Article suivantLe monde selon Kurtz